XV d’Or acte 2: le Stade Dijonnais entre saveurs et valeurs

Pour la deuxième année consécutive, Dijon-Beaune Mag organise ce vendredi, avec le Stade Dijonnais, sa grande soirée des XV d’Or®. Un moment de partage et d’élégance, d’art de vivre aussi, en dehors des enjeux du terrain, qui rend hommage aux valeurs du rugby. Encore un joli casting de nominés pour le millésime 2014, immortalisés par le photographe Jean-Luc Petit.

 

XV ©Clement Bonvalot

Sur le terrain, le Stade Dijonnais doit relever de nouveaux défis. Des défaites, souvent concédées dans la dernière ligne droite, ont conduit le club en Fédérale 2. C’est donc le moment de la remise en question, qui repose beaucoup sur l’action à venir de l’entraîneur Laurent Bonventre, mais aussi sur le moral des troupes au sein du club. Et c’est là qu’intervient la soirée des XV d’Or ®, dont la deuxième édition a été programmée le 23 mai sous le chapiteau du Stade. Le concept de l’événement? Une soirée de gala, placée sous le signe de l’élégance et de l’art de vivre, qui se veut à la fois gourmande (la cuisine est confiée à la maison Colombo, les vins proposés par les vignerons de Marsannay), chaleureuse, mais surtout porteuse des valeurs du rugby. Un comité des sages, complètement indépendant et libre de ses choix, récompense ainsi six catégories (jeunes, actuels et anciens joueurs, éducateurs, bénévoles et soutiens), après avoir nominé un à trois lauréats potentiels. Pour cette deuxième édition, réalisée en partenariat étroit avec Dijon-Beaune Mag, le Club XV qui réunit les plus fidèles soutiens du Stade Dijonnais et que préside Pierre Nudant, a lui aussi été associé à l’événement. Pour Pascal Gautheron et Philippe Verney, les présidents de la SASP et de l’association du Stade Dijonnais, la soirée des XV d’Or ® permet de conclure une saison sous le signe de la convivialité et de la solidarité, deux valeurs sans lesquelles le rugby ne serait pas ce qu’il est. Le reste, c’est la loi du sport.

JOUEURS ACTUELS

trapet

Benoît Trapet
Lui, un sale caractère ? Il sourit ! A 32 ans, Benoît Trapet estime avoir encore les jambes pour jouer au plus haut niveau. Que de chemin parcouru en tout cas depuis 1999. Cette année-là, il débarque à Dijon, avec son frère. Junior, il arrive de Couches, là où il a découvert le rugby. Il intègre alors une « belle bande de copains », et gravit les échelons un à un, toujours flanqué de son jumeau. Ce dernier a depuis raccroché les crampons. Benoît, lui, évolue toujours en équipe première. Et ce trois-quarts centre vaillant de se remémorer sans cesse les beaux moments qu’il a vécus sous ce maillot. Même cette demi-finale de Fédérale 2, en 2006, pourtant perdue aux tirs aux buts face à Saint-Saturnin. 

kohler

Thomas Kohler
Thomas a découvert le rugby à Saint-Léger-des-Vignes près de Decize (Nièvre). En 1997, il pose ses valises à Chevigny-Saint-Sauveur et intègre une section sport-études avec le Stade Dijonnais. Commence alors une longue histoire d’amour rugbystique, ponctuée par une finale du championnat de France cadet, puis par les deux remontées du Stade en Fédérale. Aujourd’hui, ce pilier gauche ou talonneur s’est imposé comme la pierre angulaire de la sélection de Bourgogne, avec laquelle il disputera une nouvelle finale nationale en juin au Stade de France. 

JEUNES JOUEURS

nehme

Benjamin Nehme
Son truc à lui, c’est le contact. Logiquement, Benjamin Nehme a d’abord commencé par le karaté, sport de combat individuel par excellence. Trop individuel pour lui. Il y a six ans, il débarque au Stade Dijonnais pour « essayer » le rugby. Et accroche tout de suite. Car, en plus du contact qu’il retrouve en mêlée, Benjamin découvre sur les terrains de l’Ovalie l’engagement collectif, la camaraderie aussi. Aujourd’hui âgé de juste 18 ans, le talonneur de l’équipe des U19 a cette fois trouvé sa voie vers l’excellence. 

chapuis

Hugo Chapuis
« Le rugby, c’est la vie ! » Ce slogan, Hugo Chapuis se l’est très vite approprié. Pourtant, c’est dans un ballon de foot qu’il a commencé à taper durant trois années sans être vraiment convaincu. Il y a huit ans, il frappe donc à la porte du Stade Dijonnais, « parce qu’il y avait pas mal de mes copains qui jouaient là-bas ». La mayonnaise prend de suite. Aujourd’hui membre à part entière de l’équipe des moins de 17 ans, sa polyvalence fait merveille dans le challenge Jean Teulière (championnat de France cadet) : troisième ligne ou pilier, peu importe… Pour lui, le principal, c’est de s’éclater !

sloma

Louis Sloma
Enfant du millénaire, Louis aura 14 ans en juin 2014. Le rugby, il est tombé dedans quand il était tout petit, comme son père et son frère avant lui. Depuis l’âge de sept ans, ce Dijonnais pure souche porte les couleurs du Stade, au nom de l’amour du jeu, de l’esprit d’équipe et de l’engagement… Aujourd’hui, le jeune « U15 » qui incarne à merveille l’avenir du club s’est donné un objectif sportif : porter un jour le maillot de l’équipe première dijonnaise, au plus haut niveau. La voie semble toute tracée !

