Dijon et Beaune, patrimoine pour tous

© Clement Bonvalot

© Clement Bonvalot

Ces deux ouvrages en format de poche sur les patrimoines architecturaux de Beaune et Dijon vont faire mouche. 130 édifices remarquables y sont décryptés via une approche architecturale aussi ludique qu’efficace. Le CAUE de Côte-d’Or réinvente l’édition en la matière. 

Cette Petite histoire de l’architecture depuis l’an 1000 va obliger tout un chacun à devenir un expert en patrimoine, à Dijon comme à Beaune. Elle ouvre les portes du temps, sans ostentation, dans un petit format qui évacue la prétention habituelle des ouvrages du genre, au profit de l’accessibilité.

En la matière, le CAUE de Côte-d’Or est coutumier du fait. Sous cet acronyme se cache le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement. Et derrière ce dernier, il y a un directeur, Félicien Carli, qui pratique l’art de la vulgarisation comme un jeu. Ce qui fait grand bien dans un secteur éditorial qui oscille régulièrement entre le poussiéreux et le pompeux.

Du moyen-âge à notre époque en passant par le faste de la Renaissance, ces deux guides au format aussi abordable que le prix (5 euros, 104 pages chacun), remontent le temps avec 130 édifices remarquables. Pragmatique et précis, le commentaire lève le voile sur leur histoire et les décrypte sans chichis, d’un point de vue architectural notamment. Dès lors, qu’ils soient Cellier de Clairvaux, Hospice de la charité, Porte Saint-Nicolas ou le Palais des états de Bourgogne, ces joyaux du patrimoine s’offrent sous une lecture nouvelle.

L’éditeur, toujours dans un esprit ludique qui lui est cher, a intégré une carte aux allures de chasse aux trésors. « C’est une invitation, commente Félicien Carli, on a cherché  à toucher le plus de monde possible en dépassant le stade de l’inventaire. Les touristes comme les locaux y trouveront leur compte. »

Un premier ouvrage sur l’architecture dijonnaise, édité en 2011, s’est déjà vendu à 6000 exemplaires vendus. La preuve, que sous des dehors techniques, le CAUE sait se trouver un public. Portées par une version anglaise, ses ambitions sont larges pour cette nouvelle production, avec un tirage global de 24000 unités. Elles signent le début d’une collection dont on attend déjà les prochains opus.

Petite histoire de l’architecture, Dijon depuis l’an 1000 et Petite histoire de l’architecture, Beaune depuis l’an 1000 édités par les éditions du CAUE de Côte-d’or, en librairie.

 

 

Laisser un commentaire