Un cahier des charges drastique au service de l’environnement et du développement durable a propulsé la Cave des Hautes-Côtes dans une nouvelle dimension, sous la marque Nuiton-Beaunoy. Voici en dix chiffres clés le résumé de la spectaculaire évolution d’une coopérative exemplaire qui, aujourd’hui, propose une palette rare et large de bourgognes.

1957

Ou l’année de la création de la Cave des Hautes-Côtes, à Orches, dans les Hautes-Côtes de Beaune. À l’époque, la vigne nourrit mal son homme, la polyculture est une règle. Une poignée de vignerons s’unissent pour mutualiser leurs production et commercialisation. L’esprit coopératif est en ordre de marche.

80

C’est le nombre de familles vigneronnes qui gravitent aujourd’hui autour de Nuiton-Beaunoy. Soit 5 ou 6 hectares par vigneron, une moyenne derrière laquelle se profilent des situations diversifiées, le vin étant plus ou moins déterminant d’une exploitation à une autre. La toute première cave coopérative en Bourgogne fut fondée en 1904. En Côte-d’Or, plusieurs des caves actives dans les années 60 se sont rapprochées à Beaune. Dans le même temps, la valorisation du vignoble a favorisé la mise en bouteille et la création de domaines. Nuiton-Beaunoy (ex-Cave des Hautes-Côtes) est l’exception qui confirme la règle, elle est désormais la seule coopérative du département.

Michel Barraud, président des Vignerons des Terres Secrètes, et son alter ego de Nuiton-Beaunoy, Sébastien Hudelot, célèbrent le grand mariage coopératif du blanc et du rouge. © Jean-Luc Petit

413

Le patrimoine foncier exploité par la cave est de 413 hectares. Les trois cépages principaux de la Bourgogne (pinot noir, chardonnay et aligoté) y sont représentés. L’impressionnant catalogue de Nuiton-Beaunoy va de l’appellation régionale aux grands crus (Corton rouge, Clos de la Roche) en passant par le crémant de Bourgogne, présent à tous les niveaux de l’élaboration, dont une cuvée millésimée élevée pendant 40 mois sur latte.

3 554

En Bourgogne, une surface exprimée en hectares est une chose, l’évoquer à travers ses parcelles et/ou climats en est une autre. Le morcellement est une spécificité régionale. Les vignerons de Nuiton-Beaunoy travaillent pas moins de 3 554 de ces parcelles. Une incroyable mosaïque qui va de la minuscule mais prestigieuse parcelle de Puligny-Montrachet (13,25 ares !) à la petite dizaine d’hectares d’un seul tenant dans les Hautes-Côtes de Nuits.

75%

Autrement dit, les trois quarts des sols sont travaillés ou enherbés. Nuiton-Beaunoy est engagé dans une démarche de respect des sols. Traces vignes, un cahier de culture dématérialisé, permet au vigneron d’avoir des directives précises par rapport au travail des vignes et du sol. Actuellement, 15 hectares sont en conversion bio. C’est tout le sens du label « Vignerons Engagés ».

Le caveau Nuiton-Beaunoy à Beaune. © Michel Joly

68

Diversité dans les sols et les terroirs signifie diversité dans la proposition. Pas moins de 68 cuvées sont concoctées par la cave coopérative. Certaines partent à l’export, d’autre pas. 25 d’entre elles sont disponibles au caveau, proposées gracieusement à la dégustation. Elles sont largement représentatives des Hautes-Côtes, mais aussi des prestigieuses Côte de Beaune et Côte de Nuits. Pas besoin d’aller plus loin pour se composer une vraie cave de bourgognes, d’autant que l’espace ouvert au public route de Pommard à Beaune, met aussi en avant les productions de la cave sœur du Mâconnais, Terres secrètes.

2 500 000

Tout ça fait quoi en volume de vin ? En temps normal, 2,5 millions de bouteilles commercialisées. Mais certains millésimes sont plus capricieux que d’autres. Pour la récolte 2020, on aura constaté une baisse de 40 %. Une variation qui implique chaque année des adaptations, mais cela fait partie des particularismes du monde du vin.

2009

La mutation de la Cave des Hautes-Côtes est engagée. Elle veut créer une rupture d’image tout en capitalisant sur la complémentarité des côtes viticoles de Beaune et de Nuits. En adoptant le nom de Nuiton-Beaunoy en 2009, elle fait le pari (réussi) d’une marque forte, présente aussi bien sur les tables locales que dans les esprits.

2015

Une philosophie, une vision de l’esprit coopératif les rapproche depuis plusieurs années. La signature en 2015 de l’acte de mariage entre Nuiton-Beaunoy et Terres secrètes, respectivement présidées par Sébastien Hudelot et Michel Barraud, n’est donc pas une surprise. Sous le blason commun de « Vignerons Associés des Monts de Bourgogne » et la direction de David Delaye, l’activité globale des deux caves coopératives rassemblées représente quelque 200 vignerons. Mais surtout, une proposition complète d’appellations, de la Côte-d’Or au sud Mâconnais.

2017

Vignerons Associés des Monts de Bourgogne c’est déjà un état esprit. Mais c’est aussi un engagement fort au service de la protection de l’environnement et du développement durable. Nuiton-Beaunoy a donc rejoint le label « Vignerons Engagés » en 2017, signant son adhésion à un cahier des charges drastique, qui couvre le cycle de production complet, du travail du vignoble jusqu’à la bouteille. En 2020, la labellisation officielle finalise cet engagement.


Idée cadeau : coffret spécial de Saint-Véran 2017 « Révélis »
En 2016, l’idée d’une cuvée emblématique germe au sein du groupe jeune des Vignerons des Terres Secrètes. Après plusieurs mois d’analyse, cinq parcelles ont été soigneusement sélectionnées et assemblées (Les Châtaigniers, Au Grand Bussière, Les Crays, Saint-Claude, Au Mont). Ainsi nait la cuvée spéciale de Saint-Véran « Révélis », dont le millésime 2017, joliment installé dans son coffret haut de gamme, est à la vente cet hiver. « Révélis est le fruit d’un véritable travail de coopération entre tous les acteurs de notre cave : de la vigne au verre. Le résultat exprime parfaitement l’expertise des Vignerons des Terres Secrètes en matière de sélections parcellaires et de micro-vinifications. »
Disponible au caveau de Prissé ou sur commande, 2500 exemplaires numérotés, 39€ l’unité.

Laisser un commentaire