La toute jeune association dijonnaise A2Roo salarie ses livreurs et séduit un nombre croissant de restaurateurs désireux d’un peu d’éthique. Un pari audacieux est en passe d’être tenu.

Xavier Caron, cofondateur de l’association de préfiguration A2Roo et David Zuddas, l’un des premiers restaurateurs à opter pour ses services à Dijon. En attendant les autres ! © Jean-Luc Petit

Depuis novembre 2020, on peut voir leur livrée sillonner les rues dijonnaises. Sorti du logo, pas grand-chose ne distingue les livreurs d’A2Roo (prononcer « à deux roues », évidemment) de leurs confrères Uber Eats, Deliveroo et consorts. En apparence du moins. Car ceux-ci jouissent d’une situation inimaginable chez les « partenaires » des grandes plateformes de livraison : ils sont salariés, avec fiche de paie et protection sociale.

« Les plateformes dominantes paient les livreurs à la tâche, et captent l’essentiel de la rémunération de la prestation, les livreurs n’en recevant qu’une portion. C’est un mode de rémunération du XVIIIe siècle qui les maintient dans une grande précarité ! », se désole Xavier Caron, cofondateur d’A2Roo. Fonctionnant pour l’heure sous le statut associatif, ce collectif de coursiers rémunère au smic mensuel – les deux fondateurs ne se paient pas encore – et espère se transformer rapidement en société coopérative et participative (Scop) pour permettre un éventuel partage des bénéfices. Le tarif de la prestation de livraison reste voisin de celui pratiqué chez les grandes plateformes, mais celui-ci est versé dans sa très grande majorité aux livreurs.

DZ’Envies et Peppuccio, les deux restaurants des halles de Dijon, figurent sur le site d’A2Roo. Suivront Alfred Burgers & Vins et Boludo Empanadas.

A2Roo, éthique et écologique

La démarche séduit, d’abord les restaurateurs révoltés par les conditions sociales qui tendent à se généraliser dans ce secteur. David Zuddas a été le premier à répondre à l’appel, pour DZ’Envies et Peppuccio, lui qui avait même songé un temps à monter son propre service de livraison éthique. Il a été rejoint par Alfred Burgers & Vins, rue Monge, et par Boludo Empanadas, rue Guillaume Tell. « Notre activité est centrée sur les métiers de bouche, et nous allons bientôt pouvoir livrer également des produits traiteurs, d’épicerie, ou de boucherie », précise Xavier. Les commerçants et artisans sont intéressés par la souplesse du système, autant que par la qualité et l’aspect écologique de la prestation. Les livraisons se font toujours à vélo, avec assistance électrique ou pas. En photo, il s’agit d’un modèle Cargo du constructeur dijonnais Douze Cycles, promu par le revendeur Burgundy Bike, partenaire de l’association.

Pour se lancer, cette dernière a pu compter sur le soutien de la fédération nationale CoopCycle, qui accompagne techniquement ces nouveaux services de livraison éthique. « Ils mettent à disposition un logiciel de gestion des commandes et des livraisons, nous aident dans les négociations avec les grands comptes et fournissent un espace de discussion où l’on échange entre nous, entreprises et associations de livreurs », précise le livreur cofondateur, qui s’est lancé dans l’aventure dans le cadre d’une reconversion professionnelle. Il exerçait auparavant dans le domaine informatique.
A2Roo s’estime proche de trouver un premier équilibre économique, et espère, d’ici quelques mois, pouvoir employer quatre à cinq livreurs. Une initiative à soutenir et une réponse locale au moins-disant social !


A2ROO – [email protected] – 07 67 16 36 74
www.a2roo.coopcycle.org

Laisser un commentaire