L’an II de l’Œno Music Festival

Son créateur, Pierre-Yves Romano (Nounaprod), évoque souvent un festival « unique en France ». L’Œno Music Festival revient pour la deuxième année, les 10 et 11 juillet au Zénith de Dijon.
Par Michel Giraud – Photo : Jean-Luc Petit


Capture d’écran 2015-06-02 à 12.32.36

A ma droite, les artistes. A ma gauche, les vignerons, une vingtaine dans chaque camp! L’Œno Music Festival, c’est donc une rencontre entre des artistes de renommée internationale, des grands espoirs régionaux aussi, et… des vignerons. Double entrée culturelle, celle de la musique, et celle du vin. « Il fallait combler l’absence d’un festival de grande ampleur à Dijon, rappelle d’emblée Pierre-Yves Romano, le président et créateur de l’événement. L’an passé, au lendemain de la première édition, toute mon équipe et celle du Zénith ont pu se féliciter d’avoir relevé ce pari et d’avoir fait de ces deux jours de concerts et de rencontres autour du vin, un concentré de partage et de bonne humeur festive. En résumé, un véritable succès! »

Soutenu par les collectivités, l’Œno Music Festival revient donc en deuxième saison, avec l’ambition de faire mieux que les 10 000 festivaliers de 2014 pour permettre à l’événement de s’ancrer durablement dans le paysage bourguignon, et national. Le logo change, certaines choses s’améliorent au prix de l’expérience de la première édition, mais le concept lui ne varie pas. Sur scène, on attend l’étonnant saxophoniste Maceo Parker, la Brésilienne Flavia Coelho, l’inusable Magma, Boulevard des Airs aussi une douzaine de « locaux », dans une « logique intergénérationnelle. »

Et puis, dans Œno Music Festival, il y a « œno ». Et cette année, on nous promet la venue de plus d’une vingtaine de domaines ainsi qu’une partie restauration plus imbriquée avec ces derniers que lors de l’édition précédente. Les festivaliers pourront ainsi profiter d’une meilleure déambulation entre les trois scènes et l’espace réservé aux délices de la bouche. Le village des vins va subir des modifications. De manière générale, il y aura plus d’espace sur le site (y compris pour l’aire d’accueil des
campeurs), « un espace mieux optimisé pour les festivaliers », promettent les organisateurs, qui vont encore renforcer « le label éco-festival » de l’événement, en sensibilisant les visiteurs aux problématiques environnementales, en privilégiant toujours et encore le « manger local », le « manger bio ».

* Infos et programme sur http://oenomusic-festival.com

©photos DR

 

Laisser un commentaire