Nuits: le Saint-Georges se refait une santé

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

A quelques tours de roue de la sortie Nuits de l’autoroute, l’Inter-Hôtel Le Saint-Georges entame une cure de jouvence. Fréquenté par une clientèle de passage, ces travaux lui permettent de viser désormais la population locale, en dissociant notamment le restaurant de l’hôtel. Où comment une remise en question peut changer le destin d’un établissement.

Le bâtiment a été construit en même temps que la sortie d’autoroute, il y a 25 ans. A Nuits, difficile de trouver meilleur emplacement que celui de l’établissement de la chaîne Inter-Hôtel (celle des « Hôteliers avec l’accent » nous dit la signature sous le logo). Depuis quatre ans et demi maintenant, c’est Dominique Fieux qui est aux commandes du Saint-Georges. Omniprésent derrière les fourneaux, ce cuisinier de formation gère aussi la partie hôtellerie, et c’est lui qui est à l’origine de l’opération séduction dans laquelle se lance l’établissement : « L’Inter-Hôtel Le Saint Georges a depuis plus de 20 ans construit sa clientèle grâce à l’autoroute. Les soirs de départs en vacances, nous affichons complet, avec entre autres une forte clientèle belge qui nous fait confiance depuis des années, à tel point qu’aujourd’hui, nous avons les enfants des couples qui s’arrêtaient chez nous il y a 25 ans. »

© Clément Bonvalot

© Clément Bonvalot

Mais voilà, alors que, selon l’avis même de son gérant, l’établissement était vieillissant, la concurrence est devenue plus rude, de nouveaux établissements ont été construits autour de Nuits, les taux d’occupation ne sont plus au niveau d’il y a 15 ans… « Pour rebondir, poursuit Dominique Fieux, nous avons refait toutes nos chambres. Maintenant, on s’attaque à la décoration du rez-de-chaussée, en même temps qu’on revoit notre salle de restaurant, en proposant une partie gastronomique, une autre plus bistrot, et un lounge où on pourra boire un verre en grignotant au calme. Dans le même temps, on a changé 150 chaises et fauteuils, et on a repensé la lumière. Le tout avec l’objectif clair de retrouver une clientèle du dimanche midi au restaurant, cette clientèle locale qui n’existe plus vraiment aujourd’hui. »
La clientèle locale est donc le nouvel axe de développement du Saint-Georges revu par Dominique Fieux. « Nous allons également proposer de nouvelles formules “étape”, avec la possibilité d’une carte privilège pour les chefs d’entreprise. Enfin le restaurant devrait prendre un autre nom que celui de l’hôtel, afin de bien dissocier les deux activités, de continuer à accueillir les touristes de passage sur l’autoroute – c’est sa vocation depuis 25 ans –, mais aussi de se tourner vers les Nuitons, plus particulièrement le week-end et le soir entre 19 et 23 heures. Tous les changements que nous sommes en train de réaliser doivent nous permettre d’y arriver. » Foi de chef !

Laisser un commentaire