Le long d’un chemin de halage, l’ancienne maison des célèbres chocolatiers Lanvin est devenue, grâce à Yves et Catherine Jouffroy, la magnifique Demeure de l’île Rollet, un gite internationalement courtisé. Rencontre avec les propriétaires, devenus « fous » du pays de Saint-Jean-de-Losne.

À Saint-Jean-de-Losne, la Demeure de l’île Rollet jouit d’un cadre idéal en bord de Saône. © Isabelle Smolinski

Belle et spacieuse maison bourgeoise, la Demeure de l’île Rollet jouit d’un cadre idéal en bord de Saône, entourée d’un vaste parc arboré. Catherine Jouffroy y est en charge de la décoration et de l’accueil des hôtes, alors que son mari Yves s’occupe plus spécialement du jardin et de la cuisine.

Afrique du Sud, Vénézuela, Alaska, Brésil, Argentine, France… on vient de loin pour signer le livre de Catherine Jouffroy. Cette Jurassienne a connu une première vie à la tête de l’entreprise familiale, spécialisée dans les autocars de tourisme. « Ce métier d’agent de voyages était une sorte d’héritage, mais mon mari a eu un accident de santé, et nous avons dû changer d’horizon professionnel. »

En décembre 2013, le couple achète une propriété très symbolique de Saint-Jean-de-Losne, la maison Lanvin. Cet ancien relais de chevaux, construit en 1837 sur le chemin de halage, avait appartenu aux célèbres chocolatiers. Lanvin, c’était alors pour le grand public ce chocolat qui nous rendait fou, comme Salvador Dali le clamait si bien dans les spots publicitaires de l’époque. C’était aussi le fameux escargot en chocolat, qui a fait connaître la Bourgogne dans le monde entier.

La demeure de l’île Rollet, carrefour et Saint-Tropez

C’est d’ailleurs avec la famille Lanvin que l’affaire, repérée tout bonnement sur le site Le Bon Coin, a été traitée. « Après l’avoir habitée, ils en avaient fait leur maison de vacances, commente la maitresse de maison. Ils venaient là pour les parties de pêche uniquement. » Catherine et Yves, les manches retroussées, sont partis d’une page blanche pour créer de toutes pièces la Demeure de l’île Rollet telle qu’elle est aujourd’hui. La maison d’hôtes, avec ses quatre chambres et suites, peut désormais accueillir jusqu’à 15 personnes. Les espaces sont thématisés, à l’image de la bibliothèque de monsieur Lanvin, devenue la suite Romance.

À chacun son domaine : Catherine accueille les hôtes, Yves entretient le jardin et œuvre en cuisine. En plus d’un jacuzzi, le couple a installé sur le domaine un ponton privé pour les clients qui viennent ici en bateau. Et milite chaque jour pour que Saint-Jean-de-Losne accède enfin à la notoriété qu’elle mérite : « La ville est un formidable carrefour de communication, sur un chemin de Compostelle pour les marcheurs, à la croisée de plusieurs autoroute et de grandes voies cyclables comme la Voie bleue et l’Eurovélo 6, au centre d’un nœud fluvial de premier ordre depuis lequel on peut se projeter dans toute l’Europe. Regardez, c’est le petit Saint-Tropez de la Bourgogne, vous ne trouvez pas ? »   

> Demeure de l’Île Rollet, 12 quai de l’Europe à Saint-Jean-de-Losne – demeuredelilerollet.com

Autre gîte, autre histoire : Au fil d’Esbarres
Pour Emily Vanwymelbeke, c’est déjà l’histoire d’une acquisition coup de cœur, en octobre 2018, avec son compagnon Eric. Une maison du XVIIIe siècle dont il fallait valoriser les 13 pièces. L’idée d’un gîte s’est alors vite imposée pour le couple doubiste. Ouvert depuis avril 2019, Au fil d’Esbarres peut accueillir 4 à 6 personnes. « La maison est apaisante, reposante, avec une belle piscine, un grand parc, un potager de 100 m2, des arbres fruitiers à profusion. Nous partageons tout avec nos hôtes, nous les accueillons comme si c’était des amis ! » La proposition d’Emily, qui ne se défait jamais de son sourire, est incitative. Juste à côté de l’accueil, elle a aussi développé un atelier de couture, son autre passion. Licenciée en mars 2019, Emily s’est en effet mise à son compte, pour vendre ses créations et donner des cours de couture. Avec d’autres artisans du pays Rives de Saône, elle est présente à l’Artisanerie, une boutique éphémère installée par la communauté de communes dans la maison Bossuet à Seurre, ravie d’avoir pu saisir cette « belle opportunité de valoriser la création locale ».
> aufildesbarres.com et cremily.fr

Laisser un commentaire