Vinésime ou les raisins de la beauté (français/anglais)

Avec Bourgogne Beauté, Marie et Edouard Damidot marient les actifs anti-âge millésimés de nos plus belles vignes à des actifs de plantes et fruits issus de la même souche: ainsi est née la prometteuse marque de cosmétiques Vinésime. Tweet interview en français… et en anglais.

Retrouvez plus bas la version anglaise de cet article
réalisée avec le concours de Wall street english à Dijon

Capture d’écran 2015-09-15 à 16.06.46

Marie et Edouard Damidot – ©photo DR

La cosmétique de la vigne est-elle quelque chose de vraiment nouveau? A quand remonte son histoire ?
Autrefois les femmes s’appliquaient du raisin sur le visage. L’Oréal en a formulé des actifs, puis Caudalie les a popularisés, et nous allons les magnifier.

L’idée de créer du bien-être à la sauce bourguignonne est plutôt sympathique. Mais la démarche va au-delà de ça quand même…
Le pinot noir est le cépage le plus concentré au monde en molécules anti-oxydantes, le monde de la cosmétique devait en bénéficier !

Capture d’écran 2015-09-15 à 16.07.20

Le choix de la matière première doit-il répondre à un cahier des charges précis?
Notre cosmétique est naturelle et nous ne prélevons que des raisins issus de clos en viticulture biologique, tout comme notre cassis noir de Bourgogne.

Quelles sont les étapes tests pour lancer une marque?
Une idée et une envie, un long processus d’études et de recherches, de belles rencontres, une première production et beaucoup d’acharnement.

Êtes-vous personnellement utilisateurs et adeptes de Vinésime?
Bien sûr, et ça commence à se voir, n’est-ce pas ? On entreprend à partir de ses convictions, et on poursuit sur des certitudes.

Pourrait-on imaginer la même démarche avec les IGP cassis de Bourgogne et Moutarde de Bourgogne?
Nous utilisons déjà un extrait de cassis noir de Bourgogne et nous travaillons toujours sur un extrait de moutarde en partenariat avec la Maison Fallot.

Implanter une marque est une entreprise difficile: Vinésime est-elle prophète en son pays?
Dans tout marché il existe des opportunités, la difficulté doit être vécue comme une forme de protection ! Seuls les concepts forts trouveront toutefois salut.

A terme, cette marque est-elle appelée à dépasser ses références bourguignonnes et exister sur un marché beaucoup plus vaste?
Nous débutons notre commercialisation au Japon dans quelques mois et multiplions des contacts prometteurs un peu partout dans le monde, notamment en Asie.

Capture d’écran 2015-09-15 à 16.11.37

 

With their company, Bourgogne Beauté, Marie and Edouard Damidot have coupled the vintage anti-aging active ingredients  found in our beautiful vineyards, to those found in the plants and fruits coming from the same stem:  this is how the promising new cosmetics brand “Vinésime” was born.

Is “vineyard” cosmetics something really new?  When can we date it back to?
In the past, women applied grapes on their faces.  L’Oréal produced the first active ingredients, popularized then by Caudalie which now, we are going to amplify.

The idea of creating Burgundy-style “well-being” is nice.  However, the approach goes well beyond that?
Pinot Noir is the grape with the greatest concentration of anti-oxydant molecules in the world.  The world of cosmetics had to benefit from that!

Is the choice of raw materials based on a specific set of specifications?
Our cosmetics are natural therefore we only use grapes coming from organically grown viticulture, such as our Black Currant from Burgundy.

What are the initial testing phases before launching a brand?
An idea and the will to pursue it, a long process of market studies and research, meeting nice people, your first production and lots of hard work!

Are you habitual users of  ’Vinésime’?
Of course, you can see it can’t you?  We start a business based on our convictions and we make it grow based on our certitudes.

Could we imagine the same type of approach with the “IGP” Currant of Burgundy and the “Moutarde de Bourgogne” (Mustard of Burgundy)?
We already use an extract from the “Cassis Noir de Bourgogne” (Black Currant of Burgundy) and we’re also working on an extract for mustard, in partnership with Maison Fallot.

Is setting up a brand a difficult undertaking?  Is “Vinésime” a prophet in its own country?
Opportunities are found in every market therefore, the challenges must be seen as a form of protection!  Only the original concepts, though, find success.

In the long term, is this brand going to grow beyond the scope of Burgundy and exist in a larger, broader market?
We’ll be starting to commercialize in Japan within the next few months and so we are setting up important contacts around the world, especially in Asia.

En partenariat avec : wallstreetenglish.fr, 8 allée André Bourland, Dijon.
Tél.-  03.80.30.17.77

Laisser un commentaire