Nuits au grand jour: la lumière sur un grand cru?

L’appellation nuits-saint-georges ambitionne d’avoir enfin son grand cru, le Saint-Georges. L’occasion ou jamais, ce week-end, de mieux en apprécier les motivations en visitant le salon Nuits au grand jour.

nuits-saint-georges-les-saint-georges

© photo DR

Le cahier des charges est clair: « Nous serons 38 viticulteurs ou négociants présents sous les halles, avec l’obligation pour chacun d’entre nous de présenter au moins un vin de l’appellation nuits-saint-georges. Chaque producteur aura bien sûr l’occasion de faire déguster l’ensemble de la gamme qu’il produit, mais il faut au moins un nuits! »

A Nuits-Saint-Georges, quand on est chauvin, on ne fait pas semblant. Philippe Chezeaux, qui parle ainsi de « son » salon des vignerons, Nuits au grand jour, sait bien que nous avons là toutes les raisons d’apprécier au mieux l’appellation. En marge de la Vente des vins des Hospices, Nuits au grand jour s’installera sous les halles à la rencontre du public. « C’est un salon où les visiteurs dégusteront, découvriront, mais aussi pourront acheter du vin poursuit Philippe Chezeaux, on se rend d’ailleurs compte qu’il y a plein de particuliers dijonnais qui n’ont jamais mis les pieds dans une cave sur la Côte, et nous sommes là pour les séduire! »

Eh oui, on a beau s’appeler « nuits-saint-georges », porter l’un des noms connus dans le monde entier (plus que « beaune » nous dit-on), il faut sans cesse se remettre en question: « L’appellation se porte assez bien. On a la chance d’avoir une belle notoriété. Quand on demande à des gens de citer trois bourgognes, ils vous donnent souvent nuits, gevrey, pommard. Mais cette notoriété ne fait pas tout. »

Ah, si seulement Nuits possédait un grand cru comme certains de ses prestigieux voisins. Des décennies qu’on en parle! Le Saint-Georges est sur les rangs d’une reconnaissance méritée. Une injustice qui pourrait être bientôt réparée confirme Philippe Chezeaux: « C’est un plus indéniable sur une carte de visite. Mais on y croit. Cela fait maintenant cinq ans que l’on est engagé dans la démarche de classement des Saint-Georges. Le dossier est en fin de construction, on affine, et il sera déposé à l’INAO avant la fin de l’année. C’est impératif pour nous. Moi-même je suis producteur de Saint-Georges, c’est un vin qui a le caractère pour un grand cru, et à l’été, voire à l’automne, le dossier sera ficelé et pourra enfin être déposé. L’instruction pourra alors débuter. Et le jour, où nous aurons ce grand cru, je vous le promets on parlera de Nuits encore autrement! »

In vino veritas.

Décourvir l’appellation samedi et dimanche de 10 à 17h 30 sous les Halles de Nuits-Saint-Georges. 12 euros, verre inclus dans la dégustation.
Plus d’infos sur le www.nuitsaugrandjour.com

Laisser un commentaire