L’escargot bourguignon peut-il nourrir la planète?

L’escargot bourguignon à Vernot pratique le low carbone. Un projet reconnu et à soutenir via le financement participatif, d’autant qu’il pourrait nourrir la planète, rien que ça!

Capture d’écran 2015-09-25 à 10.45.18

Il existe une alternative au productivisme, avec des modèles économiques différents, viables et plus proches de l’environnement et du bien-manger. C’est ce que défendent Fermes d’avenir et La Ruche qui dit Oui!, acteur engagé dans la commercialisation en circuits-courts. Au cœur des enjeux: le goût, la nature, le bonheur tout simplement.

Ayant lancé un appel à projets au niveau national, plus de 200 dossiers de candidature ont été reçus. 13 d’entre eux, 1 par future grande région, ont été retenus. « Des projets jeunes, féminins, agroécologiques… Parmi les points communs de tous ces dossiers figurent la jeunesse des candidats (beaucoup ayant moins de 35 ans), de très nombreuses femmes (notamment en Corse avec 80% des candidatures féminines) et l’agro-écologie, avec des projets mettant en avant la permaculture, l’agro-foresterie, l’agriculture biologique, les techniques de conservation des sols et la biodiversité. »

Pourtant fortement agricole, la Bourgogne/Franche-Comté ne fait pas partie des régions les plus réactives à cet appel. C’est en provenance Poitou-Charentes/Limousin/Aquitaine, Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon et Auvergne/Rhône-Alpes que les candidatures ont été les plus nombreuses, avec plus d’une trentaine dans chacune d’elles.

Les projets, eux, sont très diversifiés. « Toutes les innovations proposées ont à cœur de réduire l’impact environnemental de l’agriculture, d’améliorer les conditions de travail, de rendre ce métier plus accessible, plus désirable aussi » se félicite Maxime de Rostolan, fondateur du projet Fermes d’avenir. « On ne trouve pas de drone ni de technologies ultra-sophistiquées, mais de l’intelligence partagée, des énergies renouvelables, de l’écologie appliquée à l’agro-économie, de la mutualisation et du travail collaboratif. De bons ingrédients pour écrire l’avenir » renchérit Guilhem Chéron, co-fondateur de La Ruche qui dit Oui!

Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle. Les 13 fermes lauréates recevront à l’automne 10000 euros et jusqu’à 30000 euros en fonction des dons reçus sur la plateforme Blue Bees, spécialisée dans le financement de l’agroécologie.  La collecte se poursuivra jusqu’au 23 novembre. Les 13 projets des lauréats y sont présentés, vidéos à l’appui, pour collecter un maximum de fonds. Objectif: 300 000 euros en 60 jours!

Le lauréat de Bourgogne/Franche-Comté est un producteur d’escargots qui ne bavent pas sur l’environnement. A Vernot (Côte-d’Or), L’escargot bourguignon fait dans le low carbone. « Ça pourrait être l’alimentation du futur tellement la production d’escargots ne pèse pas lourd sur les ressources de la planète », n’hésite-t-on pas à conclure du côté de l’organisation. A deux pas de Dijon, Frédéric souhaite faire d’une pierre deux coups: planter un verger comestible pour diversifier sa production et abriter ses bêtes à cornes.

A suivre donc, et à encourager sur http://bluebees.fr/les13fermesdavenir

La remise officielle des prix aura lieu à l’UNESCO en décembre 2015.
La Ruche qui dit Oui! et Fermes d’avenir vont désormais accompagner et suivre ces fermes-pilote tout au long de leur projet, car parmi les objectifs de ce concours figure celui de faire tourner les bonnes idées et d’essaimer.

Laisser un commentaire