Emirates entreposerait plus d’un million de bouteilles de vins de garde dans une cave en Bourgogne. C’est la suite logique d’une politique qualitative conduite par la compagnie de Dubaï.

fotonoticia_20141202130844_5001-2y1reluv3ggqq5a8erug3u

Par Dominique Bruillot

Emirates est une jeune compagnie aérienne pleine de promesses. Moins de 30 ans après sa naissance, elle affiche une santé insolente et transporte plus de 30 millions de passagers, s’installant dans le top ten mondial de son secteur.

A Dubaï, l’argent du pétrole a donc pris son envol de belle manière. L’Europe, tout comme les Etats-Unis, en sont les premiers bénéficiaires. 80 Airbus A380 commandés à la première, 150 Boeing 777 aux seconds: qui pourrait vraiment s’en plaindre?

D’autant que, sans sourciller, Emirates ne fait pas dans le low-cost, encore moins dans le sectarisme. « A 12000 mètres d’altitude, l’air est sec et les papilles sont moins sensibles », se soucie ainsi sur son site la compagnie, avant de rappeler que « certains de ses vins se jouent de ces obstacles. » C’est donc avec le regard professionnel d’un maître-sommelier que se fait la sélection des crus qui vont prendre place à bord des avions de la compagnie.

L’Allemagne, la Californie, l’Afrique du sud ou encore l’Australie ont certes les faveurs dudit sommelier. Mais la France aussi, avec principalement des bordeaux et des bourgognes. Boire un meursault 2006 de chez Bouchard Père, un pommard Clos les Ursulines 2002 du domaine du Pavillon (Albert Bichot) ou encore un corton-charlemagne 2005 c’est possible. Il suffit, pour cela, de s’adresser à un « personnel de bord spécialement formé. »

Un refuge en Bourgogne

Foin des clichés sur le monde arabe, bienvenue à bord d’Emirates qui, fort de ses miraculeuses réserves foncières, a décidé de pousser plus loin le bouchon de ses investissements vineux en lâchant 500 millions de dollars dans son programme viticole. Emirates achète du primeur qui se garde, du haut de gamme qui sera sagement élevé avant d’être ouvert, pour beaucoup de ces flacons ce sera… en 2020. Qui, aujourd’hui, peut se prévaloir d’une telle démarche? Qui en a les moyens surtout?

Emirates a récemment décroché le prix du meilleur vin rouge en « première » et du meilleur vin de dessert en classe « Business », lors du dernier classement du Business traveller’s Cellars in the sky. Sur ces encouragements, la compagnie s’est donc offert un stock large de références pour le long terme, avec 1,2 million de bouteilles qui seraient entreposées où? On vous le donne en mille…  En Bourgogne les amis!

Et si vous savez où précisément, ne le dites pas, il ne faut jamais favoriser les mauvaises tentations.

Voir les infos sur http://lecourrier.es/du-vega-sicilia-unico-a-bord-demirates-airline/
Ou pour tout savoir de ce qui se boit dans les vols Emirates 

Laisser un commentaire