À Villars-Fontaine, le vil Covid a plombé la saison de la Karrière mais pas l’énergie de son équipe. Celle-ci a mis à profit ce temps de latence pour mûrir un projet architectural et événementiel ambitieux qui capitalise sur l’attrait du street-art, tout en assumant pleinement un rôle de pôle culturel des Hautes-Côtes.

Un grand chantier de remise à plat, c’est ce à quoi travaille l’équipe de la Karrière, cette ancienne carrière de Comblanchien, devenue galerie à ciel ouvert du meilleur du street art mondial, et lieu culturel pour toutes les Hautes-Côtes, entre Beaune et Dijon. Comme toujours, la Karrière pense en grand et s’imagine un avenir ambitieux, autour de deux idées. D’une part, rendre le site permanent, vivant toute l’année, avec des manifestations culturelles, des animations et des résidences d’artistes. D’autre part, poursuivre dans la voie de l’excellence internationale, en continuant de collaborer avec la crème de la crème du graf pour peindre les monumentaux fronts de taille de 15 mètres de haut de l’ancienne carrière, et capitaliser sur l’attrait touristique de cette galerie en plein air unique en son genre.

Bâtiment modulaire

Lancée en 2016, à partir de l’intuition brillante du maire de Villars-Fontaine, Pierre Lignier, la Karrière a connu un développement foudroyant, le site passant de 6 000 visiteurs en 2016 à 38 000 en 2019. Las, la crise sanitaire a plombé le festival d’été qui draine le public, et fait s’effondrer la fréquentation en 2020 et 2021, autour de 12 000 à 14 000 personnes à l’année. Elle a mis en lumière les fragilités de l’édifice Karrière. « Le festival d’été porte la structure, qui ne peut pas vivre sans lui. Dès lors, nous devions nous poser la question de comment faire vivre cet endroit unique, sans être complètement dépendant d’une seule manifestation publique », résume Philippe Crevoisier, président de la Karrière et ancien directeur général de l’activité électrique culinaire du groupe Seb.

L’idée de permanence impose le développement de bâtiments « en dur », pour améliorer le confort du site naturel, et attirer de potentiels ateliers de création, séminaires, manifestations culturelles ou événements type concert.

La Karrière, avec le concours du Département de la Côte-d’Or, a lancé un appel d’offres, auquel neuf architectes ont concouru. Lauréate, Emmanuelle Andréani, du cabinet Siz’ix de Lyon, également en charge de l’impressionnante Cité des Climats de Beaune, s’est attelée à la tâche. Son projet, encore en cours d’élaboration, fait sortir de terre un bâtiment modulaire, manière d’empilement de cubes, en verre et bois, desservis par un escalier extérieur en colimaçon. 

Rendez-vous en 2023

« Emmanuelle a très bien appréhendé l’aspect créatif et culturel de la Karrière dans son pré-projet, sur lequel nous travaillons toujours, notamment pour améliorer les performances environnementales des bâtiments », note Pierre Lignier. « Nous espérons des retours de nos financeurs publics potentiels, communauté de communes, Département, Région, État et Europe à l’été, pour lancer la réalisation. Dans un premier temps, nous construisons les nouveaux bâtiments, et rénovons la halle actuelle. Puis nous pourrons réfléchir à l’aménagement paysager d’un parking sur le site », poursuit le maire de Villars-Fontaine. Le chiffrage du projet demeure imprécis, mais grimpe au delà du million d’euros.

La Karrière n’oublie pas son essence, être une galerie au grand air, associant d’immenses fronts de coupe de pierre de Comblanchien au talent des meilleurs street artistes mondiaux. Fresk permet au public de voir ces artistes à l’œuvre, de les rencontrer et bien sûr d’admirer leurs créations. « Nous cherchons à attirer les plus grandes signatures du street art, et pour cela nous nous tournons vers le mécénat de grandes entreprises nationales, comme AG2R qui nous soutient déjà. Nous ne sommes pas assez avancés pour organiser la manifestation cette année, mais elle se déroulera dès 2023 », précise Pierre Lignier. 

Dès 2023, Fresk sera dissocié du festival, qui poursuivra son bonhomme de chemin sur le format actuel, qui est celui d’une manifestation de spectacle vivant d’ampleur régionale. Mais c’est bien sur les fresques des grands artistes que la Karrière compte pour attirer des touristes, désireux de donner une dimension plus contemporaine et plastique à leur découverte des vignobles de Bourgogne. Le label Unesco, les voies vélo concourent également à renforcer l’attrait de ce site, qui hisse la pierre de Bourgogne au rang de toile de maître.

Le programme de la saison 2022

Laisser un commentaire