Pour sa 14e édition, le festival Musique & Vin au Clos Vougeot (19-26 juin) réunit le must de la scène internationale et soutient plus que jamais ses jeunes talents. Un rendez-vous incontournable, accessible sans se faire vendanger le portefeuille, qui doit beaucoup à l’amitié entre Bourgogne et États-Unis…

Libéré des jauges, des masques et des fausses notes covidiennes, Musique & Vin au Clos Vougeot va enfin pouvoir délivrer sa partition habituelle. Depuis sa naissance en 2008, le festival a banalisé l’exploit de réunir, sur quelques jours et avec un ticket d’entrée vraiment sage (de 35 à 100€), des artistes internationaux au sommet de leur art, des jeunes musiciens sur la voie de l’excellence, et le meilleur de la Bourgogne viticole à portée de verre. Le tout dans des endroits bénis de Bacchus : château du Clos de Vougeot bien sûr, abbaye de Saint-Vivant, château et église de Meursault, halles de Beaune…

Quand on lui pose la question, Gautier Capuçon donne le ton : « Ce festival est unique au monde. Il se passe toujours quelque chose de particulier ici. » L’impeccable violoncelliste est, depuis l’année dernière, le directeur artistique de Musique & Vin, avec son complice de toujours, Jean-Yves Thibaudet, pianiste baptisé au pommard (lire notre interview). Malgré un agenda à plusieurs fuseaux horaires et des sollicitations permanentes, les deux stars de leur discipline sont complètement (a)ligotés à cet événement. Ils œuvrent beaucoup à l’accompagnement des jeunes artistes, fidèles aux intentions des fondateurs Bernard Hervet, Aubert de Villaine et David Chan. Telle est la raison d’être de Musique & Vin.

Jean-Yves Thibaudet et Gautier Capuçon, les directeurs artistiques de Musique & Vin au Clos Vougeot. © D.R.

Bourse et fonds instrumental

Car au début de l’histoire, «  il n’y avait rien, dans la région, pour faciliter l’accès à des instruments de qualité », rappelle volontiers Bernard Hervet. Et un violon, un alto ou un violoncelle qui fera des merveilles, ça se chiffre au bas mot entre 12 000 et 45 000 euros selon sa finition, ma bonne dame.

Le festival a donc dès le départ soutenu les jeunes talents provenant du monde entier, en leur dédiant une bourse. Puis y a rajouté un fonds instrumental, piloté par Daniel Weissmann, autre pilier de l’événement, pour faire fabriquer et prêter des instruments. Ce genre de bénédiction peut lancer une carrière : après une audition à Beaune, s’il en est jugé digne, l’artiste en herbe reçoit ce graal fabriqué par des luthiers de très haut niveau, pour une durée de un à trois ans, le temps de faire ses armes, archet en main. Cette année, le festival bourguignon veut assumer d’autant plus cette mission dans un contexte de grand gâchis orchestré par le covid. Bernard Hervet, qui connait les coulisses du milieu, n’a pas le romantisme d’un Brahms au moment de dresser le bilan : « Durant tous ces mois sans concerts, certains artistes ont tout simplement arrêté, faute de pouvoir vivre de leur art. »

Francesca Pia Vitale et Samuel Glicklich Jeunes Talents 2022

Du 19 au 26 juin, on va donc encourager allegretto ces jeunes prodiges. Tous les concernés accompagnés par Musique & Vin (la liste est longue) poursuivent d’ailleurs de brillantes carrières musicales, qu’ils soient chanteurs ou musiciens. Pierre Génisson (clarinette) et Lisette Oropesa (soprano), que l’on retrouvera cette année, sont devenus des solistes accomplis et des partenaires recherchés en musique de chambre. Jeunes Talents 2022, la soprano italienne Francesca Pia Vitale (soprano) et le tout jeune pianiste américain Samuel Glicklich, protégé de Jean-Yves Thibaudet à la Colburn School de Los Angeles, marcheront sur leurs traces et se produiront le 25 juin lors d’un concert « carte blanche », gratuit, sous les halles de Beaune. 

Aubert de Villaine et Bernard Hervet sont à l’heure de la transmission et veulent pérenniser un festival dont l’équilibre repose sur le mécénat, en particulier provenant d’outre-Atlantique. © D.R.

God bless America !

Sans la générosité d’une cinquantaine de domaines bourguignons partenaires, sans l’indéfectible amitié burgo-américaine, rien de toutes ces aventures ne serait possible. « Ce festival est bien né, avec un entourage très sain, c’est sa grande chance », résume son président d’honneur Aubert de Villaine. Avec Bernard Hervet, le vigneron de la Romanée-Conti ne manque jamais une occasion de remercier les mécènes américains, qui vouent un culte à l’événement et le financent en bonne partie. Rien de plus normal, après tout : nous sommes au château du Clos de Vougeot, temple mondial des vins de Bourgogne, et la confrérie des chevaliers du Tastevin a enraciné son cep outre-Atlantique depuis longtemps.

Début juin, les deux mélomanes, qui se savent à l’heure de la transmission, seront à New York pour un dîner de charité auprès de la jeune association Friends of Musique & Vin. Entre autres réjouissances bachiques, est prévue une vente aux enchères de plusieurs flacons d’un Mazis-Chambertin 2019, issus d’une pièce achetée par l’association aux Hospices de Beaune et élevée par le domaine de la Romanée-Conti. Les fonds récoltés serviront la cause Musique & Vin et donneront du souffle à tout cela. God bless America !


Musique & Vin au Clos Vougeot, du 19 au 26 juin 2022.
Programme et billetterie sur
musiqueetvin-closvougeot.com

Laisser un commentaire