Bourgogne Magazine n°65 (juillet/septembre) vient de faire paraître en kiosque. Au menu de la revue trimestrielle : Gaulois et Romains en cuisine à Alésia, les paysages immortels du Morvan, Prémery et son esprit brocante, le miracle Guédelon, la spiritualité à Paray-le-Monial… De quoi sérieusement se mettre en appétit.

Couverture Bourgogne Magazine n°65
La couverture de Bourgogne Magazine n°65 (juillet-août-septembre) pour la Côte-d’Or. Quatre autres attendent les Bourguignons en kiosque selon leur localité. © Jean-Luc Petit

La lettre ouverte de l’éditeur

Chers amis lecteurs,

Nous revoilà ! Bourgogne Magazine n°65 est en kiosque : de grands et beaux dossiers sur Alésia qui revisite sa cuisine gauloise, Prémery et son génial esprit broc, les paysages immortels du Morvan, le miracle permanent de Guédelon, l’âme de Paray-le-Monial… Que tout cela fait du bien ! La crise a révélé en chacun de nous deux choses essentielles : l’art de vivre est déjà dans la proximité, et nous devons apprendre à (re)découvrir les richesses de notre patrimoine. Bourgogne Magazine défend cette vision de la vie depuis sa naissance il y a un quart de siècle. Se procurer ce numéro est un bon début, de notre point de vue.

Pendant trois mois, nous avons été mis à l’écart du monde actif, encerclés comme les Gaulois l’ont été, par un truc invisible et sournois. Il s’en est fallu de peu, pour nous comme pour tous ceux qui vivent de la culture, du tourisme, des arts de la table, du patrimoine et de l’événementiel… que s’arrête là aussi notre histoire. Bourgogne Magazine a perdu son numéro de printemps dans la bataille. C’est un moindre mal. La situation a sérieusement ébranlé notre modèle économique, sans nous mettre définitivement à terre. Mais nous sommes fragiles, jamais à l’abri d’une rechute ou d’un retour viral, et nous voulons laisser à ce brave Vercingétorix l’exclusivité de sa défaite.

Le lecteur est alors le meilleur de nos alliés. Mourir l’année de ses 25 ans n’aurait pas été une fin envisageable. Il y a même un geste barrière pour que cela n’arrive pas. Par amitié, par conviction, par militantisme, par habitude, pour toutes les bonnes raisons que vous trouverez :
 

ABONNEZ-VOUS ! ACHETEZ EN KIOSQUE !
MERCI POUR NOUS ! MERCI POUR LA BOURGOGNE !

Dominique Bruillot, éditeur


Au sommaire de Bourgogne Magazine n°65

PRÉMERY
BRIC ET BROC AVEC JULIEN COHEN

Julien Cohen, le brocanteur star de l’émission Affaire conclue sur France 2, anime depuis plus de deux ans des expertises très courues à Prémery. L’heureux propriétaire d’une chapelle désacralisée à Nevers, également bien lancé sur un ambitieux projet à Vézelay, n’en finit pas de déclarer son amour à la Bourgogne.

Julien Cohen, brocanteur star d'Affaire Conclue
Julien Cohen, brocanteur star d’Affaire Conclue, à Prémery © Jean-Luc Petit

PAYSAGES DU MORVAN
BEUVRAY D’HIER ET D’AUJOURD’HUI

L’expo « Portrait de territoire : le pays du Beuvray » au musée de Bibracte ausculte l’espace emblématique qui englobe les trois principaux sommets du massif. On y découvre notamment l’évolution du territoire au cours du XXe siècle à travers des duos de photos d’hier et d’aujourd’hui qui font parler la beauté des paysages.

Mont Breuvray
Le mont Beuvray, siège de l’antique cité éduenne de Bibracte. © Bourgogne Live / Aurélien Ibanez

MORVAN
LES SEIGNEURS D’ANOST

Un restaurateur volumineux et volubile dont la voix résonne dans tout le Morvan. Un auteur à succès de la ruralité. Un saltimbanque au physique singulier avec sa cornemuse, son théâtre et son cinéma. René Fortin, Didier Cornaille et Raphaël Thiéry sont les seigneurs d’Anost, des vieux de la « vielle » que Bourgogne Magazine retrouve 25 ans plus tard.

René Fortin et Cathy à Anost
René Fortin et Cathy forment le couple indissociable du destin d’Anost. © Jean-Luc Petit

ALÉSIA
GAULOIS ET ROMAINS EN CUISINE

À l’occasion de l’expo « Dans les cuisines d’Alésia » au MuséoParc, nous avons réuni Gaulois et Romains autour d’une même table pour regarder dans leurs assiettes avec l’aide d’experts. Et voir comment chacun a contribué à l’élaboration d’une cuisine gallo-romaine. Felix convivium (« bon repas ») comme on disait à Rome !

Deux Gaulois à Alésia
Bernard Bouquain (alias Artos) et Catherne Ornella (alias Cattos) de l’association Les Mandubii (peuple gaulois d’Alésia) ont joué le jeu de la reconstitution. © Jean-Luc Petit

GUÉDELON
LE MIRACLE CONTINUE

Le plus fou de tous les chantiers a repris vie le 11 juin. Sa présidente et directrice générale Maryline Martin mesure les bénéfices d’une période certes éprouvante mais « qui a remis du regard, de la douceur » et sonne l’heure du tourisme près de chez soi. Fort comme un château, Guédelon est donc reparti pour un(e) tour.

