Le Café des bourrus s’installe chez le Tonio, à l’Idéal Bar à Dijon

Enregistré sur place une semaine sur deux le jeudi matin, le Café des bourrus s’imprègne des accents à la Audiard de l’Idéal Bar rue Monge à Dijon et de son emblématique patron, le Tonio. L’émission la plus bavarde et la plus libre est plus que jamais à écouter à l’heure de l’apéro, entre 12h et 12h30, le samedi et le dimanche sur les ondes de France Bleu Bourgogne.

Photos : Jonas Jacquel

L’Idéal Bar, rue Monge. Un troquet à l’ancienne où les huiles viennent se mélanger au populo, ou les anciens flics côtoient les anciens voyous, où les artistes croisent les personnages de la vie locale, où le verbe est truculent et les anecdotes sont livrées en série sur le zinc, au rythme des blancs et des cafés. Au cœur du dispositif, un personnage central, incontournable, qui fait toute la richesse du lieu, le Tonio.

Cet Espagnol qui a fui Franco pour se construire une vie à Dijon se dit reconnaissant. La France lui doit en retour de conserver l’un de ces derniers bistrots à l’ancienne, où la conversation prend des tonalités à la Audiard. Et ça, c’était du tout cuit pour le tandem qui concocte chaque semaine le Café des bourrus, l’animateur de France Bleu Bourgogne Nicolas Mollaret et l’éditeur de Bourgogne Magazine Dominique Bruillot.

Café journal pour les uns, petit blanc limé pour les autres

Le Café des bourrus a donc fait main basse sur l’Idéal Bar, rue Monge. En ce jeudi matin frisquet de novembre, il règne d’ailleurs une effervescence inhabituelle autour de sa belle vitrine gravée. Sur l’antique devanture en bois, flotte l’étendard de France Bleu Bourgogne, le temps de cette première matinée d’enregistrement.

À l’intérieur du bar, les habitués un peu interloqués par le montage du studio mobile n’ont pourtant rien changé à leurs habitudes : café journal pour les uns, petit blanc limé pour les autres, le tout arrosé de quelques bonnes saillies verbales dans des effluves de safran et de moules. Derrière le comptoir, Daniel, le fils de Tonio, officie comme à l’accoutumée, alors que son paternel veille amoureusement sur la paëlla géante qui mijote au bain-marie dans l’arrière salle. Celle que tous les convives partageront à midi autour d’une grande tablée recouverte d’une nappe en papier.

« Tu vo boare keke chose ? »

Mais avant cela, place au Café des Bourrus, la messe radiophonique sans langue de bois servie chaque week-end sur les ondes de France Bleu Bourgogne. Assis à une table du bistrot, les deux piliers de l’émission se félicitent de ce nouveau décor in-situ complètement en phase avec le ton gouailleur revendiqué de leur rendez-vous hebdomadaire.

Pour cette première à l’Idéal Bar, ni foot ni politique au programme, mais l’illustrateur d’origine clermontoise Bernard Deubelbeiss, « carnettiste » de voyage patenté et collaborateur de longue date de Bourgogne Magazine. Avec les rondeurs de son trait, il évoque son métier et son approche de la région à travers les multiples reportages qui l’ont amené à la parcourir ces vingt dernières années. Un point de vue plein de poésie et d’humanité sur notre territoire, partagé aussi par Geoffroy Morhain, pilier de la revue Bourgogne Magazine et client régulier de l’Idéal bar, à découvrir les 25 et 26 novembre sur France Bleu Bourgogne.

Enregistrée dans la foulé et pour une diffusion dès ce week-end, une émission… sur l’Idéal bar. Pour la première fois, en exclusivité, on entendra le Tonio raconter son histoire, avec ses mots à lui, son accent inimitable, et ses « tu vo boare keke chose ? » à répétition alors qu’il est devant le micro, en pleine émission !

Casting d’une autre époque

À ce moment de l’enregistrement, le bar est archi plein, le public des habitués, digne d’un casting d’une autre époque, applaudit des deux mains et s’amuse de voir un juge et un super flic à la retraite, un chanteur bien connu de la région, un président de commerçants qui vend de la bière, et une figure emblématique dijonnaise se succéder à la table du Café des bourrus pour vanter les mérites de l’Idéal bar et de la rue Monge. Si vous voulez connaitre les noms, vous n’aurez qu’à écouter !

Après deux heures de show, ce petit monde s’est retrouvé à la bonne franquette face à une paella monstrueuse et amoureusement préparée par le Tonio. Comme dirait Valérie, merci pour ce moment !

Diffusion d’une première émission sur l’Idéal Bar les samedi 18 et dimanche 19 novembre à midi ; diffusion de la seconde émission avec l’illustrateur Bernard Deubelbeiss les samedi 25 et dimanche 26 novembre à midi (rediffusion en podcast ensuite).

Laisser un commentaire