La 61e vente des vins des Hospices de Nuits se déroulera le dimanche 20 mars 2022, au château du Clos de Vougeot. Avec la Saint-Vincent tournante, c’est un grand week-end du vin qui nous tend les bras.

L’hypothèse d’un grand week-end du vin se confirme en Côte-d’Or. La vente des vins des Hospices de Nuits se déroulera bien le dimanche 20 mars 2022, après avoir été décalée d’une semaine par rapport à la période habituelle, pour coïncider avec le début des Grands Jours de Bourgogne.

L’heure sera à l’apaisement et à la complémentarité festive avec la Saint-Vincent tournante de Puligny-Montrachet, Corpeau et Blagny, dont les organisateurs avaient reporté la fête au week-end du 19 et 20 mars à cause du risque sanitaire qui planait au-dessus de nos têtes. Annonce qui aurait, selon certains observateurs, réveillé quelque bouderie de Clochemerle entre Côte de Beaune et Côte de Nuits. Il est vrai que, côté organisation et bénévolat, cela fragilise les choses. Certains devront choisir, faute d’ubiquité.

Comme d’autres adeptes du verre à moitié plein, DijonBeaune.fr y voit une occasion exceptionnelle de célébrer nos amitiés vineuses. Et milite en faveur d’un rapprochement plein de sens : pour le visiteur, quelle aubaine de flâner autour des grands blancs de Puligny, puis de trinquer aux traditions nuitonnes drapées de rouge… ou l’inverse. Puligny-Nuits, Nuits-Puligny… vive Pulignuits !

La vente aux enchères se déroulera au château du Clos de Vougeot, à partir de 14h30, et sera retransmise en direct sur interencheres.com. Cette année, les acheteurs se battront pour 109 pièces de vin, dont une seule de blanc, réparties en 18 cuvées. Quasiment le même volume que l’an passé (113 pièces), dont la vente avait tutoyé les sommets avec plus d’1,9 million d’euros récoltés. Comme toujours, les bénéfices profiteront au domaine des Hospices de Nuits, rattaché à l’hôpital Saint-Laurent de Nuits-Saint-Georges.

Jean-Marc Moron décrit ce millésime 2021 comme un retour à un pinot noir traditionnel : « Des équilibres parfaits, des crus typés, des vins avec des petits rendements et un équilibre incroyable. » L’inusable régisseur du domaine des Hospices de Nuits-Saint-Georges, 13 hectares sous sa responsabilité, promet des vins de garde : « On retombe sur des pinots noirs moins sombres. Au nez, c’est le fruit rouge qui ressort. On sera moins sur les notes de fruits noirs et d’épices que l’on pouvait retrouver ces dernières années. Il va falloir se réhabituer à des vins de Bourgogne plus traditionnels, après trois années atypiques. » Pour le moment, le domaine laisse planer le mystère autour de la pièce de charité.

Laisser un commentaire