L’anglo-bourguignon Christopher Wooldridge, alias Chris, a lancé son prometteur concept store dijonnais dédié aux vélos. Il s’adresse aussi bien au pro qu’à monsieur Tout-le-monde. God save the bike !

Le showroom de 1000m2 de Chris Bike Dijon © Chris Bike

C’est l’histoire d’un rêve de gosse qui se réalise. De ce magasin que Christopher Wooldridge a longtemps idéalisé : « Je rêvais d’avoir une boutique fourre-tout, un lieu culte pour le vélo. Dans ma vie d’avant, j’ai parcouru le monde en accompagnant des pilotes, en visitant des usines de marque, j’ai visité des dizaines de magasins sur la planète, et j’ai piqué des idées à chacun d’entre eux pour construire mon projet ! » Ce projet, c’est le nouveau concept store Chris Bike Dijon, installé depuis mai, impasse de Reggio à Dijon. Depuis la rocade, on ne peut pas manquer cet ancien hangar industriel devenu un magasin unique en son genre. 

On y vient de toute la Bourgogne-Franche-Comté, de la région parisienne, et même de Belgique ou d’Angleterre. « J’ai voulu créer une communauté pour partager des moments forts : j’organise des barbecues sur le parking du magasin, j’accueille régulièrement des expos de voitures ou de motos de magasins dijonnais partenaires, je mets en place des sorties encadrées par des moniteurs diplômés, des stages de montagne, des voyages en Italie (ndlr, à Finale Ligure, haut-lieu mondial du VTT de descente) » Joli programme en effet. La relation client n’est donc pas simplement commerciale ; la « famille » Chris Bike tire profit d’un climat de confiance et de marques premium proposées (Scott, Santa Cruz, KTM, Mondraker…). 

Christopher Wooldridge et son meilleur employé
Christopher Wooldridge et son meilleur employé © Chris Bike

Ville, route, tout-terrain et j’en passe

Six personnes travaillent dans l’enseigne dijonnaise. Les stagiaires sont légion : « Nous sommes une équipe très jeune. J’accorde beaucoup d’importance à l’apprentissage, pour donner une chance », dit simplement Chris, sensible à sa propre histoire d’apprenti chez les Cycles Berry, enseigne que le jeune britannique finira par racheter avant de lancer son concept store. D’ailleurs, l’ancien magasin proche de la place Wilson, « dédié à la pratique urbaine », est toujours en activité. « J’aimerais aussi m’appuyer sur lui pour développer la vente par internet. »

Ce sera pour plus tard, le temps d’installer durablement Chris Bike dans les cœurs burgo-comtois. Sur place, il y a tous les arguments pour : 1000 m2 de tout ce qu’on peut imaginer dans le monde du vélo (ville, route, tout-terrain, BMX, enduro, descente, cyclo-cross et j’en passe), un gros choix à assistance électrique, « le boom incontestable du moment », des équipements… Sans oublier un atelier de réparation et de préparation qui ne désemplit pas : « Pas un seul vélo ne sort d’ici sans que nous lui ayons mis notre patte, avec le réglage ou le conseil qui va bien. » Impasse de Reggio, la pro de l’enduro trouve donc aussi bien son compte qu’un papa venu pour un siège bébé ou un retraité qui a trouvé dans l’assistance électrique une façon de prendre soin de lui. Un Anglais ne dira pas le contraire, la petite reine est universelle.

Michel Giraud

Laisser un commentaire