Climats. AVS communication, la PME aux mille visages

Les 31 mai et 1er juin, deux fresques avec au total plus de 1200 visages « cloués » au sol ont marqué les esprits à Beaune comme à Dijon. Cette opération spectaculaire et rassembleuse venait en point final de la Semaine des Climats. En coulisses, elle doit beaucoup à l’énergie d’une PME dijonnaise qui ne pouvait qu’adhérer à un tel projet: AVS communication.

Fresque-dijon 2014-_53_armelle

AVS communication a une spécialité: la découpe d’adhésifs. Cette société dijonnaise emploie une quinzaine de collaborateurs « motivés, créatifs et dynamiques », à l’image de son jeune dirigeant, Arthur Deballon, que l’on connaît par ailleurs pour ses engagements dans la vie publique, avec notamment l’organisation du Vélotour®.

On savait déjà que la découpe d’adhésifs avait remplacé le métier de peintre en lettres. Mais on ne savait pas, jusqu’à la fin du mois de mai de cette année, que cette technique pouvait transformer une place en une immense mosaïque humaine. « Nous nous sommes inspirés de la technique du collage photographique de l’artiste de rue JR », explique Arthur Deballon, à propos de l’opération les Climats et moi.

Il s’agissait, beaucoup s’en souviennent, de réunir plus d’un millier de portraits à Beaune et Dijon, sur la place de la Libération notamment, le temps d’un week-end de clôture de la Semaine des Climats. « L’idée était alors que le public de ces deux villes déambule dans la carte géographique des climats de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits ». Chaque visage incarnant un climat, des portraits par centaines sont ainsi venu couvrir le sol, épousant le dégradé de couleurs matérialisant lui-même la position des premiers crus et des grands crus, le temps d’une exposition éphémère qui a fait sensation.

Moins visible mais pourtant bien concrète, la performance d’AVS communication a été à la hauteur du propos. Durant toute la semaine, la petite entreprise s’est activée à produire ses impressions sur un film adhésif de haute performance. Le jour J, à Beaune comme à Dijon, elle s’est déplacée sur place, avec son matériel pour assurer en direct et au contact des derniers maillons de cette chaîne humaine qui en a scotché plus d’un, la finalisation de l’opération. Installée en un temps record, retirée aussi vite, cette fresque aux mille visages (en réalité plus de 1200, comme autant de climats) appartient désormais à la mémoire collective.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© Photos : Bourgogne Live

Laisser un commentaire