Top départ pour la Cité des Vins de Beaune, promise en novembre 2022. Ses principaux acteurs viennent de sceller la première pierre. Puligny-Montrachet y a même laissé une pièce de vin pour installer l’esprit de Saint-Vincent. Les symboles avaient de l’importance en ce vendredi 12 mars.

La Cité des Vins de Beaune est portée par la Ville de Beaune et son agglomération, cofinancée par le Département et la Région. Le BIVB assure la maîtrise d’ouvrage, avec le groupe Rougeot en mandataire du groupement d’entreprises. © Michel Joly

« C’est le vrai départ de la cité. Il concrétise tout un travail préparatoire, en face cachée, mené ces trois dernières années », résume, enjoué, Benoît de Charette. L’ex président de la CCI régionale et directeur de la maison Albert Bichot durant près de 30 ans a de la bouteille. C’est lui qui présidera l’association responsable du centre d’interprétation, coiffé de 750 pieds de vigne, à la base d’une vrille de vigne panoramique de 24 m de haut. Sur près de 4000m2, ce « bâtiment paysage » conçu par Emmanuelle Andréani (Siz’-Ix Architectes) sera le phare de la cité à Beaune (voir vidéo). Plus de 13 millions d’euros sont consacrés à sa réalisation.

Rue du Moulin-Noizé, à l’entrée sud de la ville, une imposante grue et d’autres équipements de chantier sont déjà prêts à entrer en action pour assurer terrassement et mise en réseaux, sous la supervision du murisaltien Rougeot, mandataire du groupement d’entreprises engagées dans l’ambitieuse réalisation reliée aux autres cités de Chablis et Mâcon. Comme toujours sensible aux symboles, son patron Christophe Rougeot s’est volontiers montré avec une bouteille de puligny 2018, cuvée de la Saint-Vincent tournante, poussant même le cérémonial en installant une pièce de vin sur le muret inaugural. L’esprit de Saint-Vincent est ici chez lui, comme a pu l’apprécier Jean-Michel Chartron, le président de la fête viticole décalée à 2022.

L’audace architecturale de la Cité des Vins de Beaune réside dans cette vrille de 24m de hauteur. © Siz-Ix

Construction de l’hôtel en juin

« La capitale des vins de Bourgogne, c’est Beaune ! », s’est empressé de confirmer François Sauvadet, misant sur un équilibre intelligent avec la Cité de la gastronomie dijonnaise. Le Département de la Côte-d’Or est lui aussi très attaché à préserver son patrimoine et le projeter dans le XXIe siècle. » Celui-ci injectera en effet 2,61 millions dans l’affaire et disposera d’un espace de promotion dédié. Du « vin » béni pour la puissance de sa marque Savoir-faire 100% Côte-d’Or.

Sur les huit hectares de la Cité des vins de Beaune, plusieurs réalisations privées pousseront : un restaurant, une galerie œnotouristique, une halle événementielle de 1 200 places et un hôtel quatre étoiles. Christophe Lambert est à l’origine de ce dernier. Avec son ami associé Michel Halimi, ils avaient déjà relancé Le Pigonnet à Aix-en-Provence, avec l’appui d’un spécialiste de l’hôtellerie, Esprit de France. Quasi le même schéma pour Beaune, cette fois avec l’investisseur InterContinental Hotels Group, qui apposera sa jeune marque haut de gamme Voco. Présent ce vendredi 12 mars, l’acteur et homme d’affaires a confirmé que son consortium était « propriétaire du terrain et (avait) beaucoup avancé dans les études de ce bâtiment bois de 65 chambres, dont le début de construction est prévu en juin ». Mise en bouteille promise fin 2022, idéalement en novembre, au moment de la vente des vins. Ce serait une nouvelle façon de soigner les symboles.

Laisser un commentaire