ANCIENS JOUEURS

ajanovic

Dervis Ajanovic
« La belle époque ! » Parlez-lui du Stade Dijonnais et sa voix s’égaye immédiatement. Lorsqu’il débarque de son ex-Yougoslavie natale, en provenance du club de rugby de Belgrade, Dervis Ajanovic pose ses valises à Dijon. Il jouera au Stade entre 1988 et 1995, excepté un intermède de deux saisons à Saint-Claude (Jura). C’est l’époque du groupe A, des Didier Retière, Eddy Joliveau, René Amiot et consorts. Demi de mêlée véloce, Dervis s’intègre à merveille dans cette équipe de copains qui a fait des ravages sur les pelouses de France. Et laissera à jamais son empreinte dans l’histoire du club.

rabago

Mariano Rabago
Arrivé au Stade Dijonnais en 1980, Mariano Rabago évolue alors en cadet dans les lignes arrière. Il effectue un premier bail de dix ans au club, puis part jouer deux ans à Montchanin. Reconverti en première ligne, il évoluera une saison au Stade Français avant de terminer sa carrière à Dijon, comptant pas moins de 17 licences au club quand il raccroche les crampons en 2000. Et si l’ex-pilier fait désormais partie de l’équipe dirigeante du CS Nuiton, le Stade Dijonnais n’est jamais très loin, toujours dans un coin de son cœur.

ENTRAINEURS – EDUCATEURS 

feriot

Jacky Fériot
Le rugby, Jacky Fériot est tombé dedans à l’âge de 12 ans. Formé à Nuits-Saint-Georges, ce trois-quarts centre véloce a joué au Stade Dijonnais pendant quatre saisons entre 1972 et 1977. Sa dernière année, il l’effectuera même en tant qu’entraîneur-joueur. Jacky a ensuite pas mal bourlingué, avant de revenir à Dijon en 1992 comme éducateur, en charge notamment des 16-17 ans. C’est notamment entre ses mains que les Rebelo, Barbier et autres Kohler ont grandi… Autant de belles satisfactions pour ce passionné qui n’a de cesse de prêcher la bonne parole auprès des jeunes.

fabro

Philippe Fabro
Parc des sports de Dijon, 1986, et ce derby mémorable en 32e de finale du championnat contre l’US Genlis, qui s’impose alors sur les terres du Stade Dijonnais ! Ce jour-là, les dirigeants stadistes repèrent un certain Philippe Fabro… dans le camp d’en face ! L’année suivante, ce troisième ligne de caractère arrive à Dijon où sa polyvalence lui permet de naviguer aisément de la première ligne au centre. Jusqu’à une grosse blessure au genou qui, en 1989, le fait basculer sur un poste d’entraîneur que l’actuel manager de l’équipe B n’a plus quitté depuis.

BENEVOLES

payage

René Payage
Son truc à lui, ce sont les « cordons de la bourse » ! En tant que trésorier du club, René Payage est en effet en charge des comptes du Stade Dijonnais, le nerf de la guerre. Après avoir découvert le club dans les pas de son fils, alors pensionnaire de l’Ecole de Rugby, René a décidé de s’investir personnellement dans le projet dijonnais. Depuis une douzaine d’années, ce passionné d’ovalie fait ainsi partie de l’équipe dirigeante du Stade, dont il est devenu un rouage essentiel, prouvant au passage que le sérieux n’empêche pas la convivialité.

soyer

Robert Soyer
A part peut-être le poste de secrétaire, Robert Soyer a tout fait au Stade Dijonnais ! Educateur, manager, trésorier, vice-président… et même président par intérim le temps d’une saison. Que de chemin parcouru depuis 1979, l’année où son fils a intégré l’école de rugby. Robert l’accompagne. D’abord pour « donner la main », avant d’entrer au comité directeur en 1985. Désormais responsable de la sécurité « sur et autour » du terrain, il est notamment en charge des relations parfois délicates avec les arbitres et les délégués fédéraux.

PARTENAIRES DU CLUB XV

pocas

Jo Pocas
Lui-même ancien rugbyman, le dirigeant de la société Relec SA à Marsannay-la-Côte a rejoint le cercle des partenaires du Stade Dijonnais il y a quatre ans. L’occasion de faire la promotion de son activité professionnelle et d’assurer une certaine visibilité à son entreprise, mais aussi et surtout de vivre une belle aventure humaine au sein du Club Affaires du Stade Dijonnais. Qu’il s’agisse de discuter autour d’un verre ou de donner un coup de main à d’autres membres du club, Jo a trouvé ici un lieu d’échange et de rencontre comme il les aime.

lajeanne

Philippe Lajeanne
Depuis plus de 20 ans, Philippe Lajeanne est un soutien inamovible du Stade Dijonnais. Et son cabinet de courtier en assurances, un (précieux) sponsor de la première heure. Au club, Philippe a retrouvé les valeurs du rugby qu’il affectionne, celles d’un sport passion, « l’un des plus beaux qui existe » : l’engagement, la solidarité, le dévouement… Avec le Stade, ce partenaire indéfectible a vécu des hauts et des bas. Mais peu importe, « il en va ainsi de la vie d’un club ». Toujours est-il qu’il n’oublie jamais de saluer le travail des bénévoles « si dévoués » du club, ni de louer la « sérénité de ses dirigeants ». 

Laisser un commentaire