Foucault au bal des faux culs

La vanne de Jean-Pierre Foucault sur Dijon lors de l’émission Salut les Terriens n’en finit pas de faire le buzz : réseaux sociaux saturés, reprise dans les players de médias nationaux, excuses publiques du malheureux M. Loyal des Miss France qui croyait juste faire un bon mot. Ce phénomène reflète une société qui s’émoustille d’un rien sur la toile. Est-ce bien sérieux ?

Par Emmanuelle de Jesus

Le soir du 7 décembre, jour de l’élection de Miss France au Zénith dijonnais, Jean-Pierre Foucault aura peut-être des suées : le public risque de lui réserver une bronca. Va falloir ramer pour atteindre la cote de popularité dont jusque-là le jovial Marseillais pouvait s’enorgueillir après des décennies d’émissions ultra-populaires où le temps de cerveau disponible des téléspectateurs était immense, à condition de trouver le cerveau.

Petit rappel des faits si vous dormiez ces trois derniers jours : samedi soir, dans l’émission Salut les Terriens d’Ardisson – où il est demandé un minimum de répartie aux invités, mâtinée d’un peu de parisianisme de bon aloi, on est entre gens de goût – Foucault explique à son hôte qu’il ne fera qu’un passage à Dijon : « Si j’étais désagréable, je dirais que je ne dors pas à Dijon, car quand on dort à Dijon, on se réveille à Dijon… » Quelle violence, ça laisse baba.

Normalement, on aurait dû en rester là. Disons qu’à l’époque de l’ORTF et du courrier postal, une poignée de Dijonnais auraient sorti leur Bic, acheté une carte postale représentant l’hôtel de ville et écrit une missive navrée dans laquelle ils supplieraient « Monsieur » Foucault de bien vouloir reconsidérer le mépris et la condescendance (oui, on avait des lettres à l’époque) avec lesquels ce dernier avait pu parler de leur « bonne ville ». Le courrier serait arrivé au destinataire une semaine après son passage à Dijon et tout cela aurait fini en anecdote lors du repas dominical, entre le rôti et les flageolets :« Savez-vous que Georges était tellement outré de ce qu’il a entendu dans le poste qu’il a écrit à Monsieur Foucault ? »

Oui mais ma bonne dame, c’est fini tout ça. Maintenant, y’a les réseaux sociaux, Twitter, Facebook… Planqués derrière leurs écrans, les Georges d’aujourd’hui réagissent à la milliseconde. Le problème, c’est qu’à force d’avoir le cerveau disponible, ils ont oublié comment il fonctionne. Faites un tour sur le net, et vous pourrez lire un impressionnant tas de posts plus consternants, dénués d’humour mais non point exempts de fautes d’orthographe les uns que les autres, conspuant le malheureux JP (conspuant, oui ; ce n’est pas un gros mot ; à dijonbeaune.fr aussi, on a des lettres).

Capture-d’écran-2013-12-03-à-09-1.50.49-1024x567

Creusant un peu plus profond le sillon du ridicule, le quotidien local fait sa une sur l’affaire et sollicite des réactions, notamment des politiques. Et il y en a ! Trop contents de surfer sur la vague tout en jouant les duchesses outragées… La palme revient à David Lanaud du Gray, aspirant à la mairie de Dijon, dont le vibrant « Foucault fous le camp ! » a eu les honneurs d’un nombre impressionnant de reprises dans les players des médias nationaux et autres sites consacrés aux soubresauts médiatiques. Cela rappelle furieusement un fameux « Casse-toi, pauv’ con ! » qui avait lui aussi fait le buzz…

Et c’est là que l’on voulait en venir… Qu’a dit Foucault, au fond ? Que Dijon, vu de ses fenêtres parisiennes, apparaît comme une ville morne, grise, incapable d’apprécier un minimum d’humour (même de l’humour pas drôle) et d’y répondre sur le même ton, histoire de prouver qu’en province aussi on savait se marrer. Les réactions de mémères outragées, drapées de fierté dijonnaise, lui donnent entièrement raison. Il a dû y penser, JP, en écrivant son communiqué d’excuses (si, si !).

Allez, console-toi Jean-Pierre ! Et dis-toi qu’à trois mois des élections municipales à Dijon, tu as enfin déclenché l’irruption sur la scène publique d’un vrai débat démocratique, pétri d’humanisme et de savoir, planant à des hauteurs insoupçonnées. A dijonbeaune.fr, on a été tellement impressionnés par tant d’intelligence qu’on a peur de voir la mayonnaise retomber… Tu peux pas demander à Cyril Hanouna de déclarer publiquement qu’il n’aime pas la moutarde, histoire de garder les neurones au chaud ?

One thought on “Foucault au bal des faux culs

  1. 03/12/2013 at 19:59

    petit salut amical dominique, j’te kiffe grave !

Laisser un commentaire