Le Clos de Vougeot franchit les bornes du numérique

Cet après-midi, un nouvel outil numérique sera présenté à la presse, au château du Clos de Vougeot. Anticipant l’élan insufflé par les climats, ce haut lieu cistercien a décidé de franchir crânement les bornes du numérique. Visite guidée… et interactive.

Capture d’écran 2015-07-09 à 10.34.20

Pa Dominique Bruillot
Photo: Jean-Luc Petit

Le château du Clos de Vougeot, symbole fondateur de la démarche s’il en est, a anticipé à sa manière l’inscription des Climats de Bourgogne au patrimoine de l’Humanité. A quelques heures près de la grand annonce, on a vu jaillir du sol cistercien des tonneaux tronqués à 30 degrés dans lesquels on a intégré une tablette interactive de 33 pouces.

De quoi alimenter, ce jour-là, la curiosité d’un jeune couple de Canadiens anglophones (notre photo), ravis de constater qu’entre les murs historiques du château, on se familiarise avec les nouvelles technologies. « Very fun », ont confirmé nos deux tourtereaux.

« Cela n’a rien à voir avec une borne de hall de gare » s’empresse cependant de préciser Arnaud Orsel, maître-d’œuvre d’une opération qui projette, avec entrain, nos chers Climats et moines de Cîteaux dans le troisième millénaire. Dans le même temps, le « château » doit composer de plus en plus avec la diversification des origines de ses visiteurs.

Un concept 100% bourguignon

« Aujourd’hui, la visite interactive est exclusivement proposée en anglais et en français, mais nous allons intégrer d’autres langues (ndlr: les Brésiliens et les Chinois sont de plus en plus nombreux à passer par là) dès le premier janvier prochain » confirme Arnaud Orsel. Surtout, il s’agit là d’un produit 100% bourguignon. Les tonneaux sont de Saint-Romain (voir à ce sujet l’article de nos confrères de Traces Ecrites News sur TFF) et on doit à une start up mâconnaise, Kineti la création d’un logiciel très convivial et de tablettes tactiles très résistantes. En bon maitre des lieux et de son destin, le château du Clos de Vougeot a développé en interne l’application qui dirige la visite.

Alors que l’on célèbre les climats mais aussi les 900 ans de présence cistercienne dans les vignes du Clos Vougeot, ce virage technologique au cœur du monde tastevinesque se conjugue avec d’autres initiatives pleines de fraîcheur pour le marketing bourguignon. Reprenant l’œuvre de Joyce Delimata, auteure de l’affiche de la Saint-Vincent des climats en 2012, Arnaud Orsel a concocté la création d’un parapluie avec une entreprise bourguignonne du patrimoine français, Guy Dejean dans la Nièvre dont les références se nomment par exemple Chantal Thomas et Jean-Paul Gaulthier.

Un peu de Chantal Thomas entre la Croix de Conti, les climats et la Chouette de Dijon, c’est cela le monde moderne à l’ère du numérique!

Laisser un commentaire