Bourguignon ou/et Franc-Comtois? Alors que la réforme territoriale est en plein débat, l’émission Le café des bourrus tentera de répondre à la question sans tabous, sur France Bleu à 11h30 ce matin, avec François Berthelon, le président du Ceser Bourgogne. Il y aura du fromage et du vin dans l’air.

bourfranc-©-studiomag

Par Dominique Bruillot

Le monde entier médiatique s’interroge sur la nécessaire présence de la bimbo Nabilla à l’émission Touche pas à mon poste. Le monde réel, lui, réfléchit au sens profond à donner au remaniement de nos territoires. Le « french paradox » réside dans cette situation absurde: il y a d’un côté la face « cash » de la « pipolisation », de l’autre la réalité de la vie de tous les jours, celle des gens qui bossent vraiment et tentent de créer des richesses dans un contexte tourmenté et une France, il faut en convenir, menacée au plus profond de ses fondamentaux.

Une fois ces généralités formulées, l’enjeu qui nous concerne, aujourd’hui, est de savoir si la Bourgogne et la Franche-Comté seront capables de s’unir par les liens du mariage. Le poulet à la Gaston-Gérard, comme nous l’a déjà expliqué dijonbeaune.fr est déjà un exemple concret du bon sens qui préside à cette amourette fusionnelle. Les deux régions sont soudées sur le terrain de l’histoire et dans les palais. Cela dit, la réforme territoriale nous oblige (au nom de quoi finalement?) à admettre que ce rapprochement va ouvrir de nouvelles perspectives et, en passant (conjoncture oblige), réduire certains coûts de notre abominable millefeuille politique très « franchouillard ».

Le Ceser (Comité Economique et Social) est la noble assemblée consultative de la Région. Ses représentants ont cogité sur le problème. Ils livrent certaines conclusions qui, au-delà de la première étape envisagée, nous projettent vers un maillage territorial plus performant. Ainsi soit-il.

Dans son édition d’hier, le site Miroir Mag se fait l’écho de la réflexion. Sans mauvais esprit, il en ressort que la Bourgogne et la Franche-Comté, deux régions « consanguines » s’il en est, trouveront une nouvelle force dans leurs faiblesses respectives. Ainsi soit-il aussi.

C’est un début, un peu court peut-être, mais une piste des plus intéressantes dans un contexte particulièrement difficile du point de vue économique qui, pour autant devrait s’inspirer de l’histoire pour mieux reconstruire l’avenir.

Tout cela, on en parlera ce matin-même dans l’émission de France Bleu Bourgogne le Café des bourrus (de 11h30 à 12h30) avec François Berthelon, le président du Ceser Bourgogne. Un échange libre, sans prétention, au ras du zinc (c’est le principe même de l’émission), qui participera de la volonté affichée de rallier l’opinion à cette perspective finalement immédiate de rapprochement entre les deux régions.

La Bourgogne et la Franche-Comté sont faites pour s’entendre, elle seront à elles deux l’une des plus petites « super régions » de la réforme territoriale, mais auront peut-être à terme la possibilité de s’affirmer aussi lourdement qu’un « land » allemand dans le débat politique. Enfin, on l’espère.

Pour s’éveiller un peu sur le sujet, un seul conseil: écoutez le Café des bourrus. C’est libre, sans calcul et convivial.

Comme on dit chez nous, ça ne mange pas de pain! Ainsi soit-il enfin.

© photo DR

Laisser un commentaire