On l’a vue sur une vidéo entre les mains de Denis Brogniart. Entre celles de Guillaume Verdin, l’éleveur qui y figure au premier plan, elle est devenue virale sur les réseaux sociaux. Ou comment une couverture peut doper le dernier numéro de Bourgogne Magazine. La sentence dans les kiosques sera irrévocable !

L’éleveur Guillaume Verdin (Ferme de Clavisy) en compagnie du chef étoilé Philippe Augé (Hostellerie de Levernois) © Iannis Giakoumopoulos

Un seul et unique contenu, plusieurs couvertures localisées. Dans les écoles de commerce, on appellerait ça du marketing territorial. Chez Bourgogne Magazine, ce n’est que du bon sens. Le trimestriel référent de l’art de vivre en Bourgogne (qui est aussi le proche cousin de DBM et DijonBeaune.fr, vous le savez bien) fait ce choix au plus proche du territoire du lecteur. Il ne s’agit pas de brouiller les pistes, mais dans un pavé de 160 pages, plusieurs dossiers traités ont de quoi créer plusieurs couvertures efficaces.

Dans son numéro 70, Bourgogne Magazine s’est ainsi plongé dans l’univers du lycée militaire d’Autun (30 pages), a décrypté les communes qui gravitent autour de l’appellation régionale Mâcon (15 pages) et décliné les couleurs de Gevrey-Chambertin (25 pages). Soit des approches de fond, qui méritaient chacune un appel en une. Le magazine ne s’en est pas privé. Il y a même ajouté celle que vous voyez ci-dessus, en écho à l’histoire étonnante de la ferme de Clavisy.

Denis Brogniart, petit-fils de charcutier

Clavisy c’est d’abord un homme, un maquignon des temps modernes, Guillaume Verdin. Ce solide gaillard est aussi à l’aise avec une carcasse sur le dos que dans les relations publiques. Il a d’ailleurs fait de sa ferme, dans l’Yonne, un outil de production en circuit court pour les plus belles tables de Paris, Lyon, les Alpes et ailleurs, livrant personnellement les carcasses. La crise sanitaire passant par-là, son cheptel n’ayant pas pour autant diminué, il s’est reconverti en direction de la clientèle privée, créant son propre labo de transformation au sein même de la ferme, sa table à Noyer-sur-Serein, puis son Bouch-truck à Dijon, place Barbe, en attendant d’ouvrir sa boucherie juste à côté (Les Comptoirs de Clavisy).

Une sacrée leçon de résilience, qui n’a pas échappé à ce Bourguignon passionné par les gens de défi (et pour cause), qu’est Denis Brogniart. L’animateur de Koh-Lanta, passant par sa ville natale de Dijon, est tombé sur la couverture de Bourgogne Magazine, séduit par ce qu’elle propose de bon pour lui, le petit-fils d’un boucher-charcutier de Givry en Côte chalonnaise.

Dès lors, c’est le buzz assuré. L’homme de télé s’est empressé de faire un message de soutien au magazine. Ça, plus l’animation des réseaux sociaux assurée de main de maître par Guillaume Verdin, voilà qui devrait faire grimper les ventes. À une époque où le prix du papier flambe (+ 30 % !), où les annonceurs sont dans une grande incertitude, ça ne peut pas faire de mal.

Quand Bourgogne Magazine réunit Clavisy et l’Hostellerie de Levernois. Un petit moment de bonheur partagé : le chef étoilé Philippe Augé badigeonne le carré de porc en train cuire à la broche, sous le regard envieux de l’éleveur Guillaume Verdin. © Iannis Giakoumopoulos/Bourgogne Magazine

📖 Commander ici Bourgogne Magazine n°70
-30% sur l’abonnement jusqu’au 31 décembre

Laisser un commentaire