Dijon-Beaune mag entre la terre et l’intrigue

Dans son dernier numéro, Dijon-Beaune Mag(*) publie un sondage sur le rapport que les Dijonnais entretiennent avec la terre. Puis s’intéresse de près à celui qui lie Beaune au cinéma. Entre Florissimo d’un côté et Festival du film policier de l’autre, tout cela était filmé d’avance. Edito.

dbm49Par Dominique Bruillot

Immortelle randonnée. La venue de Danièle Thompson à Beaune réveille de vieux souvenirs. Elle avait alors 24 ans, un âge qui ne suppose pas a priori une grande maturité. Erreur profonde, son scénario rassemblait l’humour et l’histoire, l’anecdote et le destin, le paysage et l’imaginaire. Son père, Gérard Oury, découvrait la Bourgogne. Ses acteurs aussi. Certains plus vite que d’autres. Certains ? Oui, certains comme Louis de Funès et Bourvil. Le premier semblait même douter de la réussite de l’aventure.

Pourtant, très vite, La Grande Vadrouille allait crever l’écran, porter le cinéma au sommet de son art de la dérision, ancrer la Bourgogne au cœur d’une guerre de désordre, entrer dans la mémoire collective. A en lire les bribes de souvenir qui accompagnent les témoins du tournage, rien ne pouvait laisser croire que, près d’un demi-siècle plus tard (le film fêtera son jubilé en 2016), les aventures légères de deux « vadrouilleurs » sur les chemins de la France profonde de 42 deviendraient un élément fort du patrimoine national. Ce constat enseigne que si l’on peut rire de tout (sujet d’époque), il ne faut jamais se rire d’un projet.

editoLa Grande Vadrouille, que l’on ne célébrera pas lors du Festival du film policier tant cette production est hors sujet, sera malgré tout dans les pensées. Un french paradox de plus. Alors que le jury choisira, sous la présidence de la même Danièle Thompson, une œuvre sombre ou le réalisateur d’un blockbuster du troisième millénaire, d’aucuns se souviendront de cet échange venu de l’ailleurs:
– Augustin : « En tout cas ils peuvent me tuer je ne parlerai pas ! »
– Stanislas : « Mais moi non plus ! Ils peuvent vous tuer je ne parlerai pas ! »
– Augustin : « Je savais qu’on pouvait compter sur vous. »

Un grand succès peut gagner son duel face au « polar ». La Grande Vadrouille est une immortelle randonnée.

(*)Dijon-Beaune Mag, mensuel gratuit disponible
dans plus de 500 points de diffusion. 

Laisser un commentaire