Alligny-en-Morvan et le culte des « nounous » (vidéo)

En juin, Alligny-en-Morvan a inauguré son musée des nourrices et de l’assistance publique. Dès le premier mois de son ouverture, il a déjà permis à près de 3000 visiteurs de défricher un pan incontournable de l’histoire morvandelle. Il s’est même offert une vidéo.

Par Alexis Capellaro

nounous

« Laiterie » de France entre le XIXème et le début du XXème siècle, le Morvan fut une véritable terre d’accueil pour les enfants abandonnés de la IIIème République, alors recueillis par des familles mandatées par l’Assistance publique. Pour les nourrices de cette région de petite paysannerie, l’activité représentait un complément financier non-négligeable.

nounous4

Façonné comme un véritable lieu de vie où les maisonnettes racontent chacune un aspect de cette identité morvandelle, le musée mélange avec pudeur et véracité témoignages, photos d’époque et documents intimes. « Beaucoup de visiteurs sont touchés », commente Clémence Davenne, secrétaire générale de la communauté de communes des Grands Lacs du Morvan. « D’autres le sont plus personnellement car ils ont envie de retrouver une part de leur histoire dans ce musée. »


S’il est un peu lointain maintenant, le souvenir reste encore vif. « Le Morvan a accueilli 30000 enfants, cela touche encore un nombre de familles énorme. » Certaines viennent laisser un bout de leur récit de vie à la postérité: « On ne pensait pas qu’il y aurait autant de personnes avec l’envie de témoigner. Beaucoup veulent déposer des objets personnels qui évoquent leur histoire commune avec l’assistance publique. » Avec l’aide de l’Association des Amis du musée, des recherches généalogiques sont même possibles et un groupe de parole est en construction pour recueillir de nouveaux témoignages.

nounous2

C’est le propre d’un musée, il combat la fugacité. Celui d’Alligny assume et, mieux encore, revendique ses racines populaires en prise avec cette « industrie du lait et de l’accueil ». En toile de fond, il dessine les évolutions de la société et les regards successifs qu’elle porte sur la famille, la parentalité, les enfants, l’abandon, les mœurs. Un noble projet de questionnement et de mémoire.

Musée des nourrices et de l’assistance publique, ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf le mardi; 7j/7 en juillet et août. Plein tarif 6 euros, tarif réduit 3,50 euros, gratuit pour les moins de 8 ans.

Voir aussi la vidéo:

Laisser un commentaire