Voyant la décision de la Préfecture tarder, Dijon Congrexpo appelle à stopper ce qu’il considère comme un « supplice chinois ». L’organisateur de la Foire de Dijon demande via un communiqué de « lui donner d’urgence les moyens d’assurer tout simplement sa survie ».

La Foire de Dijon 2020 est menacée. Son organisateur dit avoir tout prévu mais se heurte à des décisions administratives tardives. © Clément Bonvalot

« L’annonce ce matin par le préfet de région de reporter à la semaine prochaine sa décision sur la tenue ou non de la 90e édition de la Foire Internationale et Gastronomique programmée du 6 au 15 novembre est jugée pour le moins inconséquente par l’association organisatrice, Dijon Congrexpo qui tient au passage à préciser qu’elle n’a jamais demandé de dérogation d’aucune sorte auprès des services de l’Etat.

Cette non-décision témoigne en effet tout à la fois d’une méconnaissance totale des conditions d’organisation d’un événement qui nécessite de longs mois de préparation, et la mobilisation d’importants moyens tant humains que financiers et d’un mépris affiché pour l’ensemble des acteurs : exposants, prestataires, partenaires, visiteurs, sans oublier naturellement les équipes de Dijon Congrexpo. Sur le plan de la méthode, Dijon Congrexpo ne peut que déplorer les effets dévastateurs d’une décision très tardive, prise à quelques jours seulement de l’ouverture du 1e événement populaire et économique de la région, sans aucune concertation avec l’organisateur qui, à court terme en porte tous les risques.

Pleinement consciente de la gravité de la pandémie de Covid-19, la protection de la santé de celles et ceux qui sont accueillis au quotidien au parc des expositions et des congrès : collaborateurs, clients, prestataires et visiteurs constitue pour Dijon Congrexpo la 1e des priorités.

Mesures sanitaires adaptées à la Foire

C’est pourquoi l’association a travaillé, très tôt, dès le confinement, en liaison avec son organisation professionnelle UNIMEV et les services de l’Etat à la mise en place d’un ensemble de mesures sanitaires adaptées, dans la perspective de la reprise de l’activité.

Chacun doit savoir que la quasi absence d’activité du parc des expositions et des congrès durant les 6 mois qui viennent de s’écouler et la perte abyssale de chiffre d’affaires qui en résulte n’a fait l’objet d’aucune compensation ou indemnisation, tant de la part de l’Etat que de la Ville de Dijon pour le compte de laquelle Dijon Congrexpo exerce une mission de service public. L’association tient à l’affirmer avec force : elle n’a pas à assumer à la place de l’État et de la Ville de Dijon des responsabilités qui sont la conséquence directe d’un événement exogène, la propagation du Covid-19, dont nul ne niera le caractère exceptionnel et imprévisible.

Parce que la pérennité à court terme de son activité est tout simplement en jeu, Dijon Congrexpo demande solennellement à l’Etat et à la Ville de Dijon dans le cadre de leurs responsabilités respectives de lui donner d’urgence les moyens d’assurer tout simplement sa survie ! »

Communiqué

Laisser un commentaire