Les 8 et 9 octobre 2022, le château du Clos de Vougeot organise le championnat du monde des œufs en meurette. La quatrième édition sera présidée par le MOF et Bocuse d’Or 2021, Davy Tissot. Amateurs de cuisine, tentez votre chance !

Qui sera le prochain champion du monde de l’œuf en meurette ? Une douzaine de chefs professionnels de Bourgogne et d’ailleurs feront parler leur talent, le 9 octobre prochain au château du Clos de Vougeot, pour succéder au dernier lauréat Grégory Cuilleron. Le cuisinier s’est vu remettre la traditionnelle cocotte-minute Seb gravée à son nom, mardi 21 juin dans son restaurant Cinq Mains à Lyon, par Bruno Blancho, le chef de l’atelier culinaire de Seb, partenaire de la première heure du championnat du monde.

Faute d’être derrière les fourneaux, le champion en titre mettra les pieds sous la table et intègrera le jury du concours. Il assistera de nombreuses figures du monde de la gastronomie : Bruno Blancho, chef de l’atelier culinaire Seb, Alexandra Bouvret, cheffe du château, Frédéric Vardon, chef étoilé du 39V à Paris, Jean Jullien, illustrateur à l’origine de l’affiche de la 4e édition, Louise Petitrenaud et Emmanuelle Jarry, chroniqueuses culinaires, ou encore Bertrand de Villaine, co-gérant du domaine de la Romanée-Conti… « La liste devrait s’agrandir », assure Arnaud Orsel, intendant général de la confrérie des Chevaliers du Tastevin.

Le MOF et Bocuse d’Or Davy Tissot présidera la 4e édition

Une année après l’autre, le château du Clos de Vougeot n’en finit plus de surprendre. Après Guillaume Gomez, la prochaine édition du championnat du monde de l’œuf en meurette sera présidée par la toque blanche lyonnaise Davy Tissot. « C’est un plaisir de présider cet événement. L’œuf meurette est loin d’être un plat simple à réaliser. D’ailleurs, il n’y a pas de plat simple. C’est l’un des classiques français et une recette fondamentale lorsqu’on est à l’école. Cela demande une grande rigueur. » Un invité d’exception dont le savoir-faire d’excellence a été récompensé, l’an dernier, par le plus prestigieux des concours culinaires : le Bocuse d’Or. Une première pour un chef français depuis 2013. Et surtout une consécration ultime pour ce pur produit de la maison Bocuse qui ne compte plus ses distinctions.

Après un passage dans les rangs de « Monsieur Paul » en tant que commis à la fin des années 1980, il obtient le titre de Meilleur ouvrier de France en 2004. Il prendra ensuite les commandes de la Villa Florentine à Lyon, établissement avec lequel il décrochera sa première étoile. En 2016, il devient chef de Saisons à Écully et en fera, quatre années plus tard, le premier restaurant d’application étoilé en France. Tout ce qu’il touche se transforme en or.

Trois concours à la carte

Cette année encore, le château du Clos de Vougeot fait dans le « nœuf ». Après la mise en place du concours amateur l’an passé, Arnaud Orsel sort de sa toque un concours réservé aux apprentis pour le plus grand plaisir du président du jury Davy Tissot, très attaché à cette notion de transmission. Six apprentis de la restauration s’affronteront donc dimanche 9 octobre, avant de laisser place aux professionnels. La veille, des amateurs venus de toute la France (qui peuvent s’inscrire jusqu’au 1er août) tenteront de satisfaire les papilles du jury amateur et de détrôner un Bordelais (garanti sans trucage !) qui était venu s’imposer en terres bourguignonnes. La deuxième édition du concours amateur sera remise aux bons soins de Bourgogne Magazine. On en a déjà l’eau à la bouche !

Laisser un commentaire