Beaune et ses fous du volant, c’est parti!

La plus déglinguée des compétitions fait de Beaune la rivale décalée du Mans. Aujourd’hui et demain, pour la 29ème édition de ses « 24 heures », le quartier Saint-Jacques va encore déraper dans tous les sens.

Capture d’écran 2015-05-21 à 09.26.02

C’était à l’origine une petite fête au cœur de Saint-Jacques. Philippe Dupont s’en souvient: « il fallait animer ce quartier, l’ouvrir sur la ville et en même temps proposer quelque chose de nouveau à ses jeunes habitants. » C’était au milieu des années 80. Jamais on aurait pu croire alors, que cette fête pour ados, assez déglinguée il est vrai, allait prendre une telle ampleur. Les 24 heures de Beaune, sans rivaliser avec la prestigieuse référence du Mans, se passent de rillettes mais font largement le « buzz » dans leur genre.

Aujourd’hui 29 mai, 35 équipages prennent le départ de la 29ème livrée. 24 heures de défi non-stop pour des équipes de 8 personnes, aux commandes de vélos souvent surréalistes. Philippe Dupont, toujours le nez dans le guidon, s’étonne encore d’y trouver de tout, mais aussi de vrais sportifs, des engins performants et étudiés, des femmes et des hommes particulièrement affutés. Car le défi n’est pas neutre. Parcourir entre 650 et 700 km en 24 heures est en soi une performance. Le spectacle doit cependant beaucoup à l’imagination débordante des concurrents qui rivalisent d’audace dans la conception de leurs engins, au profit de la grosse rigolade.

Capture d’écran 2015-05-21 à 09.27.10

Parmi ces fous du volants, Jean-Marc Gossot fait partie des meubles, ou presque. Ses premières 24 heures beaunoises, c’était en 1995. Depuis, fidèle parmi les fidèles, il n’a jamais raté le départ de la course. Il s’est même forgé une mission de vétéran, accompagnant les jeunes dans l’aventure. Son association, Anim’actions/Lion’s club, créée dès le début de sa participation, veille sur l’engagement des ados de 14 à 18 ans, des jeunes issus essentiellement du quartier Saint-Jacques.

Avec une éthique, c’est inévitable: respecter l’esprit premier de la fête. Et il témoigne: « Pour nous c’est l’aboutissement de 5 mois de travail avec ces ados, on est au-delà du simple défi sportif, on construit un vrai projet avec eux. L’entraînement, la décoration, la recherche des partenaires, tout est vecteur de lien, d’ouverture. » Ces 8 garçons effectueront pendant 24 heures des relais de 30 minutes, « pour s’assurer au moins 1h30 de sommeil pendant la nuit! » Chaud devant qu’on vous dit!

Coup de pédale pour Coup d’Pouce

Capture d’écran 2015-05-21 à 09.25.36

Jonathan Vion lui ne dormira sans doute pas. Ou alors très peu. Peu importe, sa motivation est ailleurs. « Par le passé, j’ai couru les 24 heures avec des copains, pour la rigolade. Puis mon petit garçon est tombé malade, atteint d’une leucémie. Alors on a décidé de courir pour lui »,  raconte le papa de Timéo. 8 cyclistes en selle, une quinzaine de soutien à l’intendance: « Les Copains de Timéo » profiteront de l’effervescence autour de l’événement pour faire connaitre Coup d’Pouce. Avec un objectif clair au bout de l’épreuve: « Cette association bourguignonne œuvre au quotidien pour aider les enfants atteints d’un cancer, et leur famille. On a fait un gros vélo pour être le plus visible possible, on organisera une grande tombola pour récolter un maximum de fonds. »

Capture d’écran 2015-05-21 à 09.25.50Comme Jean-Marc et Jonathan, les autres participants se mettront sans rechigner au diapason du thème 2015, l’humour. Car même si derrière la plupart des équipes se cache un défi ou un projet, pour toutes et tous, ce sera avant tout un moment de convivialité. Une grande communion sur les 1,145 km du circuit, partagée par les milliers de spectateurs qui à un moment ou à un autre du week-end se mêleront à la fête et acclameront leurs fous du volant.

Les entreprises locales ont elles aussi attrapé le virus du bolide improbable. Depuis de nombreuses années, la maison de vins Louis Latour est au départ des 24 heures beaunoises. « Nous possédons une petite association sportive au sein de l’entreprise, confirme Fabrice Jacquet. « Nous avons longtemps eu une équipe de foot mais aujourd’hui nous sommes plus tournés vers le VTT ou la course à pied. Nous serons donc cette année encore au départ des 24 heures, avec un vélo que nous avons fait fabriquer par des lycéens de la ville », confirme  à la manière d’un stratégique team manager celui dont on connaît par ailleurs les implications dans le semi-marathon et le festival du cinéma.

La maison de négoce beaunoise alignera un équipage composé d’employés et de partenaires comme ces viticulteurs ardéchois qui feront spécialement le déplacement pour venir pédaler. Nul n’est donc prophète en son pays. Voilà qui donne encore plus de raisons de faire une virée à Beaune, les 29 et 30 mai, dans un quartier Saint-Jacques animé en continu.

Pendant que certains pédaleront dans la semoule, d’autres profiteront de ces deux journées de fête non-stop avec des concerts, de l’humour, du cirque, de la magie, une fête foraine.

Capture d’écran 2015-05-21 à 09.27.21

Tout le programme est sur www.24hbeaune.fr

©photo Ville de Beaune

Laisser un commentaire