Château de Guédelon
À Treigny (89), en Puisaye, Guédelon et son chantier ont repris vie le 11 juin. © Guédelon

PARAY-LE-MONIAL
LA CITÉ DU SACRÉ-COEUR

Avec 400 000 visiteurs par an, Paray-le-Monial est durablement mais discrètement installé dans le trio de tête des destinations bourguignonnes. En ces temps refroidis, pour réchauffer le coeur de ses fidèles, la cité peut compter sur sa basilique romane et sa sainte Marguerite-Marie canonisée il y a juste 100 ans.

Père Benoit Guédas, recteur des sanctuaires de Paray-le-Monial
Père Benoit Guédas, recteur des sanctuaires de Paray-le-Monial © Michel Joly

CITÉ DES VINS & DES CLIMATS
ENTRETIEN AVEC OLIVIER LE ROY

Le dossier des trois cités des Vins et des Climats de Bourgogne à Beaune, Mâcon et Chablis a vu certains aspects évoluer pendant la crise, mais l’objectif 2022 est maintenu, ainsi que la promesse d’une conduite en bonne intelligence avec la CIGV de Dijon. Olivier Le Roy, directeur des cités portées par l’interprofession des vins de Bourgogne, fait le point.

Olivier Le Roy, directeur des Cités des Climats de Bourgogne
Olivier Le Roy, directeur des Cités des Climats de Bourgogne devant le siège du BIVB à Beaune. © Jean-Luc Petit

VINS DE BOURGOGNE
L’AVIS DE LOUIS-FABRICE LATOUR

Le président du BIVB analyse avec confiance la situation de la viticulture bourguignonne. La générosité des derniers millésimes et le positionnement de nos vins sont des atouts qui, selon Louis-Fabrice Latour, « font de la Bourgogne la région viticole française qui a le moins souffert ». Prudence et humilité malgré tout, car il faut aussi « réapprendre à être commerçants » !

Louis-Fabrice Latour, président du BIVB
Louis-Fabrice Latour, président du Bureau interprofessionnel des Vins de Bourgogne. © Jean-Luc Petit

ART CONTEMPORAIN
LE MONDE INCLASSABLE DE MARION HEILMANN

Le génie de Marion Heilmann – Leonard Lamb de son tardif nom d’artiste – est resté hors des radars de l’art contemporain jusqu’à sa disparition prématurée en 2019, à l’âge de 47 ans. L’abbaye d’Auberive rattrape cette lacune avec une expo en hommage à cette peintre inclassable installée vingt ans durant à Chalmessin, un village de Haute-Marne tout proche.

Œuvre de Marion Heilmann.
Vervessy, volet 1 du triptyque Le point d’Ancre (2018). Une des superbes œuvres de Marion Heilmann. © Jean-Luc Petit

ET AUSSI 

Sentinelle ressuscitée
Au sommet de la montagne d’Étang, à Velars-sur-Ouche, le monument à Notre-Dame d’Étang a retrouvé tout son éclat après un énorme chantier de restauration, commencé en 2012 par le rhabillage de la statue en feuilles d’or, et qui vient de s’achever par la réfection entière de la chapelle octogonale qui la supporte. Petit pèlerinage en images.

Statue de Notre-Dame d'Étang
Statue dédiée à Notre-Dame d’Étang, surplombant la vallée de l’Ouche. © Bénédicte Manière

La Côte-d’Or durable
La Côte-d’Or aborde 2020 avec un manifeste pour un tourisme 100 % durable. La solidarité territoriale et « la nature que l’on touche d’une main légère » sont parmi les outils que Marie-Claire Bonnet-Vallet, présidente de Côte-d’Or Tourisme, veut valoriser. Une fois encore, le coronavirus a changé les codes.

Marie-Claire Bonnet-Vallet
Marie-Claire Bonnet-Vallet, présidente de Côte-d’Or Tourisme. © Jean-Luc Petit

Petits musées dijonnais à la carte
Un peu dans l’ombre de la métamorphose du musée des Beaux-Arts, les « petits » musées dijonnais retrouvent aujourd’hui de la lumière sous les feux du déconfinement. Nous avons demandé à Thomas Charenton, directeur adjoint des musées municipaux, de les présenter à travers une pièce remarquable tirée de ses collections.

Musée d'Art sacré à Dijon
Le musée d’Art sacré à Dijon. © D.R.

Les climats à vélo
La véloroute de la Voie des vignes traverse de part en part le territoire des Climats du vignoble de Bourgogne inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco. Soit 67 km de Marsannay-la-Côte à Santenay à travers clos prestigieux et crus mythiques. Carnet de randonnée cycliste sur une portion de la Côte de Nuits, entre Chambolle-Musigny et Premeaux-Prissey.

Véloroute de la Voie des Vignes
Véloroute de la Voie des Vignes © Côte-d’Or Tourisme

Paniers de sorties pour cet été
En direction de Dijon, Auxerre, Langres, Dole ou Chalon-sur-Saône, l’autoroute offre un vaste choix de d’escapades. Avec, à chaque sortie, la possibilité d’échappées gourmandes entre producteurs locaux, artisans de bouche et boutiques spécialisées. En voici quelques-unes qui méritent une escale pour faire le plein de terroir.

> Pour commander Bourgogne Magazine n°65

Laisser un commentaire