Carrefour Quetigny, l’hyper qui ose les hospices

Carrefour Quetigny a su développer un remarquable réseau d’approvisionnement en vins de Bourgogne, y compris en ces temps de faibles récoltes. Sans complexe, son directeur Frank Lardet va même proposer deux cuvées des Hospices de Beaune portées par son enseigne. Une petite révolution en marche pour les palais de la grande distribution.

adsc06718

Jérôme Sordet du domaine Coste-Caumartin et Frank Lardet, directeur de Carrefour Quetigny prouvent que le vin de Bourgogne en circuit court par le biais des grandes surfaces, ça existe.

par Dominique Bruillot
Pour Dijon-Beaune Mag
Photos : Christophe Remondière

Carrefour Quetigny aime les bourgognes. « Nous en vendons plus de 120 000 bouteilles par an, rapporte son directeur Frank Lardet, avec des produits présents toute l’année, même si nos deux foires aux vins absorbent la moitié de ce volume ». Hors effervescents (champagnes et crémants), la bourgogne occupe à elle seule 40 % du linéaire, c’est dire.

La personnalité du dirigeant de l’hypermarché est pour beaucoup dans cette approche. Le groupe Carrefour a une politique d’achat nationale basée… à Bordeaux, mais laisse une marge de manœuvre à ceux qui agissent sur le terrain. Chez nous, en ces années de maigre production, c’est une liberté qui peut changer bien des choses.

Une collaboration active et historique

Il n’est donc pas surprenant de croiser Frank Lardet et trois de ses collaborateurs (Christian Van Extergem, Yves Demongey et le jeune stagiaire Emeric Verot) au fond d’une cave à Pommard, juste avant que commencent les vendanges. Jérôme Sordet puis maintenant son fils Benoit exploitent le domaine Coste-Caumartin. 100 % de terres en Côte de Beaune, 12 hectares à majorité sur des rouges, qui se partagent entre les appellations pommard (village et premier cru), beaune premier cru, saint-romain blanc, et régionale.

Cette année encore, le domaine a fait les frais du gel de printemps. 15 à 100 % de dégâts pour les hautes-côtes par exemple. « En 5 ans, on a perdu deux récoltes », constate avec dépit Jérôme Sordet. Il va falloir faire avec.

Coste-Caumartin est membre de l’association des Domaines et châteaux de Bourgogne réunis, qui rassemble une quinzaine de viticulteurs répartis sur l’ensemble des appellations. C’est par ce biais qu’il est présent à Carrefour Quetigny depuis de nombreuses années, ses exploitants n’hésitant pas à se rendre sur place pour organiser des dégustations. « C’est une démarche assumée, soutient Frank Lardet, comme nous le faisons avec les membres du réseau Vive la Bourgogne dont les produits portent les valeurs de la région et nous permettent de multiplier les animations. »

Cette collaboration active et historique permet ainsi de ne pas subir les aléas du choc climatique qui dévaste nos vignes depuis un certain temps et conduit nos producteurs de vins à se concentrer sur l’export. Certes, on aura par exemple bien du mal à trouver des chablis dans les rayons de Carrefour cette année, mais le travail de fond mené depuis plusieurs années par Frank Lardet et son équipe permet d’assurer encore la fourniture des rayons de l’hyper de Quetigny avec de belles appellations et de louables signatures. Le tout, sans plomber ni casser les prix du marché. Les bourgognes choisis par l’enseigne sont pratiquement proposés à des conditions départ cave.

Cuvée des hospices

À titre indicatif, l’excellent marsannay Vieux collège du millésime solaire 2013 est accessible à 16,50 euros. Pour l’apéritif, le saint-bris de chez Goisot, qui demeure une référence dans l’Yonne, se débouche à seulement 6 euros la bouteille. Pour une belle occasion, on peut encore s’offrir sans se ruiner un pommard premier cru Les Boucherotte 2011 du domaine Coste-Caumartin justement, avec la modique somme de 32,50 euros. Dans le contexte actuel, ça vaut vraiment la peine de s’y intéresser.

Frank Lardet ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. En accord avec certains de ses confrères de la grande région, il s’est porté acquéreur, l’année dernière, de deux pièces des Hospices de Beaune. « On ne fera pas de marge sur ces vins, mais cela participe de la pédagogie que nous voulons installer dans nos rayons et que l’on implante avec des textes explicatifs et la présentation détaillée des domaines », développe le directeur de Carrefour Quetigny.

Il va donc proposer à la vente un beaune Clos des Avaux et un pommard Billardet estampillés « première cuvée des Hospices de Beaune Carrefour ». Une initiative qui résonne déjà comme une petite révolution dans les rapports entre la grande distribution et la grande Bourgogne viticole.

Laisser un commentaire