À Dijon, la fromagerie Delin joue à domicile. Pour cette opération spéciale confinement, elle dope le moral de nos sportifs au brillat-savarin. Épisode 6 avec Hugo Alarcon, deuxième ligne du Stade dijonnais. À Dijon depuis deux saisons, le natif de Béziers est un bon client : 29 ans, 1m98, 117 kg… le brillat n’a pas souffert !

Où et avec qui confines-tu ?
Je suis seul dans mon appartement, avec mes deux aloe vera et mon ficus. On se serre les coudes !

Ton dernier souvenir sportif marquant ? 
Ce n’est pas vraiment un seul souvenir, mais notre parcours avec l’équipe où nous sommes invaincus à domicile depuis deux ans (ndlr, la saison 2019/20 de Fédérale 1 a été stoppée après 18 journées, alors que le Stade occupait la deuxième place). Dans notre sport, c’est une véritable performance et on peut en être fiers.

Ton quotidien de confiné en trois mots ? 
Musculation, footing… lecture (tousse, tousse) Ah, je me suis mis à faire des gâteaux…Ce n’est pas une franche réussite, mais j’apprends de mes erreurs et je reviendrai plus fort !

Ce qui te manque le plus ? 
Une journée de match au stade Bourillot. Une victoire, quelques bières, de grandes accolades et de francs éclats de rire. Ces moments de partage privilégiés entre joueurs, bénévoles, dirigeants, partenaires et supporters. D’ailleurs, vous qui avez l’air d’être bons vivants, venez nous rejoindre ! On est bien.

« Kevin Amiot, c’est un peu ma légende, notre bible bourguignonne, le lien entre ancienne et nouvelle génération de joueurs, l’âme de notre club, notre berger ! »

Ta résolution pour la « vie d’après » ?
Dans l’immédiat, trouver un coiffeur… Puis repartir pour une belle saison avec le Stade et ses joyeux lurons.

Alors il raconte quoi ce brillat ? Un triple-crème, c’est vraiment autorisé  au haut niveau ? 
Vous vous doutez bien qu’en tant que sportif professionnel, je ne me permets pas beaucoup d’écarts… il suffit de regarder ma plastique (rires). Mais là, je n’ai pu résister ! Un délice avec un « p’tit coup de blanc » ! 

Avec quelle star de ta discipline aurais-tu aimé être confiné ? 

Je possède déjà un miroir, alors c’est un peu pareil ! Mais puisque vous insistez pour que je choisisse une autre personne, je dirais Kevin Amiot (ndlr, son coéquipier troisième ligne, dont le papa René fut par ailleurs une grande figure du Stade dijonnais). C’est un peu ma légende, notre bible bourguignonne, le lien entre ancienne et nouvelle génération de joueurs, l’âme de notre club, notre berger !


Episode 1 : Axel Julien (JDA Dijon Basket)
Episode 2 : Les cyclistes du SCO Dijon
Episode 3 : Olivier Delcourt (DFCO)

Episode 4 : Manon Gravelle (JDA Dijon Handball)
Episode 5 : Jérémy Leloup (JDA Dijon Basket)

Laisser un commentaire