La Côte par le sud, glamour et automnale à souhait

La Côte-d’Or doit son nom à la saison automnale. Chaque fin d’année, ses couleurs chatoyantes dorent le paysage et en appellent aux sorties. Au sud, elles ne manquent pas: soins aux fruits, balades du bout du monde, vie de château, casino, repos chez le vigneron… Florilège en six étapes.

Rubrique Un (gl)amour de Côte-d’Or
En partenariat avec Côte-d’Or Tourisme
Photos : D.R.

1. Grimper chez Boivin

bout-du-monde

Découvrir les paysages naturels du sud du département en prenant son temps est un luxe que la randonnée pédestre permet. À Vauchignon, au nord de Nolay, le Cirque du Bout du Monde est fait pour ces belles balades. Pour les plus aguerris, la falaise de Cormot est un terrain de jeu idéal que l’alpiniste dijonnais Jean-Marc Boivin, alors tout jeune, a connu par cœur dans les années 70. Deux options existent pour découvrir une des plus belles reculées de Bourgogne : marcher une douzaine de kilomètres ou se promener quelques centaines de mètres depuis le parking. Deux choix de randonnées pour une même récompense, à condition que les pluies d’automne fassent leur travail : une magnifique cascade.
RD111F à Vauchignon.

2. Château des Carnot

chateau-rochepot

Emblème parmi tant d’autres du patrimoine de Bourgogne, le château de la Rochepot est d’une beauté saisissante. Il a d’abord abrité des chevaliers de la Toison d’Or et des conseillers des ducs de Bourgogne, avant d’être restauré par Sadi Carnot et sa descendance. Sylvie Carnot a passé la main fin 2015 à de nouveaux propriétaires mais l’esprit est resté le même. Passé le pont-levis, la visite conduit à une chapelle du XIIème siècle. Salle des gardes, chambre chinoise, mobilier gothique et Renaissance… les amateurs d’art et d’histoire sont servis. La forteresse médiévale, classée aux Monuments historiques, n’est pas le troisième site le plus visité de Bourgogne pour rien.
Château de la Rochepot, RD111D à La Rochepot.

3. Manger à côté de Monsieur le maire

burgonde-nolay

Nolay, ses halles du XIVème siècle, l’emblème Lazare Carnot (le petit fils de Sadi)… et ses quelques belles tables. Pour un déjeuner de qualité, le Burgonde est un immanquable du coin. À quelques mètres de la mairie, dans l’ancienne boutique d’un antiquaire, Jean-Noël et Claudine Aprikian cultivent l’art du service gastronomique sans prétention, avec le sourire en prime. Pour le comprendre, il suffit d’entrer dans cet espace clair mais intimiste et de goûter à quelques spécialités comme ce mijoté d’agneau à l’ail des ours ou l’œuf en meurette parfaitement réussi. Bien dans son terroir, le couple a sélectionné de belles bouteilles, connues ou qui gagnent à l’être, pour accompagner le repas.
Le Burgonde, 8 place de l’Hôtel de ville à Nolay. 

4. Au bon soin des vignes

spa-chateau-citeaux

Le château de Cîteaux est un endroit d’exception. Naturellement, son offre bien-être l’est tout autant : un spa de « fruitithérapie » unique en France. Entendez piscine, hammam, sauna, jacuzzi, tisanerie, salle de relaxation et donc soins à base de fruits rouges de saison, de miel et d’huile de pépins de raisins. Parfaite harmonie entre terroir et thérapie.
Spa La Cueillette au château de Cîteaux, 18 rue de Cîteaux à Meursault.

5. Jackpot à Santenay

casino-santenay

Roulette anglaise, blackjack, poker, bandits manchots… Les jeux du casino de Santenay attendent fidèles comme passants occasionnels. Pas pour un scénario à la Scorsese, mais dans un joli cadre en Côte de Beaune avec le plein d’adrénaline, appât du gain oblige. La belle maison du bourg thermal, avec vue sur les vignes, vit aussi au rythme des soirées karaoké et des apéro-concerts. Son « bistrot moderne » tenu par la jeune et talentueuse chef de partie Edith Castellano est un appel aux saveurs avant de faire vos jeux. Rien ne va plus !
Casino de Santenay,  9 avenue des Sources à Santenay.

6. Dormir « chai le vigneron »

maison-maufoux

Après la soirée casino, la maison Prosper Maufoux ouvre les portes de son hôtel particulier, sur la jolie place principale du village. Les trois chambres d’hôtes sont aussi raffinées que les vins de la maison. Il faut surtout venir contempler les superbes caves voûtées du domaine, construites sur deux niveaux et dont la plus ancienne remontre au XVème siècle. C’est ici que Sylvain Depiesse, œnologue et directeur des domaines, fait déguster quelques beaux millésimes détenus par la filiale mère Veuve Ambal. Au réveil, comble du bonheur, le petit déjeuner gargantuesque donne envie de prolonger le séjour.
Maison Prosper Maufoux, 1 place du Jet d’eau à Santenay.

Laisser un commentaire