L’ESEO forme depuis un an à Dijon des ingénieurs généralistes des nouvelles technologies. Avec sa pédagogie innovante, la toute jeune école séduit déjà étudiants et partenaires industriels. Et voit loin : 2021 sera l’année d’une installation sur le tout nouveau campus dijonnais, rue de Sully.

Une formation qui forme des ingénieurs dans les domaines du numérique, combinant l’excellence technique et le développement personnel : le mantra de l’école d’ingénieurs a de quoi séduire. Fort d’un écosystème de 60 partenaires industriels, le groupe ESEO tient ses promesses, avec un taux d’employabilité qui frise les 99 % six mois après l’obtention du diplôme. Par les temps qui courent, la statistique est à considérer. Fondée à Angers en 1956, l’école a essaimé à Paris puis à Dijon. Depuis septembre dernier, elle offre aux étudiants de la très captive métropole bourguignonne l’ensemble de la formation ESEO : cycle préparatoire puis cycle ingénieur. 

« Nous cherchions à nous implanter dans l’est de la France, tandis que le président de Dijon Métropole, François Rebsamen, souhaitait accueillir une nouvelle école d’ingénieurs. Le projet de ville intelligente OnDijon a emporté la décision », précise Carlos Martins, le directeur de l’ESEO Dijon, ravi de cette concordance des temps. De fait, l’école dijonnaise propose trois options, en matière de « smart city », de « e-santé » et d’« industrie 4.0 ». Pour sa première rentrée, elle accueillait 72 étudiants, dans des locaux provisoires mais confortables, dans le quartier des Grésilles.

Présente depuis une décennie à Dijon avec son cycle préparatoire international, l’ESEO s’implante durablement sur le nouveau campus métropolitain, rue de Sully © Architecture Studio

Un grand campus métropolitain partagé

2021 sera l’année du grand déménagement, dans des locaux tout neufs, situés rue de Sully, sur le campus dijonnais, que la métropole construit pour plus de 20 millions d’euros. Le nouveau bâtiment lumineux, aéré, abritera également l’ESTP, une autre école orientée vers les travaux publics. Au total, les étudiants profiteront de 10 000 m2 de surface, avec des labos de recherche et des espaces dédiés à la vie associative.

« Cet aspect vie étudiante est d’une grande importance car nos élèves y acquièrent des compétences supplémentaires, en technique, en culture, ou en sport », estime le directeur. Sur son campus partagé, l’ESEO compte accueillir 500, puis 700 étudiants au cours d’une formation de cinq ans. On intègre majoritairement l’ESEO en première année, directement après le bac via la plateforme Parcoursup. Mais il est possible de rentrer en cycle ingénieur, à bac+2, via les admissions parallèles.

Arrivé en mars 2020 à la tête d’ESEO Dijon, soit quelques mois après la pose de la première pierre du nouveau campus, l’expérimenté Carlos Martin nourrit de belles ambitions pour la rentrée 2021. © Jean-Luc Petit

Stages à l’international

Dès la première année, le côté pratique des matières est mis en avant. « Nous abordons bien sûr les concepts mathématiques, mais en les appliquant, en les contextualisant, pour ne jamais perdre de vue l’objectif professionnel de nos cursus. Dans le cadre de la réforme du bac et pour assurer la réussite de nos nouveaux élèves de bac général, STI2D et STL, nous dédions le premier semestre à une homogénéisation des connaissances scientifiques », explique Carlos Martins, soucieux de soigner les fondamentaux.

Autre particularité de l’enseignement à l’ESEO-Dijon : la dimension internationale. Tous les étudiants en deuxième année ont la possibilité d’effectuer leur quatrième semestre à Shanghai (Chine) ou à Santander (Espagne). Parallèlement, l’école parfait son ancrage local, en développant des partenariats avec des laboratoires de recherche rattachés à l’Université de Bourgogne. « Nous nous rapprochons aussi des industriels régionaux, pour la réalisation des futurs stages d’étudiants et le développement de projets techniques. Le tissu industriel est très réceptif à notre présence sur le territoire et de nombreux contacts ont vu le jour », s’enthousiasme le directeur. Pour l’ESEO, avec patience et méthodologie, les connexions se font et l’horizon numérique s’agrandit dans le territoire de la Bourgogne-Franche-Comté.   


> Portes ouvertes d’ESEO Dijon les 27 février et 27 mars 2021. Renseignements sur eseo.fr

Laisser un commentaire