Carnet d’un journaliste-vendangeur #3 : j’ai joué dans « Vendanges mécanique »

Nanar pour les uns, gain de temps et d’efficacité pour les autres, la vendange mécanique divise. Notre vendangeur globe-trotteur Guillaume Baroin en a fait l’expérience au domaine Fichet, à Igé (71). Verdict : aussi douloureux qu’une journée accroupi la tête dans le rang !

Par Guillaume Baroin

La Bourgogne viticole s’offre toute entière aux photographes avides de lumières pures comme crachées des nuages. Elle leur sert sur un plateau des sourires sincères de vendangeuses, des mains qui se lient, des hottes de généreuses grappes qui se vident d’un coup de rein, des vignes au décolleté panoramique… Mais il existe un aspect beaucoup plus terrien. L’humain a créé des machines pour l’aider à travailler tout en réduisant son effort.

L’amour à la machine…

Il faut garder à l’esprit qu’une grande partie des appellations bourguignonnes et une part importante des chardonnays du Mâconnais récolte avec une machine à vendanger. Il était de mon devoir de vivre une fois une vendange mécanique. Direction le joli bourg d’Igé (71), ses 1000 âmes et ses 375 hectares de vignes. Après mon séjour en Côte de Beaune (lire les chroniques #1 et #2), me voici en Saône-et-Loire chez la famille Fichet. À peine le temps de saluer Olivier et Pierre-Yves, les frangins qui veillent sur leurs 35 hectares, qu’une remorque remplie de chardonnays arrive en cuverie.

On débute par le pompage du jus qui s’est naturellement écoulé dans le double fond de la remorque suite à la pression. On vide progressivement les raisins que la machine a aspirés… et bien d’autres choses. Je retrouve pêle-mêle des attaches de palissage, des feuilles, des pétioles, des insectes communs et d’autres plus surprenants. C’est le cas de ces mantes religieuses, rares prédateurs naturels des fameuses pyrales du buis qui ont fait beaucoup parler d’elles dernièrement. Les mantes vertes et blanches aspirées par la machine sont restées intactes ! Idem pour ces quelques lézards qui n’auront pas eu le temps… de lézarder.

Olivier retire le marc d’un des deux pressoirs pneumatiques. L’aide de ces grosses machines n’est pas de trop : en une journée, nous avons engrangé 3,5 hectares. L’équivalent d’une troupe de 90 vendangeurs (!) alors que dans notre cas « seules » sept personnes (cinq à la vigne, deux en cuverie) sont nécessaires. Je suis encore plus impressionné par la qualité du travail quand que je vois une grosse sauterelle verte gambader comme en sa prairie sur les peaux de raisins juste pressées. Preuve que le fruit de la vigne est bien traité.

17 bennes réceptionnées

Côté récolte, c’est moins la joie. Depuis le 2 septembre, début des vendanges au domaine avec les crémants (obligatoirement coupés à la main), le manque d’eau et le soleil estival on fait passer le rendement possible de 66 hectolitres/hectare (le maximum pour un mâcon-villages) à 35 petits hectolitres, soit le rendement d’un grand cru !

Entre les 17 bennes réceptionnées sur la journée, Olivier a lancé un débourbage statique, opération consistant à séparer les matières en suspension (bourbes) du moût avant la fermentation par sédimentation. Pascale, le bras droit d’Olivier en charge de la cave, a effectué plusieurs levurages (ajout des levures au moût pour déclencher la fermentation alcoolique). Pour ma part, j’ai mis en eau et apprêté deux tonneaux neufs, pratiqué le remontage de la cuvée de pinot noir de Burgy et effectué des contrôles de degrés. Fin de journée. Il est 18h30 moins quelques verres de Mâcon « La Cra » (mon péché mignon en mâcon-villages).

Tout compte fait, la journée aura été aussi fatigante qu’une journée de vigne. Pour Olivier, le travail de cave ne se terminera pas avant 23h, pour une reprise prévue avant le lever du soleil. Le bel astre n’est pas encore couché, mais je sais que je les suivrai de peu pour retrouver le vignoble de mon enfance, la Côte chalonnaise…

2 thoughts on “Carnet d’un journaliste-vendangeur #3 : j’ai joué dans « Vendanges mécanique »

  1. BOIS
    12/09/2017 à 08:20

    Pour certaines parcelles, la vendange mécanique me semble « acceptable ». Par contre, en me baladant dimanche dernier sur la butte de Corton, j’ai rencontré une vendangeuse mécanique en action sur une pente, tout près de Pernand Vergelesses. Après un passage de la machine dans les rangs, j’ai observé les plants : le raisin était arraché, je croyais voir la vigne saigner ou pleurer. Cela m’a fait mal au cœur… Les vignes sont si belles en ce moment, lourdes de leurs enfants portés tout au long de l’année, prêtes à être accouchées pour commencer une seconde vie en cuverie…
    C’est un moment magique.

    1. BAROIN
      13/09/2017 à 20:03

      Merci de votre retour à partir de votre vécu.
      Le raisin est un fruit et il faut bien le cueillir pour le transformer.
      Vous savez qu’après il est tellement martyrisé que l’on ne le retrouvera plus que sous forme liquide.
      Sa peau et sa rafle serviront à produire le marc de Bourgogne.
      Mais l’image d’un beau raisin sur son cep reste la plus positive Avec celle du verre bien rempli.
      Prochain reportage retour à la main!
      Guillaume

Laisser un commentaire