Charles Rozoy, l’homme de Rio et de Peugeot

0805Charles Rozoy est à Rio pour les Jeux paralympiques (7-18 septembre), avec des rêves dorés en tête. Il y a quelques semaines, il s’était livré pour Dijon-Beaune Mag à un essai auto des plus détendus, au volant du nouveau Peugeot 2008 Crossway, marque dont il est l’ambassadeur dijonnais. L’occasion de découvrir le personnage sous un autre angle, avant le début des choses sérieuses…

rozoy-peugeot2

Pour Dijon-Beaune Mag
Photos: Christophe Remondière

Charles Rozoy a réussi sportivement avec courage et talent. Mais rien n’aurait été possible sans de belles rencontres comme avec Cyril Leroux, le directeur des concessions de Dijon. « Cyril semble avoir été séduit par mon parcours, il a joué le jeu dans ma recherche de fonds via un crowdfunding que j’avais lancé il y a quelques mois », témoigne le champion paralympique 2012 de 100 mètres papillon, confronté de son propre aveu à un inévitable « parallèle entre combat sportif et business. »

Une compétition peut donc en cacher une autre. Atteindre, voire dépasser des objectifs, suppose une relation forte avec les partenaires. « Nous avons mis en place ensemble des conférences auprès des ses équipes et un concours pour la force commerciale de ses concessions », poursuit Charles, enthousiasmé par « cette idée que nous sommes dans un partenariat qui vit tout au long de l’année ».

Un poids de forme pour Rio

Celui qui est désormais l’ambassadeur officiel de Peugeot Dijon, voit donc son image intimement liée à celle de la marque française. Le sportif de haut niveau et le lion n’ont-ils pas en commun, après tout, cette rage qui les pousse à se surpasser le moment venu ?
Au quotidien, c’est donc au volant d’une 308 aux couleurs de sa structure de coaching et de consulting qu’il roule. « J’adore cette auto. Elle est vraiment idéale pour moi. Elle a de la gueule tout en restant élégante mais surtout c’est un régal à conduire. On retrouve les qualités historiques de Peugeot, avec un comportement parfait, une direction hyper directe. Un vrai kart ».

Sa stratégie pour toucher le plus beau des métaux olympiques repose déjà sur la prise de poids (15 kilos tout de même) et le travail de la puissance.

On s’en doutait un peu, l’âme sportive de la marque n’est pas pour déplaire à ce grand champion qui apprécie du même coup le « confort de haut niveau » de son véhicule. Avec une vision qui lui est propre, naturellement : « C’est important, notamment sur les longues distances que nous devons avaler avant certaines compétitions. Le confort est lié aux sièges, aux suspensions mais aussi à l’équipement. La boite auto est évidemment un outil indispensable quand vous avez comme moi une problématique de mouvement sur un bras, mais je pense aussi au régulateur de vitesse. Pour un sportif de haut niveau, c’est vraiment un outil formidable pour l’équilibre du corps et éviter que le pied gauche soit le seul à être au repos quand le pied droit travaille. Ces petits détails font aussi la différence, surtout à mon âge… »

Bon, tout est relatif, Charles n’a pas encore trente ans. Malgré tout, il sent bien qu’il faut « être plus rigoureux et précis que jamais dans [sa] préparation, qui a été très réfléchie. » Sa stratégie pour toucher le plus beau des métaux olympiques repose déjà sur la prise de poids (15 kilos tout de même) et le travail de la puissance. « L’objectif est de rester performant sur les 100 mètres, il me faut donc revenir à mon poids de forme, m’astreindre à un régime très strict et précis de plusieurs mois. On ne peut pas faire les sorties au Château du Clos de Vougeot tous les soirs. » Même si, on le sait, Charles adore les chapitres organisés par les Chevaliers du tastevin dont il est un membre fidèle.

rozoy-peugeot

Déjà dans le bain

Courir après les médailles suppose certains « sacrifices », rien de neuf à l’horizon. Charles n’a donc pas caché son plaisir à se prêter à l’essai du nouveau 2008 pour un après-midi d’école buissonnière. Sur les petites routes des hauteurs de Dijon, le nageur s’est senti comme un poisson dans l’eau, prenant rapidement en main cette nouveauté. « Je ne m’attendais pas à un véhicule aussi imposant et valorisant ; je sais qu’il est très prisé des sportifs, notamment des cyclistes qui apprécient sa praticité, son habitabilité, sa garde au toit importante et la taille de son coffre. Mais pour moi une boite à gants suffit pour mon maillot de bain », plaisante l’essayeur d’un jour.

Plus sérieusement, il en apprécie la fonctionnalité : « C’est vraiment un véhicule ultra polyvalent, autant capable d’avaler les kilomètres que de sortir des chemins battus grâce à sa garde au sol. En ville, est super maniable, il est bien aidé par son petit volant caractéristique des nouveaux modèles de la marque. Cela contribue vraiment au plaisir de conduite tout comme ce toit panoramique qui nous permet de profiter d’un véritable puits de lumière, ce qui n’a rien d’un luxe dans nos régions et nous remonte le moral au quotidien. »

A propos de moral, nul doute que celui de ce grand champion est au top avant le début des hostilités. Engagé dans les courses du 100m papillon, du 100m brasse et du 50m nage libre, Charles fait partie des 57 tricolores à l’assaut de Rio. Avec Sandrine Aurières-Martinet (Mâcon Judo), Marianne Buso (JDA Dijon Basket fauteuil) et Cédric Fèvre-Chevalier (Société de tir de Chalon-sur-Saône), il est aussi le conducteur de la délégation bourguignonne. Personne ne pense à l’accident. Comme nous, tous ont envie d’entendre la Marseillaise célébrer la victoire.

Laisser un commentaire