William Frachot et le Lexus LC500H, stars sur un plateau

Le chef du restaurant  de l’Hostellerie du Chapeau Rouge sur les hauteurs de Fontaine-lès-Dijon, en très bonne compagnie.

William Frachot a quitté son piano du Chapeau Rouge le temps d’un essai. Servi sur un plateau : le Lexus LC 500H, nouvelle star hybride de la gamme luxe de Toyota. Le double étoilé a savouré.

Par Andrea de Cesaris
Photos : Jonas Jacquel

Il est un homme de l’art et aime les belles choses. William Frachot n’a jamais caché son goût pour les belles mécaniques et concède volontiers « (s)’être fait plaisir avec de jolies autos et motos. Dans la vie, il faut assouvir ses envies ! » À condition de pouvoir s’offrir ces beaux jouets, il est vrai. L’âge de la raison ayant sonné le glas, le chef a « changé d’approche, bien conscient que mettre son permis en danger n’est pas très raisonnable, surtout en tant que chef d’entreprise. Puis, je travaille en centre-ville, je ne vois pas l’utilité d’y utiliser un monstre ».

Finies les virées à grande vitesse, bonjour les charmes de l’hybride. « Sans tomber dans la démagogie », notre essayeur « revendique un attachement profond à la nature ». Pour un chef, cela tombe sous le sens. On le voit rien qu’à travers le style de son établissement et le caractère de ses assiettes. Puis, en y réfléchissant, vanter les charmes des produits frais et des circuits courts et repartir du travail à plein régime dans son gros 4×4… « Certains ne sont pas à un paradoxe près ! »

L’émotion

L’essai du nouveau coupé LC 500H de Lexus produit son petit effet. Dans son élément, le Dijonnais écoute les moindres détails fournis par Nicolas Cheli, le dirigeant de la concession côte-d’orienne. « Avec le nouveau système Multi Stage, ce modèle révolutionne les performances et la conduite hybride. Moteur essence 3,5 litres V6, moteur électrique… nos ingénieurs ont donné naissance à une voiture d’un nouveau genre ». En mode séquentiel, le LC 500H propose ainsi jusqu’à 10 rapports pour une accélération encore particulièrement vive et linéaire. En mode 100 % électrique, il peut atteindre 140 km/h sans émettre de CO2 ni consommer de carburant (!) tout en conservant sa souplesse.

Connaisseur, William apprécie. Oserons nous tenter la comparaison avec la gastronomie ? La question ne le choque pas. Il y voit même « un point commun majeur, l’émotion. Véhicules haut de gamme et grandes tables partagent le souci du matériau, des textures, du visuel… Pour cette Lexus, s’asseoir dans du cuir procure une superbe sensation ! »

Pondéré, l’étoilé en appelle à la raison concernant le passage à l’hybride. D’abord parce qu’il n’est pas dénué de tout repère financier, quand bien même il dirige le seul deux étoiles du Dijonnois. « Il faut bien sûr sensibiliser le maximum de conducteurs, mais comprendre que certains ne peuvent pas dépasser certaines sommes. Il ne faut pas les pénaliser sous prétexte que leur véhicule plus âgé polluerait un peu plus. » Voilà qui est dit.

Gourmand centre-ville

Ainsi est notre société, le parc automobile d’une ville reflète bien souvent sa qualité de vie. « À Dijon, on entend depuis des années qu’on veut développer le tourisme du luxe… Comme s’il n’y avait que cela qui allait faire de nous « the place to be » à travers le monde. Bien sûr, on souhaite attirer des touristes au pouvoir d’achat important. Mais ce tourisme ne sera que sporadique ; il faut surtout créer un flux constant, se poser les bonnes questions… Cela passe par une offre qualitative des professionnels de l’hôtellerie et on peut constater qu’un travail de fond a été fait. Les établissements sur Dijon sont du plus en plus beaux, à  l’image de notre centre-ville d’ailleurs. »

Tout cela pourrait-il être boosté par l’avènement de la Cité de la gastronomie ? « Je suis forcément favorable à tout ce qui peut mettre en avant notre ville. Mais attention au chant des sirènes. Une année est longue, personne ne peut capitaliser uniquement sur du tourisme ponctuel. »

Il n’empêche, dans le domaine, William Frachot a un rôle d’ambassadeur. Un peu par réflexe, le chef balaie d’un revers de main : « Je ne vois pas cela comme ça… Je n’oublie pas les épreuves et les sacrifices traversés. J’essaie d’aller au bout de ma logique pour m’élever en tant que cuisinier et en tant qu’homme. Et la réussite, comme le plaisir, est avant tout une notion collective… » Modeste, le chef ? « Lucide ! », sourit William.


Lexus Dijon – Nello Cheli
5 rue du Clos Mutaut
03 80 590 600

Laisser un commentaire