Entre Bourgogne et Franche-Comté, le bonheur de Dole

Au Café des bourrus ce week-end (samedi et dimanche de 12 à 12h30 sur France Bleu Bourgogne), on se pose la question du destin de Dole. L’adjoint à la culture Jean-Philippe Lefevre et le chef étoilé Romuald Fassenet n’ont aucun doute quant à la réponse: cette petite ville a tout d’une grande désormais.

IMG_0280

Pendant que Dijon et Besançon se déchirent et revendiquent chacune les plus belles parts du gâteau, que ça discute à tous les étages de l’organisation régionale, Dole compte les points. La fusion entre Bourgogne et Franche-Comté, qui prend forme sur le terrain électoral actuellement, aiguise l’appétit de certains et provoque les craintes chez les autres. Au milieu du guet, à mi-chemin précisément entre les deux futures ex-capitales régionales, cette petite ville de moins de 25000 habitants a le beau rôle. A Dole, on se frotte les mains, non sans se souvenir que depuis une certaine période de l’histoire où la cité jurassienne fut le siège du parlement Franc-Comtois, il ne s’est pas passé grand’chose.

« C’est la plus belle chose qui nous soit arrivée depuis des siècles » s’enthousiasme Jean-Philippe Lefevre, l’adjoint à la culture qui remue ciel et terre pour donner à sa ville une dimension de capitale des congrès par exemple. Il faut reconnaître que Dole est bien aidée par son foncier, l’un des plus grands secteurs sauvegardés de France, mais aussi par ses vertus gourmandes. En témoigne ainsi la place qu’occupe l’étoilé Romuald Fassenet (le château de Mont-Joly), qui n’est pas le dernier à pratiquer une cuisine entre Bourgogne et Franche-Comté, la Bresse étant sur ce point une solide alliée. Le chef assure que dans son fief il existe au moins une dizaine de tables qui méritent le détour.

Jean-Philippe Lefevre et Romauld Fassenet sont donc les invités du Café des bourrus ce week-end sur France Bleu Bourgogne, de 12 à 12h30 samedi et dimanche. Face à eux, un Dominique Bruillot dans son rôle de contradicteur, qui se fera un malin plaisir de calmer les ardeurs de ces ambitieux. Après tout, être bien placé est une chose, assumer une nouvelle dimension touristique, gourmande et structurelle en est une autre.

Ce Café des bourrus très animé, mais en même temps tempéré par l’animatrice Charlotte Millet va finalement trouver son terrain d’entente: l’évocation du week-end gourmand du Chat perché qui, les 26 et 27 septembre, devrait accueillir des milliers de visiteurs au cœur de Dole, y compris pour rendre visite au village des Bourguignons qui fait partie des invités d’honneur de l’événement.

De toute façon, rien ne remplace la convivialité d’un bon morceau de Comté et d’un vin plaisant. Le Café des Bourrus en apportera la preuve une nouvelle fois ce samedi et ce dimanche.

A lire lundi: France Bleu Bourgogne présente sa nouvelle grille.

Laisser un commentaire