La rétro de la semaine

© Studiomag

© Studiomag

Du vin et de la truffe, il en faut peu pour être heureux. Minimaliste comme un en-cas mais savoureuse comme un festin, c’est la rétro de la semaine.

Samedi dernier fut une rude journée pour l’éditeur de dijonbeaunemag.fr Dominique Bruillot, flanqué de son acolyte (et néanmoins collègue) Clément Bonvalot. Nos courageux envoyés spéciaux se sont en effet lancés dans une mission plus que périlleuse : raconter sur le vif la Saint-Vincent tournante de Saint-Aubin. C’était tellement bien qu’on en a même fait une repasse en milieu de semaine, histoire de vous mettre des images plein les mirettes…

Peut-être verra t-on bientôt un match de football sponsorisé par Gevrey-Chambertin : lundi on faisait le point sur la proposition de loi du sénateur PS de l’Aude Roland Courteau – François Patriat l’a également signée – pour qu’on puisse enfin vanter les mérites de nos vins dans la publicité audiovisuelle et autoriser le parrainage d’événements, sportifs notamment. Les alcools forts n’ayant point ses scrupules puisqu’ils sont légion, notamment dans les manifestations sportives retransmises depuis l’étranger (et dans les troisième mi-temps un peu partout, mais ceci est une autre histoire).

Mardi, c’était à un jour près le centenaire de la naissance de l’architecte Viollet-le-Duc qui collabora avec son ami (et néanmoins auteur) Prosper Mérimée, inspecteur des Monuments historiques de son état, à la restauration de nombre de monuments français : la basilique de Vézelay fut d’ailleurs le premier de leurs chantiers. A redécouvrir au château de Bussy-Rabutin, jusqu’en novembre.

Mercredi, romance à l’eau de rose ? Pas vraiment avec le film de Guillaume Brac, Tonnerre qui sortait sur les écrans : l’histoire d’amour d’un rockeur et d’une journaliste. La belle et la bête à la sauce Bourguignonne avec la ville en toile de fond.

Jeudi, on reste dans le conte fantastique avec Destine moi au mouton ! Ou comment les Ovinpiades de Bourgogne vont remettre sur le bon chemin l’élevage des moutons (égaré, l’élevage, pas les moutons) et assurer quelque décennies de repas dominicaux au gigot – haricots.

Vendredi, on aurait bien aimé être, quelques heures seulement (oui, parce qu’il y a un paquet de boulot à venir) les archivistes de Beaune à qui la maison Patriarche remettait officiellement les tonnes d’archives de cette maison fondée en 1780…

Samedi, la Bourgogne a eu du nez avec la truffe : tuber uncinatum affiche une excellente saison 2013 et va pouvoir ravir les amateurs de ce trésor 100% bourguignon grâce à la recette proposée aujourd’hui. On dit merci qui ?

 

 

 

Laisser un commentaire