Pour la première fois depuis 1982, Couchey va accueillir la prochaine Saint-Vincent tournante. Les amateurs de vins de Bourgogne pourront y déguster du Marsannay sous ses trois couleurs : rouge, blanc et rosé. Rendez-vous les 28 et 29 janvier 2023 !

La bamboche à la bourguignonne était de retour le week-end du 19 et 20 mars 2022, dans les rues de Puligny-Montrachet, Corpeau et du hameau de Blagny. Après de multiples rebondissements, la 78e Saint-Vincent tournante a accueilli pas moins de 50 000 visiteurs dont plus de 17 000 dégustateurs sous un soleil printanier. Et comme le veut la tradition, le lieu de la prochaine édition a été dévoilé par le Grand Maître de la confrérie des Chevaliers du Tastevin au terme de la cérémonie d’intronisation des vieux vignerons. Et c’est à Couchey que revient l’honneur d’organiser l’événement en 2023. Ce n’était plus arrivé depuis 41 ans !

Sur le pont depuis 2017

Après cinq ans de travail dans l’ombre, les vignerons couchois et le maire Gilles Carré ont enfin pu cracher le morceau. Présidée par Denis Fournier, la Saint-Vincent tournante 2023 permettra aux visiteurs de déguster l’AOC villages la plus au nord de la Côte de Nuits. Et c’est aussi et surtout la seule à s’exprimer sous les trois couleurs : blancs, rouges et rosés ! On retrouvera d’ailleurs ces trois nuances dans les caveaux de dégustation à Couchey les 28 et 29 janvier prochains, notamment une cuvée de Marsannay Champerdrix rouge vinifiée par l’ensemble des vignerons locaux.

90 hectares de Marsannay

Tout comme Premeaux-Prissey pour Nuits-Saint-Georges et Brochon pour Gevrey-Chambertin, Marsannay étend son vignoble dans les communes voisines (Chenôve au nord et Couchey au sud). On retrouve dans la commune de 1 100 habitants plus de 90 hectares de l’appellation considérée comme la « Porte d’Or de la Côte de Nuits »… et une grosse cinquantaine de climats différents ! Une diversité de sols qui atteste de la qualité de ce vignoble, dont les vins étaient présents sur les tables de Louis XIV et de Louis XVI… L’abbaye de Bèze, l’évêché d’Autun ou encore les ducs de Bourgogne possédaient des vignes sur ce finage. Jusqu’au XIXe siècle, certains des climats couchois bénéficiaient d’un classement équivalent aux grands crus actuels. Rendez-vous dans moins d’un an, dans des conditions plus traditionnelles que la 78e édition, pour (re)découvrir ce vignoble historique du nord de la Côte de Nuits !

Laisser un commentaire