Le millésime 14 des prix Albert-Bichot et Meo-Camuzet

Gérard Gauthier (Editions de l’Armançon) et Claudine Vincenot, tous deux membres du jury, commentent pour nous les choix d’ouvrages pour les prix Albert-Bichot et Meo-Camuzet cette année. Une mise en bouche fort agréable à quelques jours du prochain salon LIvres en vignes, qui récompense des « Thermes du paradis » et des « chats de Louise Michel ».

Prix Albert-Bichot 2014 (ouvrage de littérature généraliste contemporaine)
Les Thermes du Paradis d’Akli Tadjer

Par Gérard Gauthier

les thermes du paradis

Adèle veille sur la destinée de l’entreprise de pompes funèbres héritée de ses parents décédés dans un accident. Sa vie sentimentale n’est guère enthousiasmante comparée à celle de Leïla, sa colocataire qui assume avec décontraction sa liberté.

Et puis un jour Adèle se rend aux thermes Paradis pour se faire masser et trouver un peu de bien-être. Tout bascule alors car son masseur la trouble plus qu’elle ne le voudrait. Oui mais Léo est aveugle ! S’ensuit une cascade d’événements qui amènent Adèle à revoir toutes ses certitudes, confrontée au regard moqueur de sa soeur, à la malice de Leïla et surtout que Léo n’est pas insensible au charme d’Adèle.

Avec humour l’auteur entraîne le lecteur dans un univers baroque où les employés de Sidonie ne sont pas en reste de singularité, campant des personnages hauts en couleur. On se laisse entraîner avec plaisir dans l’univers d’Akli Tadjer et, comme Léon, s’éprend insensiblement d’Adèle. Réjouissant.

Ed. Jean-Claude Lattes, 314 pages, 18 euros.

Prix Meo-Camuzet 2014 (premier roman)
Les Chats de Louise Michel de Christian Wacrenier

Par Claudine Vincenot

les chats de louise michelMontmartre. Une bande de solitaires sexagénaires s’associent pour se dévouer à la cause des « Chats Sans Abri ». Sur fond de petits verres de porto lors des réunions chez l’une ou l’autre. En effet, il faut s’interroger sur l’organisation quotidienne des « tours de rôle » : qui ira tel ou tel jour de la semaine nourrir et cajoler les chats perdus du square Louise-Michel. Plus « gravement »,  une petite intrigue « policière » est à résoudre au plus vite…Une menace anonyme plonge ce petit groupe d’amis dans toutes les angoisses imaginables…

C’est là qu’est évoqué le célèbre dessinateur Adolphe Willette (1857-1926, dessinateur, peintre et caricaturiste attaché à Montmartre, fondateur du Chat noir et décorateur de nombreux établissements de la Butte, dont le fameux Moulin rouge)… Le livre est très bien écrit, original, drôle et sensible à la fois. Il est également un document juste et attachant sur la vie des habitants modestes d’un Montmartre authentique. Enfin, et je ne résiste pas au plaisir de citer l’auteur, voici un ouvrage bien différent « des livres narcissiques et masturbatoires qui encombrent les tables des libraires »… et cela fait grand bien !

Ed. Gallimard, 200 pages, 16,90 euros.

Laisser un commentaire