Le meilleur sommelier d’Europe 2000 et son école arrivent en Bourgogne. Il ouvrira en janvier sa première session diplômante de sommelier-caviste dans Le Repaire des Gourmets à Fontaine-lès-Dijon, un nouvel espace conçu pour des animations autour du vin. Ça tombe bien, c’est aussi l’adresse du siège de DBM, Bourgogne Magazine et des autres revues de Studio.Mag…

Le palmarès de Franck Thomas se passe de tout commentaire. Meilleur jeune sommelier de France en 1995, MOF en sommellerie cinq ans plus tard, double titre national et européen en 2000 toujours, demi-finaliste Meilleur sommelier du monde en 2004… mis comme ça sur un CV, ça vous pose son homme et le palais qui va avec. D’autant que sa formation à lui, il la doit au lycée viticole de Beaune et à un Bourguignon de renom, Georges Pertuiset.

La méthode Montessori

Depuis, il est en croisade pour l’enseignement. Son école, née dans le sud avec l’aide de camarades sommeliers, restaurateurs et cavistes, a démarré sur des formats courts de 2 à 4 jours. « Mais il y avait une envie d’aller plus en profondeur », explique Franck Thomas, après avoir observé que les cursus officiels de l’enseignement ne se désolidarisent pas de la restauration, excluant toute autre forme de cheminement. Or, l’émergence des caves à vins, bars à vins et autres sites œnotouristiques, l’engouement général aussi pour une pédagogie large autour de ce thème, font apparaître de nouveaux besoins. Sur ce constat, l’école Frank Thomas a construit et fait approuver un diplôme d’État exclusif de sommelier-caviste sanctionnant pas moins de 70 journées de formation dans le cadre d’un contrat d’alternance.

Les sessions s’étalent sur une année et réunissent en moyenne une douzaine d’apprentis qui consacrent le temps restant à leur entreprise. Les profils diversifiés reflètent la montée en puissance de l’œnotourisme qui crée des attentes aussi bien dans les domaines que chez les cavistes, ou dans tout lieu appelé à présenter le vin. Inspiré de la méthode de la pédagogue italienne Maria Montessori, le programme se veut participatif.

Il fait appel au théâtre, avec des acteurs qui provoquent une mise en situation et scénarisent des échanges. Il prône une approche innovante, intuitive autour de la géo-sensorialité. Il fait appel exclusivement à des intervenants dont le niveau d’expertise est indiscutable. « Nous avons basé notre enseignement sur ces quatre points forts, avec la volonté de rendre les apprentis totalement opérationnels », assure le papa de la formule. 

Une formation « RVF »

Une formule aussi gouleyante qu’un gamay et longue en bouche qu’un grand pinot noir. Près de 1 500 apprentis, soit peu ou prou le dixième de la cible concernée, sont passés par Franck Thomas Formation pour s’armer de compétences. L’école est implantée dans une vingtaine de points en France. S’organisant à chaque fois autour d’un noyau dur de professionnels*, elle adapte ses dégustations (5 à 7 vins chaque jour de formation) à la région concernée.

À partir de janvier 2022, Franck Thomas Formation s’implante enfin en Bourgogne, à Fontaine-lès-Dijon, au Repaire des Gourmets, dans le bâtiment qui est aussi le siège de vos magazines préférés : DBM bien sûr, Bourgogne Magazine, Cœur de Comtois et Dijon Capitale. Ce lieu spécialement pensé et conçu pour recevoir des animations pédagogiques autour du vin, accueillera progressivement les formats courts de Franck Thomas Formation, ainsi que les dégustations organisées par Bourgogne Magazine et des animations autour du Permis de Bourgogne.

C’est d’ailleurs une véritable histoire de presse qui s’écrit indirectement. L’école de Franck Thomas a en effet intégré le groupe Marie-Claire depuis deux ans et demi. Ce même groupe qui édite la Revue du Vin de France, dont le nom est désormais accolé à la certification caviste-sommelier. « Je n’ai plus la gestion sur les bras, qui n’était pas forcément la valeur ajoutée que je voulais apporter dans cette belle aventure, s’amuse l’interessé, et je peux désormais me reposer sur les professionnels du CFA intégré au groupe Marie-Claire pour me concentrer sur notre mission de formateur. » Voilà qui promet.

* Dans le cas présent le Meilleur jeune sommelier de France 2013 Maxime Brunet, Jacky et Charles Rigaux, Cyrille Tota (L’Étoffe des Terroirs) et votre serviteur Dominique Bruillot, éditeur de Bourgogne Magazine.

Un moment bien choisi

Une session peut démarrer à tout moment de l’année, nécessitant 14 semaines de mobilisation sur une année complète. Conditionnée à un seuil de 12 apprentis, son coût est de 9 000 euros par apprenant, pris en charge par les crédits formation. Les profils visés sont très divers et s’inscrivent dans l’air du temps. Caviste en création, professionnel du CHR en reconversion, domaine viticole en phase de développement œnotouristique… grâce à la prime d’État pour l’embauche d’un apprenti (8 000 euros) prorogée jusqu’à juin, la période n’a jamais été aussi propice à ce genre de virage.

franckthomas.fr – 09.51.44.21.01 et [email protected]

Laisser un commentaire