Les 2 et 3 octobre, Dole accueille la 7e édition du Week-end gourmand du Chat perché, événement majeur à l’échelle de la Bourgogne-Franche-Comté. Sur un parcours historique exceptionnel, étape après étape, le public se familiarise avec les richesses patrimoniales de la ville tout en se régalant. Cette année, l’Alsace et le Chablis y ajoutent leurs saveurs. On s’en lèche déjà les babines !

Catwoman à Dole, en reconnaissance avant le week-end gourmand. © Jean-Luc Petit

Petit rappel qui plante le décor : Marcel Aymé s’est inspiré de son enfance dans le Jura pour écrire ses fameux Contes du chat perché, mettant en scène deux petites filles, Delphine et Marinette, qui échangent avec les animaux de la ferme doués de parole. L’auteur prétendait s’adresser à « des enfants âgés de 4 à 75 ans ». Dole, en retour, a fait du chat perché son emblème. Le félin guide notamment les pas des visiteurs dans un circuit découverte de la cité labellisée Ville d’art et d’histoire, portant son nom. Il est aussi la base de la déambulation savoureuse du très attendu week-end gourmand du Chat perché qui, chaque année (exception faite de 2020 bien évidemment), attire plusieurs dizaines de milliers de participants. La septième édition aura lieu les trois premiers jours d’octobre. Avec deux grands invités d’honneur : l’Alsace et Chablis.

Dominique Loiseau, madame l’ambassadrice

C’est en effet une tradition établie dès la première année avec la création d’un village bourguignon, Dole profite de la fête pour croiser ses saveurs avec celles de territoires voisins. Dominique Loiseau, par exemple, souligne que « ce week-end ne ressemble à aucun autre par la qualité et le nombre des artisans de la région ». Marraine puis ambassadrice du Chat perché, le dirigeante du groupe Bernard Loiseau sera à nouveau là cette année, heureuse de (re)découvrir MOF et artisans d’exception dans les rues de Dole.

Un enthousiasme partagé par Jean-Charles Arnaud : « Ce week-end est, avec la Percée du vin jaune, l’une de deux manifestations majeures de tout le Jura, un bel exemple de la solidarité jurassienne. » Le fromager du Fort des Rousses, ancien président de l’Inao (2013-2017), placera le comté au cœur du propos, avec un sylvaner s’il est bien affiné, ou un fromage plus jeune pour un chablis.

L’Alsace, justement, se déplace en force les 2 et 3 octobre. « J’ai fait une partie de mes études à Dole, j’ai retrouvé une très jolie ville », se réjouit Pierre Jochem, du Comité départemental touristique alsacien. Place aux Fleurs, il y aura des tartes flambées ainsi qu’une dizaine d’artisans et producteurs, dont plusieurs vignerons pour régaler la foule. Le tout animé par un groupe folklorique que l’on retrouvera à la grande soirée de gala, dont le repas sera assuré (sous réserve des protocoles sanitaires en vigueur) par l’association des chefs alsaciens.

Andouillette et tarte flambée

Le millésime 2021 est décidément placé sous le signe du blanc. Chablis vient en effet, pour parler géologie, représenter ce grand terroir bourguignon qu’est le Kimméridgien, un sous-sol marno-calcaire enfantant de vins alliant pureté, finesse et typicité. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, il se dit que la célèbre andouillette de Chablis donnera le change à la tarte flambée. Miam et re-miam !

Côté local, le parcours proposé en 5 ou 6 étapes (voir notre encadré) sera de toute beauté. De la mise en bouche aux notes sucrées, pas de faute de goût ! On s’attardera, parmi les inédits sur la délicieuse Patte du chat, une création du chocolatier dolois Damien Benetot. Le sens du détail sera même poussé à l’extrême avec, au final, un café exceptionnel de La brûlerie comtoise. Le torréfacteur Yoann Bride vient de se voir attribuer le label « Initiative remarquable » pour son sens de l’entrepreneuriat responsable. Il milite pour une production équitable, soucieuse de l’environnement, très engagée dans le handicap. Preuve que bien manger, bien boire, c’est aussi bien vivre avec les autres. Ce n’est pas le chat de Delphine et Marinette qui dira le contraire.


LE PARCOURS-DÉGUSTATION DU CHAT PERCHÉ DE DOLE

Le Pass-dégustation donne accès à un parcours où le patrimoine croise les saveurs. Ou comment dans les pas du Chat, on peut élever son esprit tout en se régalant.

1. Mise en bouche à l’Hôtel-Dieu
L’Hôtel-Dieu (XVIIe siècle) a été restauré en 2000. Sous le regard des têtes humaines et animales accrochées à son balcon, seront proposées quelques mises en bouche d’anthologie, qui permettront d’apprécier la beauté de ce quadrilatère d’inspiration italienne. Ils seront là : Stéphan Geipei (Le Gustalin et le Café du marché, Dole), Junichi Ida (Iida-ya, Dole), Patrick Franchini (Moulin des Ecorces, Dole), Aurélien Moutardier (Le Grain de sel, Dole), Bruno Pellegrini (Les Jardins fleuris, Parcey), Michel Thibaut (Domaine Michel Thibaut, Poligny) et Paul Benoit (Domaine Paul Benoit et fils, Pupillin).

2. Bouchées gourmandes au Cloître des Dames d’Ounans
Dans les bâtiments monastiques des Dames d’Ounans (XVIIe siècle), qui accueillent aujourd’hui les élèves du lycée Charles-Nodier, on ne se fera pas prier pour savourer les bouchées gourmandes proposées par Denis Morizot (Boucherie des Arcades, Dole), Philippe Legrand (Dol’Agape, Dole), Mathilde Ramel (Maison Ramel, Dole), Thierry Bonnot (Vins Bonnot, Saint-Lothain) et Philippe Bulabois (Vins Bulabois, Arbois).

3. Tout un fromage au Cloître des Cordeliers
L’ancien couvent franciscain est un témoignage rare de l’époque médiévale. Modifié au XVIIIe siècle, il donnera de l’inspiration monastique aux fromages servis par les fruitières de Pleure (samedi 28) et de la Ferté (dimanche 29), accompagnés des vins de Philippe Butin (Domaine Philippe Butin, Lavigny) et Melet (Domaine des Bélemnites, Mesnay).

4. Dégustations sucrées au Cloître du Collège de l’Arc
L’ancien collège fondé par la Compagnie de Jésus (1582) est devenu un établissement prestigieux qui compta parmi ses élèves un président de la République (Jules Grévy), l’inventeur des allumettes (Charles Sauria) et… Marcel Aymé. De quoi apprécier encore plus les saveurs sucrées proposées par les pâtissiers chocolatiers Christophe Bulabois et Damien Benetot, ainsi que les vins du domaine Frédéric Forêt à Arbois. Il sera temps alors de prendre un excellent arabica du torréfacteur vice-champion de France Yoann Bride.

5. Yaourt chez les Visitandines
Se rendre au Cloître de la Visitation, occupé par les Visitandines jusqu’en 1977 et qui accueille l’office de tourisme, quelques associations locales et le Conservatoire de musique et de danse. Puis à la chapelle Saint-Jérôme, elle aussi issue du patrimoine des Visitandines, qui a retrouvé ses statues des onze apôtres et de Saint-Antoine le Grand. Le temps de goûter un excellent yaourt 100% jurassien de La Mamellerie à Grozon.

Laisser un commentaire