Le Clos Napoléon, petit empire du plaisir

Du vrai, du bon, du bourguignon pour tous de l’ouvrier au capitaine d’industrie : le Clos Napoléon assume sa cuisine traditionnelle au cœur de la côte viticole, à Fixin. José Gonzalez et Gérald Ulmann ont construit une impériale et raisonnable proposition. De quoi remporter toutes les batailles gourmandes.

Par Dominique Bruillot
Pour Dijon-Beaune Mag #71
Photos : Jonas Jacquel

Fixin, son appellation village, son premier cru les Hervelets, sa magnifique église romane aux toits vernissés (Saint-Antoine-de-Fixey), son Clos de la Perrière, ses combes naturelles,… Fixin, son Réveil de Napoléon commandé par le fanatique grenadier Noisot à l’illustre sculpteur François Rude, son Clos Napoléon tenu avec amour par deux frères siamois, José et Gérald. Le tandem Gonzalez-Ulmann a de la bouteille. Leur première affaire remonte à loin. Un PMU à Dijon. « Une cocotte-minute populaire et sympa mais un peu débordante, ça n’était pas pour nous », s’amuse encore José. C’est pourtant un parieur de tiercé qui informe nos deux inséparables qu’un établissement vieillissant de Fixin est à vendre. Fin 2007, ils négocient l’affaire. Au 1er mars 2008, ils s’y installent.

Ouvert 363 jours par an

Dix ans plus tard, le Clos Napoléon, « ouvert 363 jours par an », fait travailler pas moins de 18 personnes contre quatre au tout début de l’histoire. Gérald, toujours aux commandes de la cuisine, propose des assiettes traditionnelles et nobles : du persillé qui sent bon le persillé, des œufs en meurette qui sont de vrais œufs en meurette et du bourguignon qui marine de joie et de joue. « Le comble de notre audace, ironise à nouveau son insatiable associé, c’est de mettre du chorizo dans du poisson, mais c’est pleinement assumé, nous nous situons au niveau d’un bon établissement traditionnel, entre le restaurant de chaîne et le gastronomique. » Le « bistronomique » ne fait pas partie du vocabulaire maison.

Fixin, c’est surtout un joli spot à 15 minutes du cœur de Dijon, à moins de 5 minutes de splendides balades par et au-delà des vignes. Au Clos Napoléon, l’ouvrier voulant se faire plaisir (les plats sont entre 9 et 22 euros) croise le capitaine d’industrie à la recherche d’un endroit apaisant et plaisant. Le vin, servi sur mesure et sans coefficient dissuasif, rend hommage à l’appellation et fait le lien d’une clientèle diversifiée. Entre copains, en famille, en couple, en affaires, peu importe la motivation, quatre salles aux chaleureux murs de pierre et une terrasse sont là pour accueillir le gourmand-gourmet de passage. Un espace réception joliment aménagé facilite en cave les petites réceptions au milieu des bouteilles.

Gratuit pour les poulbots !

Les enfants de moins de 6 ans ont même droit à un menu gratuit spécialement conçu pour eux. Alors, les poulbots, c’est le moment ou jamais de se taper la cloche chez l’empereur ! Napoléon rince la France de demain et vous donnera le goût des bonnes choses ! Aujourd’hui, José et Gérald sont des enfants du pays. Dans leur caveau, attenant au restaurant, on peut acheter des vins à emporter aux prix doux, proches d’un départ de cave. Les bons vignerons y sont représentés, ceux qui, principalement, produisent les trois appellations chouchoutées par les deux amis par qu’elles sont « emblématiques de ce qui se fait de mieux à la naissance de la Côte de Nuits » : le fixin bien évidement, le marsannay et le gevrey-chambertin. Ils peuvent aussi compter sur une « équipe qui aime les gens », incarnée par la gentillesse et la compétence de leur directrice de salle Aurélia. Au Clos Napoléon, la première bataille gagnée, c’est celle du plaisir. 


Au Clos Napoléon 4 rue de la Perrière à Fixin
03.80.52.45.63
www.clos-napoleon.com

Laisser un commentaire