Le château de Couches tombe dans le (bon) panneau

Le panneau implanté au niveau de la sortie Chalon sur l’A6 et dessiné par Floc’h, l’un des pères de la ligne claire, fait le bonheur du château de Couches et de sa propriétaire Patricia Poelaert.

IMG_2841

Plus rayonnante que jamais, Patricia Poelaert : « Notre requête a été écoutée et entendue », se réjouit la châtelaine de Couches, à propos du panneau autoroute qui, désormais, dirige les passagers de l’A6 vers Marguerite de Bourgogne. Fait d’autant plus remarquable que Couches est à une vingtaine de kilomètres de la sortie « Chalon nord ».

APRR renouvelle actuellement sa signalétique avec une approche graphique très cadrée, même s’il convient de rappeler que ces grands panneaux ont en premier lieu la vertu d’éveiller, dans des conditions maîtrisées, l’attention des conducteurs. La société des autoroutes fait ainsi appel à des dessinateurs et designers de grande notoriété pour représenter les sites ambassadeurs des régions traversées.

Sur cet axe de l’A6, bonne pioche ! C’est Floc’h, l’un des « papas » de la ligne claire (auteur aussi de nombreuses affiches de films dont Smoking/No Smoking d’Alain Resnais ou encore Cherchez Hortense de Pascal Bonitzer), qui a fait le job. En ce qui concerne le château de Couches, le résultat est édifiant, tant sur un plan artistique (on sort enfin de l’obsédant marron des vieux panneaux) que sur un plan commercial (les visites affichent une progression à deux chiffres).

Une « création artistique »

IMG_2840

Pour des raisons que l’on devine aisément, il ne fut pas question d’organiser une inauguration sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute. Célébrant du même coup le début de saison touristique, c’est donc chez elle, vendredi dernier, que Patricia Poelaert a reçu les autorités régionales et les acteurs du tourisme, préfet compris, pour le vernissage du fameux panneau dont l’exacte reproduction a été méticuleusement déroulée sur les murs du château par son mari Olivier.

Avant de déguster les vins du domaine conçus par le même Olivier Polaert, l’artiste Floc’h a pu apprécier son intacte notoriété auprès de la presse locale. Dans le même temps, Pascal Devertu, directeur du marketing et de la communication chez APRR, en a profité pour rappeler que cette signalétique, dont les autorités locales ont très vite identifié la portée médiatique, est aussi et avant toute chose une véritable « création artistique ».

Le renouvellement du parc autoroutier va se poursuivre à son rythme. APRR compte 600 panneaux, prévus à l’origine pour une durée de vie d’une quinzaine d’années. Certains en ont plus du double. Le chantier ne fait donc que commencer, avec une réactualisation programmée qui fera émerger, au bord de l’autoroute, de nouveaux sites emblématiques pour la Bourgogne.

Légendes photos :
Pascal Devertu, directeur de la communication APRR et Patricia Poelaert, propriétaire du château de Couches. © D.R.
Le dessinateur Floc’h, très sollicité en ce jour de vernissage par les amateurs de BD. © D.R. 

2 thoughts on “Le château de Couches tombe dans le (bon) panneau

  1. Sartiaux
    24/06/2015 à 08:42

    C’est un achat marketing… Avoir une belle légende est forcément vendeur auprès des touristes. Et tout le monde… ou presque… tombe dans le panneau.

  2. C'est pas vrai
    23/06/2015 à 13:53

    C’est quand même navrant que la propriétaire du château de Couches prétende qu’il s’agit du château de Marguerite de Bourgogne alors qu’il ne s’agit que d’une légende inventée au XIXe siècle par le propriétaire de l’époque…
    On peut donc inventer et mettre n’importe quoi le long des autoroutes ? A défaut d’artistique, on pourrait quand même s’assurer de la vérité historique.

Laisser un commentaire