Plus qu’un restaurant dans une fermette rustique à Curtil-Vergy, Au Petit Bonheur est un vrai lieu de fête et de concerts. Réduit à la fermeture, son patron Olivier Lebail résiste à sa manière en organisant un festival musical en ligne grâce au soutien d’amis et de musiciens sous le charme de cet emblème des Hautes-Côtes de Nuits.

Olivier Lebail a sa recette des petits bonheurs : plats généreux et musique partageuse. © Michel Joly

Par Geoffroy Morhain

En juillet 2018, Au Petit Bonheur voulait voir plus grand. Moins de deux ans plus tard, l’horizon de l’établissement d’Olivier Lebail s’est d’un coup refermé. Non seulement le projet d’agrandissement n’est plus d’actualité, mais c’est la survie même de son Petit Bonheur qui est en jeu. Le 8 avril, au 20 heures de France 2, il témoignait, mine dépitée, au milieu de son restaurant vide (ici, à partir de 0:51). Avec un employé au chômage partiel, 11 000 euros de découvert et le refus de sa demande de prêt bancaire (pourtant garanti par l’État) qui venait de tomber, difficile effectivement de voir la vie en rose, même domicilié Au Petit Bonheur. 

Musicos solidaire

Depuis, bien décidé à ne pas se résoudre à un éventuel « gros malheur », Olivier a su retrouver des vibrations plus positives du côté de la musique, la passion qu’il partage avec celle de la cuisine. Avec l’aide d’Arnaud Masson d’Artwaves Audiovisuel, nait un projet de festival de soutien sollicitant le réseau qu’il a su se constituer au fil du temps pour faire venir des artistes de renom jusqu’à Curtil-Vergy. Solidaires, déjà 16 d’entre eux ont spontanément accepté de participer à son Festival du Petit Bonheur confiné qui programmera à l’heure de l’apéro (pourquoi se priver des bonnes choses ?) des sets de 15 à 20 minutes interprétés spécialement pour l’occasion. Ainsi, on pourra trinquer au son de Mike & Riké (Sensimilla), de Fergessen en direct des Vosges, de Jamie Clark (ex-guitariste des Pogues) depuis l’Allemagne ou encore de Gambeat (bassiste de Manu Chao) et son Radio Bemba Sound System qui ouvrira les festivités vendredi 17 avril à 19h.

Mike et Riké, du groupe Sinsemilia, sont des habitués des concerts du Petit Bonheur. En 2019, pas moins de 32 ont été organisés par Olivier et sa bande. ©D.R

Cagnotte locale inattendue

Autre soutien ayant fait chaud au cœur d’Olivier, celui de la population locale, qui s’est mobilisée à travers une cagnotte PayPal mise en place par Estelle Clabaut, une amie habitant L’Étang-Vergy, amoureuse de l’établissement : « Sans même que je le sache au début, ils ont déjà récolté 8 000 euros. Cette mobilisation me touche beaucoup, elle signifie que plein de gens d’ici et d’ailleurs estiment qu’Au Petit Bonheur fait partie du paysage local et ne doit pas disparaitre. » Et de repartir à l’attaque pour décrocher une aide auprès de la Région, en attendant que la vie économique et culturelle reprenne : « Au moins, depuis le dernier discours du président Macron, on commence à entrevoir un après. Si tout le monde se tient bien, je pourrais peut-être rouvrir avant la fin de la saison estivale. » Un chose est sûre, une équipe de Zone interdite sur M6 a déjà prévu de passer le voir à ce moment-là pour une émission sur l’après-confinement. Pourvu qu’elle soit placée sous le signe de nos petits et grands bonheurs retrouvés.

Concerts live et/ou exclusif du vendredi 17 avril au lundi 11 mai vers 19h sur Facebook


Et aussi : les lives de Radio Dijon Campus

Dans le but de permettre à des jeunes artistes de se produire et au public d’avoir accès à des concerts en cette période de disette pour le spectacle vivant, Radio Dijon Campus programme une série d’émissions en direct sur ses ondes et sa page Facebook. Le musicien électro dijonnais Païkan est le premier invité de ces shows numériques composés de séquences live et d’interview à distance. Rendez-vous le vendredi 17 avril de 18h à 18h30 sur 92.2 FM et sur Facebook.

Laisser un commentaire