La Cité de la gastronomie et du vin lance sa programmation saisonnière. Du 21 juin au 18 septembre, près de 200 rendez-vous rythmeront ce qu’il faut plus que jamais considérer comme un nouveau quartier. À commencer par les Dijonnais.

L’été de la Cité s’étirera du 21 juin au 18 septembre. Programme complet sur le site internet de la CIGV. © Ville de Dijon

Début mai, pour son bouillonnant week-end inaugural, elle a accueilli 18 000 personnes. Puis a atteint à feu doux, comme mijoterait un bourguignon, la barre des 50 000 à la mi-juin. Soit un bon millier de visiteurs quotidiens en moyenne. La Cité de la gastronomie et du vin trouve ses marques et cherche d’abord à faire prendre la mayonnaise auprès des Dijonnais. « La CIGV, c’est la ville ! », insiste d’emblée l’adjointe à la culture Christine Martin lors de la présentation de la saison estivale. En somme, l’enjeu est de « relier la Cité à la cité, avec des expériences et une signalétique engageantes », comme le dira le lendemain Cordula Riedel, la directrice de l’office de tourisme, lors d’une conférence de presse largement tournée vers LA nouveauté de l’année, pour ne pas dire de la décennie.

« Certains ont encore le sentiment que ce lieu est inaccessible car trop cher, ou pensent à tort que l’entrée est payante. Mais il s’agit bien d’un nouveau quartier ouvert à tous. Les Dijonnais sont les premières personnes que nous souhaitons sensibiliser. Venez en famille vous balader, il y a toujours quelque chose à faire ici », promet William Krief, qui a beaucoup investi, au propre comme au figuré, dans le Village gastronomique et ses boutiques. Et de reconnaître sans gravité qu’il y a eu « des erreurs, que nous sommes déjà en train de gommer ». Comme un plat de grand-mère, la recette miracle prête à l’emploi n’existe pas, « il faut être agile et réactif, écouter les gens, faire des réajustements ». Conséquence directe parmi d’autres : des mange-debout et des brumisateurs seront installés un peu partout dans le Village, « pour pouvoir se poser quelques instants et manger sur le pouce, à la bonne franquette ».

Cinq thématiques pour petits et grands

L’été va booster ces moments de vie. À chaque saison, la Cité proposera un riche calendrier de festivités (voir programme complet ici). Ateliers, dégustations, masterclass de chefs, avant-premières, dédicaces, animations… Du 21 juin au 18 septembre, près de 200 rendez-vous gourmands et culturels sont proposés, répartis en 5 thématiques : « Tout le monde se régale », avec des animations gratuites et payantes, pour petits et grands ; « Les enfants s’amusent », avec des ateliers et des avant-premières au cinéma Pathé ; « Voyage dans l’histoire de Dijon », avec le 1204 – Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (Ciap) ; « En fêtes et en festival », avec notamment la fête des Climats (2 et 3 juillet) ou les fêtes de la Vigne (9 et 11 juillet) ; “Secrets de chefs et trésors de vignerons”.

La Cuisine expérientielle, opérationnelle le 24 juin, s’anime sérieusement : le chef Chern Hwei Gan (Le Parapluie) fait chauffer le brasero du rooftop (3 juillet), le champion du sushi Vincent Broggi délivre sa masterclass (9 juillet), la distillerie Peureux est l’invitée d’une soirée mixologie (15 juillet)… Pour la fête nationale, Romain Tischenko, le directeur culinaire de la Cuisine expérientielle, revisitera même un menu historique issu de l’incroyable fonds de la Bibliothèque patrimoniale de Dijon. Miam.

De son côté, la Cave de la Cité lance son brunch dominical (11h30-15h) autour de 250 vins au verre, où auront lieu par ailleurs des rencontres vigneronnes avec le domaine Giboulot (7 juillet) et le domaine de Montmain (21 juillet).

Le vin ne sera pas en reste. La belle cours Eudes III est ouverte à toutes les rencontres-dégustations, comme avec les vignerons du Jura (22 juin) ou pour le grand banquet dans le cadre du festival Climats en Fête (2 juillet). L’École des Vins capitalise sur ses 4 ateliers de dégustation en immersion grâce à un dispositif de projection vidéo à 360°. Pour une visite les deux pieds dans le terroir, l’office de tourisme a d’ailleurs mis en place un « œnobus » pour transporter le visiteur, l’espace de deux heures, de la CIGV au château de Marsannay.

Différents acteurs de la Cité étaient présents pour la présentation de la programmation estivale : Brigitte Houdeline (Ecole des Vins), William Krief (Village gastronomique), Christine Martin (adjointe à la culture) et François Deseille (élu CIGV). © Ville de Dijon

Objectif Top Chef 2023

Au milieu de ces festivités gourmandes, François Deseille, l’élu référent de la Cité, ne perd pas de vue un objectif : accueillir la demi-finale de Top Chef 2023. La Ville discute avec la production du groupe M6. Pas facile, mais Dijon a des arguments à placer sur la table des négociations. « Dans tous les cas, nous allons organiser notre propre Top Chef, annonce tout sourire William Krief. L’idée nous a été glissée par un habitué dijonnais qui habite juste derrière : des cuisiniers amateurs participeront, avec captation vidéo et retransmission sur les réseaux. » Ce signal est positif : la Cité se met ainsi à la portée du fin gourmet lambda, d’une cuisine de foyer qui fait le sel du Repas des Français, d’un art de manger reconnu dans le monde entier.

En 2023, la CIGV changera de braquet et sortira de sa marmite deux hommages en mondovision. Le premier à Bernard Loiseau pour les vingt ans de sa disparition. L’allée juste à côté, le long de l’Ouche, porte le nom de l’iconique chef de Saulieu. Le deuxième n’est autre que Gustave Eiffel, mort en 1923. « On parlera de truffe, dont il raffolait, et de Vougeot, où il passait quelques vacances chez un oncle vigneron », glisse-t-on. Dommage qu’un siècle les sépare : le plus célèbre des Dijonnais aurait sans doute aimé goûter à un été à la Cité.

Laisser un commentaire