Louis Bouillot s’est offert en son fief, Nuits-Saint-Georges, un formidable lieu d’exposition et de dégustation pour ses crémants de Bourgogne. Rénovée avec élégance par l’architecte Frédéric Didier, La Verrière met de la Belle Époque dans ses bulles. Et la marque nuitonne peut désormais recevoir dans « sa » maison.

Par ses indéniables qualités esthétiques et le savoir-faire de Louis Bouillot en la matière, La Verrière de Nuits-Saint-Georges devrait vite s’imposer comme une référence de l’œnotourisme en Côte de Nuits. © Studio Morfaux

Louis Bouillot n’est plus un nom mais une marque. Cette maison nuitonne, dont la création remonte à 1877, symbolise le monde des bulles en Bourgogne. L’effervescence est sa spécialité originelle et naturelle. Il ne lui manquait plus qu’une maison pour la célébrer. C’est chose faite avec l’aménagement de la Verrière, un nouveau site œnotouristique transformé par l’architecte Frédéric Didier (le même que pour la cuverie des Ursulines à Nuits), à la demande de la maison Boisset, propriétaire de Louis Bouillot. Le hasard faisant parfois bien les choses, il est à noter que Jean-François Curie, conjoint de Nathalie Boisset, est lui-même un descendant direct de Louis Bouillot. Ça ne s’invente pas !

Ouverture très bientôt

Cette ouverture sera programmée au bon désir d’un certain virus, c’est-à-dire très bientôt, avant la fin du printemps. Elle constitue déjà un véritable événement pour la Bourgogne. D’abord parce que le lieu est exceptionnel. La vénérable bâtisse aux toits vernissés abrite en son sein une magnifique verrière contemporaine (et inspirée) de Gustave Eiffel.

De la bulle à la lumière, il n’y a donc qu’un verre, que les visiteurs se feront servir au cours d’un parcours exceptionnel de délicatesse. Il faudra s’y rendre, déjà, pour apprécier une architecture très marquée. Des airs de Belle Époque traverseront alors vos pensées. Vous vous direz peut-être que Toulouse-Lautrec, le taquin, aurait aimé y coincer lui-même sa bulle créative.

Ensuite, c’est un lieu d’apprentissage. Le parcours habilement baptisé « déambullation » (avec deux L !), audio guidé, livre six étapes fondatrices : l’histoire racontée par l’arrière-petit-fils de Louis (nous vous en avons parlé plus haut), le vignoble présenté par le chef de culture, la vinification dévoilée par l’œnologue, les secrets de l’assemblage, le mystère de l’élaboration et de la naissance des bulles… Et pour terminer, ces images poétiques projetées sur les plafonds, en « préambulles » (autre néologisme de bon aloi assumé par les propriétaires) à la dégustation.

Un million de bulles !

La dégustation, parlons-en justement. Quatre formules possibles pour des individuels et des groupes allant jusqu’à douze personnes, de 10 à 45 euros par personne selon la formule choisie. Deux peuvent se vivre spontanément : L’art de l’assemblage (5 crémants de Bourgogne, 20 min), Le temps des terroirs (5 crémants de Bourgogne millésimés, 20 min). Deux autres sur réservation : La Grande Dégustation (10 crémants de Bourgogne avec gougères, 1 h) pour terminer par la Passion Collection (5 crémants de Bourgogne millésimés Grands Terroirs, servis dans des verres en cristal de Baccarat, accompagnés de gougères, 1 h). Ou comment avoir, dans ce dernier cas, un peu de Gevrey-Chambertin, de Savigny-lès-Beaune ou de Saint-Aubin dans ses bulles.

Louis Bouillot exploite 160 hectares dans les terroirs réputés pour le crémant de Bourgogne : Châtillonnais, Auxerrois, Couchois et plus largement en Côte-d’Or. Ce parcours, présenté comme un « parcours immersif », manquait à la région. Nos effervescents ont en effet un grand déficit de notoriété. Ils ont besoin d’être mieux connus, y compris dans leur propre territoire. L’initiation est d’ailleurs beaucoup plus ambitieuse qu’il n’y parait. Qui sait seulement qu’une simple flûte contient un million de bulles ?


La Verrière, 2 rue de la Berchère à Nuits-Saint-Georges – 03.80.60.18.77
Ouvert tous les jours d’été (10h30-12h30 et 14h30-19h). Parcours seul 7 euros (gratuit pour les enfants), 4 formules dégustation de 10 à 45 euros/personne.

Laisser un commentaire