Inseec Wine & Spirits… mais pas que ! La double spécialisation en vins et spiritueux est l’âme du campus beaunois de l’Inseec. Pour autant, sept ans après son installation, ses envies de grandir et de se diversifier se font sentir. L’Inseec Bachelor accueillera dès la rentrée prochaine une nouvelle formation de bachelor Responsable de projet marketing, communication et développement de produits. Une formation plus générale qui n’effacera en rien la raison d’être de l’école de commerce de Beaune.

Sept ans après son arrivée dans la capitale des vins de Bourgogne, l’Inseec Bachelor (anciennement Inseec Wine & Spirits) poursuit sa croissance. En plus de former les futurs spécialistes en marketing du vin et de spiritueux, le campus beaunois va s’ouvrir à « de nouveaux horizons plus généralistes » dès la rentrée prochaine, avec l’ouverture d’un bachelor Responsable de projet marketing, communication et développement de produits. Sa responsable, Marie-Charlotte Marion, y voit l’opportunité d’ouvrir ses portes à un plus grand nombre d’étudiants. « La spécialisation en vins et spiritueux est la raison d’être du campus de Beaune. Élargir notre offre de formations ne veut pas dire abandonner notre identité. Cela permet d’attirer et de former des étudiants aux projets professionnels divers et variés. » Avec la mise en place de ce nouveau programme, l’école de commerce entend bien légitimer la filière de l’enseignement supérieur à Beaune.

Formation professionnalisante

Bachelor comme master, les formations de l’Inseec Wine & Spirits se font principalement en alternance. Et ici, trouver un patron est une aubaine. L’école compte plus de 90 partenaires (domaines viticoles, cavistes, hôtels, restaurants…) potentiellement à la recherche d’apprentis chaque année. Même lorsqu’ils sont en cours, la formation garde un ton très professionnel. « Ici, on n’a pas de professeurs ou de maîtres des conférences. Je ne fais appel qu’à des pros du vin et des spiritueux. De l’export à l’œnotourisme, en passant par les cavistes et les sommeliers, tous ont les deux pieds dans ce secteur d’activités. On est dans le vif du sujet 24 heures sur 24. »

Du concret, que du concret

Ce qui intéresse les étudiants en bachelor, ce ne sont pas les cours magistraux ou les travaux théoriques. À ce stade du cursus, on a envie de mettre la main à la pâte. Et Marie-Charlotte Marion l’a bien compris. Chaque année depuis 2015, l’accent est mis sur le développement de projets autour de l’export ou encore de l’œnotourisme. Les étudiants du bachelor viennent notamment d’organiser le Salon des Pépites de bout en bout. « C’est une excellente opportunité pour eux de rencontrer des acteurs du monde du vin, et de se faire un carnet d’adresses. » L’événement a réuni 245 particuliers, venus découvrir une dizaine de vignerons, producteurs indépendants et artisans innovants du territoire. « Le but est de mettre en avant les acteurs locaux du monde du vin et des spiritueux. Pour cela, on peut s’appuyer sur un réseau de partenaires fidèles », se félicite Marie-Charlotte Marion. Étudiants comme responsables ne manquent pas d’inspiration pour s’intégrer à un milieu du vin toujours plus ambitieux et innovant.

Laisser un commentaire