La pièce des présidents de la 160e Vente des Hospices de Beaune a été adjugée à 660 000 euros au terme d’un incroyable scénario. À cette somme s’ajoutent d’autres dons spontanés de deux acheteurs. Les hospitaliers de France les remercient. La Bourgogne aussi !

Le record est tombé à 16h28, sous les hourras de la halle de Beaune, qui a enchaîné avec un ban bourguignon de circonstance. Jamais la vente d’une pièce des présidents n’avait grimpé à cette altitude. Les 228 litres de Clos de la Roche « Les Froichots » ont été adjugés sur le fil contre 660 000 euros, après une ultime tentative d’Alberic Bichot et son ami Vincent, duo sino-beaunois leader des débats, pour le compte d’une acheteuse chinoise préférant garder l’anonymat. Invités à monter à l’estrade, les gagnants ont laissé échapper de leur gorge serrée la fierté de « témoigner de notre grand respect envers les hospitaliers du monde entier. L’amour permet de tout vaincre. »

Auparavant, sous l’assistance vidéo d’un Marc Lavoine médusé, il y eut moult surenchères entre le téléphone et la salle. Beaune a sans doute vécu la visioconférence la plus chère de France. Pour faire grimper la note, le parrain de la Fédération hospitalière de France (FHF) avait pris soin de rajouter un déjeuner avec lui, un spectacle, puis sa guitare dédicacée… La proposition a excité les échanges. Alaor Pereira Lino, acheteur des deux dernières pièces des présidents, a longtemps tenu la corde des échanges et a fini par offrir, via l’intermédiaire de son partenaire Jean-François Vandroux (Anima Vinum) 20 000 euros de dons purs quoi qu’il arrive. Un autre, au téléphone, a fait de même avec 100 000 euros, portant le total à 780 000 euros. Loin, très loin du record de 2015 (480 000 euros) juste après les attentats en France. Plus que la vente d’un grand cru de Bourgogne, c’est autre chose qui se jouait, ce dimanche 13 décembre. Chacun en a pris la mesure, dans des proportions assez folles. Inoubliable.

Laisser un commentaire