Les 24 heures de Beaune appuient sur la pédale !

Ce qui était à l’origine une gentille fête de quartier entre jeunes est devenue un rendez-vous sportif couru par une cinquantaine d’équipages venant parfois de loin. Délurées et bienveillantes, Les 24 heures de Beaune reviennent pour une 32e édition vendredi 25 et samedi 26 mai. Petit point avec Fabrice Jacquet de la Maison Louis Latour, fidèle de la grille de départ. 

Par Michel Giraud
Photos : D.R.

« L’idée principale, il y a 32 ans, était d’ouvrir le quartier Saint-Jacques sur la ville, d’impliquer les jeunes habitants dans une fête nouvelle et populaire », explique Philippe Dupont, cheville ouvrière de la manifestation. Cela fait vingt ans que Fabrice Jacquet, ne rate pas une édition. Les 24 heures de Beaune, il les a côtoyées longtemps en tant qu’adjoint aux sports de la Ville, puis en tant que directeur administratif de la maison de négoce Louis Latour, alignée au départ de l’épreuve : « C’est un double anniversaire pour moi, sourit l’intéressé. La Maison Louis Latour comprend une association sportive, dans laquelle nous avons des cyclistes. L’idée est venue naturellement de participer aux 24 heures ! » Les coureurs de l’équipe sont donc tous des salariés de l’entreprise, volontaires bien sûr.

700 km en 24 h

Cette année, six hommes et deux femmes de l’entreprise beaunoise s’élanceront sur des vélos pas comme les autres, fruit d’ingéniosité mécanique et de décoration soignée. Les conditions d’acception des véhicules sont réglementées dans un dossier technique très précis. Derrière ses atours de grande fête populaire où se déplace sur deux jours l’équivalent de la population beaunoise, les 24 heures de Beaune ont évolué vers une véritable manifestation sportive, nécessitant un engagement de tous les instants, durant laquelle se relaient deux coureurs d’une équipe de huit pour boucler quelque 700 km, 24 heures durant (ça ne s’invente pas).

Comme le vin qu’on verse !

En marge de la course, spectacles, concerts et animations diverses s’emparent du quartier Saint-Jacques. « C’est une vraie fête », apprécie Fabrice Jacquet, dont l’employeur a souhaité ouvrir la participation aux employés de ses nombreuses filiales. « Ainsi, nos collaborateurs du Beaujolais, de Chablis, mais aussi de l’Ardèche viennent participer. L’assistance et la nourriture pendant la course, est assurée par le personnel de la maison, la mécanique est aussi entretenue par nos services techniques. C’est un vrai projet d’entreprise, basé sur l’effort collectif et la convivialité. Nous passons du temps ensemble dans un autre contexte, nos actionnaires viennent nous rendre visite, comme nos clients et fournisseurs. Cela colle bien à notre ADN de société familiale bourguignonne.  »

Le thème de cette 32e édition, les 25 et 26 mai, étant « Modes et tendances », la belle maison beaunoise a « naturellement choisi Converse, comme le vin qu’on verse ! ». Astucieux. Et bienveillant : la solidarité sera une nouvelle fois au cœur de l’évènement puisque les bénéfices seront reversés au Fond d’action sociale aux sports, « qui intervient pour le financement des licences et des cotisations pour faciliter l’intégration de jeunes dans les clubs sportifs beaunois », précisent les organisateurs. De six équipages à l’origine en 1987, la jauge est montée à une petite cinquantaine. Unique en France, la manifestation a offert à Beaune une belle fête. Roulez jeunesse !

Informations sur www.24hbeaune.fr

Laisser un commentaire