On a marché sur la Lino

© Clement Bonvalot

© Clément Bonvalot

Marché ? Couru plutôt. Avec dijonbeaune.fr, le quinquagénaire marathonien dijonnais Philippe Rémond, a été le premier à poser sa foulée sur le parcours de la LINO, en amont de la course qui aura lieu samedi soir, symbolisant l’arrivée tant attendue du contournement de Dijon. Dans un décor de science-fiction, notre fusée de l’athlétisme l’a démontré, chrono en main : ce macadam, c’est de la balle !   

On ne pouvait rêver meilleur « Lino-naute » que Philippe Rémond pour cette mission de reconnaissance en terre inconnue. Son CV l’explique à lui seul : 5ème du marathon de Paris en 1995, 9 fois vainqueur du marathon du Médoc, 4 fois vainqueur du marathon des Grands crus de Bourgogne, mais aussi de multiples participations à des courses de légende dans le monde. Il y a encore deux semaines, au lendemain de ses 50 ans, il terminait à la cinquième place du marathon de Beaune. Cet athlète insatiable et éternellement jeune aurait pu décrocher la lune. Nous lui avons proposé la Lino.

Macadam running boy 

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

La LINO, il convient de le rappeler, c’est le contournement de Dijon qui joue avec les nerfs des Dijonnais depuis plusieurs décennies. Elle sera enfin inaugurée au printemps prochain. Pour fêter cette belle chose qui devrait rapprocher d’un quart d’heure la Toison d’Or de la bretelle d’autoroute à Plombières, l’Athlétique club de Talant organise samedi prochain une grande course nocturne(1). Prenant les devants, l’équipe de dijonbeaune.fr a  invité Philippe Rémond à jouer les pionniers sur ce parcours de rêve. On a donc bien marché sur la LINO. On a même couru.

Avec ses faux airs de James Bond, on pourrait facilement l’imaginer dans la combinaison flashy de l’agent double prenant la direction de l’espace dans Moonraker. Pourtant, le quinqua au regard azur, chaussé de ses runnings vert-fluo, a les pieds sur terre. Il a fait spécialement le trajet depuis Marseille (Un coucou à Jean-Pierre Foucault en passant), où il vit désormais, pour vivre cette expérience unique. Même s’il fait froid, le soleil ne l’a pas quitté depuis son départ. Philippe Rémond enchaîne les foulées sans forcer. « Un vrai régal ce macadam tout neuf, relève-t-il. Il est très rare de pouvoir courir sur un tel équipement. La souplesse du sol offre des sensations incomparables malgré cette belle montée. Je me doute que certains ont déjà dû y goûter. »

Mission Appo-Lino réussie

Effectivement. Fabien Grange, de la Dréal Bourgogne, a organisé la course de samedi prochain durant le chantier. Il reconnaît les faits : « Le week-end, les gens investissent les lieux pour courir ou faire du vélo. Moi-même, j’ai pu boucler les 6 kilomètres 500 avec quelques amis sportifs il y a trois semaines. » Notre champion ne sera donc pas le premier.

Ce phénomène de courses sauvages et pas bien méchantes se prolongera certainement jusqu’à la mi-février, date prévue pour l’ouverture de l’équipement aux voitures. Samedi, sur le coup de 18 heures, 2 000 chanceux vont pouvoir vivre à leur tour ces sensations exclusives. Philippe sera à Bandol. Tout à son honneur, puisqu’il fera la course au profit du Téléthon. Il enrage toutefois de ne pas pouvoir goûter plus longtemps à cette Lino qui déroule son macadam vierge comme un appel à la performance. Finalement, on a donc bien fait de l’invité notre fusée de l’endurance. Mission « Appo-Lino » réussie.

 © Clément Bonvalot

© Clément Bonvalot

(1) La Course des Lumières : organisée sur la Lino (contournement de Dijon) avant l’ouverture aux voitures. Une partie des bénéfices servira au financement d’un fauteuil pour Cédric Fèvre champion paralympique de tir, à Londres 2012.

Laisser un commentaire